Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/11/2003

Un Conseil municipal stratégique

Le dernier conseil municipal a abordé en 40 minutes des questions cruciales pour l'avenir de la commune. Le lancement de la procédure d'appel d'offres en vue de la création du groupe maternel sur la vigne de M. Bruno Escaffre, faisant face à l'école, dans le cadre de la procédure d'expropriation toujours en cours.

Sur ce point un bref rappel des épisodes précédents est nécessaire. Le Tribunal de grande instance a déterminé en 1999 le prix de ce terrain au niveau de 139.000 euros. Dans la notification de son jugement rendu le 21 novembre dernier, la juge d'expropriation a fixé le niveau minimum du prix d'achat du terrain à 335.000 euros. Forte augmentation! Tant le propriétaire que le maire peuvent faire appel de ce jugement. Par ailleurs le Tribunal administratif n'a pas encore rendu sont arrêté d'expropriation ce qui fait dire à Bruno Escaffre : "Le maire peut engager s'il le souhaite la procédure d'appel d'offres mais actuellement il n'est pas propriétaire de ce terrain qui est toujours le mien." Le conseil a néanmoins désigné les membres qui composeront la commission d'appel d'offres : Max Serres, Norbert Chaplin, Claude Gibely, Roland Etre, Jean Garcia, Jean Montagut et Marcel Bosc. Le sujet historiquement brûlant de l'ex Zac des Vignés est venue sur le tapis, par la dette qu'avait contracté la commune représentant les frais d'étude dus à l'aménageur désigné d'alors en 1995, la Sage devenue depuis 2001 la SA Elit. Au total c'est 77.800 euros que la commune doit verser au nouveau syndicat intercommunal. Outre les aspects administratifs du dossier, Max Serres, le maire, a rappelé l'historique de l'affaire. A l'époque elle avait vu s'affronter une partie de la population inquiète par la dimension du projet et ses conséquences en terme de nuisances, les propriétaires se sentant floués par un prix du m2, dérisoire à leur yeux et une municipalité désireuse de concrétiser une tranche immobilière supplémentaire du développement urbain de la commune. On se souvient des acteurs principaux de la rébellion, Jean François Durantin, Bruno Escaffre et Alain Barry. Le premier fédérant autour de l'association "Balaruc Environnement Urbanisme" les opposants au projet, le second ancien adjoint au maire et détenteur de nombreuses parcelles sur le site et le dernier regroupant les propriétaires au sein d'une association de défense. Le maire dans son propos d'abord factuel a ensuite lancé à l'assistance et notamment à Jean-François Durantin qu'il considère comme le grand responsable de cet échec un : "Il y en a qui sont pour le développement de l'habitat comme nous et d'autres qui défendent les petits lapins" Jean Montagut, adjoint à la communication, contacté sur ce sujet à indiqué "il faut comprendre le contexte de l'époque et les séquelles qui s'en sont suivies. Il faut minimiser cette amertume qui est le résultats de vieilles rancœurs". Jean-François Durantin se sentant agressé a indiqué à la suite du conseil " Le maire s'en est pris, contrairement aux usages, à une partie du public en me visant personnellement. C'est facile quand l'interlocuteur ne peut répondre! Je maintiens que les amis de l'environnement ont gagné sur la commune une première bataille. Un débat doit être ouvert sur la révision du PLU et des conditions d'urbanisation dans les garrigues. Je suis prêt à y participer."Le conseil a ensuite autorisé le maire à signer tous les actes permettant un transfert de la voirie privée de Balaruc loisirs vers la commune et ensuite vers la communauté d'agglomération.

Marc Ayral ©

24/11/2003

Assemblée générale du Souvenir Français.

La section locale du Souvenir Français s'est réunie samedi en présence d'un public d'adhérents et d'élus. Belle chambrée pour une petite association d'un petit village, comme dirait le lénifiant de service!

Avec fierté le président Crine a débuté cette réunion en déroulant le bilan moral. : 170 adhérents dont 30 en plus par rapport à l'exercice précédent, belle réussite. Alors que beaucoup parle de perte des valeurs républicaines et de l'oubli du devoir de mémoire! Jules Crine et son équipe arrive avec une grande abnégation à rassembler au delà des seuls anciens combattants. Mieux des jeunes de moins de 20 ans sont inscrits dans cette section balarucoise et deux jeunes femmes, Sylvie Taboni et Laurence Martin ont la responsabilité de la trésorerie et du secrétariat. En plus de cela Jules Crine soucieux de tous les équilibres et volontariste a convaincu ses adhérents de voter pour la parité intégrale entre homme et femme au sein du conseil d'administration de l'association. Ainsi l'apport de Michèle Boisson et Brigitte Jeanpert permettra une expression féminine rare dans une fédération plutôt macho! Nos édiles locaux pourraient s'en inspirer! La composition du bureau élu est la suivante : Président : J. Crine, vice-président : N. Ferrando, secrétaire : C. Ferrando, trésorière : L. Martin, Secrétaire et trésorière adjointe S. Taboni, Membres : M. Boisson, B. Jeanpert, R. Etre, J. Rufete, H. Simonnet. Une prochaine réunion réunira tous les membres et amis le 14 décembre à 15h00 à l'occasion de l'animation annuelle, salle polyvalente. De quoi encore agrandir le cercle des amis du Souvenir Français.

Marc Ayral ©

23/11/2003

Tambourin, les bleus et blancs à 50%!

Tambourin, les bleus et blancs à 50%!

Le 8 et 9 Novembre, s'est déroulé le tournoi de tambourin en salle de Gignac la Nerthe dans les Bouches du Rhône.L'équipe 2 de Balaruc le Vieux composée de : David Mondon, Augustin Lopez et Romain Boutonnet est sortie vainqueur du tournoi en série B battant Lunel en finale. Belle performance! L'équipe 1 composée de : Nelly Buil, Nicolas Hidalgo et Jean-Christophe Royer a terminé 5ème battue au "goal-average" elle n'a pu sortir de poule. Des progrès encore à accomplir avant la saison "outdoor".

11/11/2003

5 nouveaux décorés

A l'occasion de la cérémonie du 11 novembre le Président Jules Crine, président du Souvenir Français, a remis la médaille des anciens combattants à cinq balarucois.

Ce geste rituel de l'accroche d'une médaille au revers gauche de la veste, Jules Crine l'a accompli avec émotion. Les impétrants, Louis Maubon, Georges Engels, Charles Valadou, Vincent Pons et Antoine Rosello, regards figés et embués ont en quelques secondes revue les instants les plus marquants des conflits auxquels ils ont participé. Une Marseillaise sonnante les ramena à leurs amis réunis pour fêter leur promotion. Un banquet amical leur permis ensuite de partager joie et souvenir.

Marc Ayral ©