Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/10/2005

De retour de randonnée!

De retour de randonnée, voilà Uèi venue près de son maître pour y recevoir quelques caresses reconnaissantes! medium_uei2.jpgAprès la journée pluvieuse passée à marcher autour du Castellas de Montperoux mes deux chiennes étaient contentes de retrouver leur panier. Après quelques semaines d'arrêt, nous revoilà partis à la découverte des nombreux sentiers de randonnée du Languedoc. La rando d'aujourd'hui d'une durée de 4 heures partant de Barry (mot occitan Barri, qui veut dire faubourg) nous a conduit au château voir message précédent. Les 2 chiennes comme à leur habitude y ont excellé dans l'ouverture de la marche, dans le signalement des bifucations, dans l'alerte à l'approche d'un inconnu! Belle balade pour se remettre en forme, avant que d'attaquer dans quelques semaines des randonnées de 5 à 6 heures à dénivelés plus fort.
Uèi, apeurée par le photographe!

Marc Ayral ©

Sòmi : une lignée de champions!

medium_somi2.jpgVoilà à peine quelques jours que ce blog est créé et je me dis que je manque à tous mes devoirs. En effet, il est nécessaire de rappeller, tant pour le connaisseur des Bergers des Pyrénées que pour le béotien, que Sòmi de l'Oustaou de Padel a la lignée suivante : Elle a pour père Moebius de la Capely et pour mère Ibarolle de l'Oustaou de Padel, sa soeur n'est autre que la championne du Monde 2004, c'est à dire Sardoune de l'Oustaou de Padel. Il n'y qu'a regarder les photos pour retrouver les airs de famille. Sòmi, ne concourt pas mais en aurait, sans nul doute toutes les facultés.
Sòmi sur le plateau enneigé des Monts de Lacaune (1225m d'Alt)

Marc Ayral ©

29/10/2005

Des bergères tout terrain!

medium_somi_et_uei_neige.jpgLe moins que l'on puisse dire c'est que nos deux bergères s'adaptent à tous les types de terrains, aujourd'hui le plateau enneigé de la Montagne Noire près de Lacaune, une autre fois, dans les sous-bois aveyronnais et demain à nager dans les vagues de la plage de la Corniche à Sète. Sòmi et Uèi à respectivement 4 et 2 ans ont déjà connu avec leur maître beaucoup de paysages différents. A Demain, pour de nouvelles aventures des deux bergères de Balaruc!
Uèi précède Sòmi.

Marc Ayral ©

28/10/2005

Un bénévole méritant.

medium_blvx-raphael-stabile.jpgSpécialiste du coupage de cheveu en 4, au sens propre comme au sens figuré, Raphaël Stabile, coiffeur à la retraite de son état a reçu avec joie, la médaille d’or du bénévole méritant.

Son action au sein du club de football local a notamment été reconnue par le président de l’association des bénévoles méritants, Antoine Estève. Emu par cette distinction, il a rappelé en quelques mots l’importance du rôle des bénévoles au seins des associations, tant sur le plan éducatif que dans l’apprentissage des fondamentaux sportifs. Il a ensuite remercié, « Ceux qui avaient pensé à lui » et dans un sourire a lancé : « merci à tous et vive les bénévoles ! »

Marc Ayral ©

27/10/2005

Sòmi et Uèi : Deux bergères à Sylvanès!

medium_somi_et_uei_2.jpgSòmi de l'Ostaou de Padel et Uèi de l'Oustaou de Padel, les deux cousines nées à Joyeuse, sont actuellement en vacances à la campagne! Habituellement résidente de Balaruc le Vieux, au bord du Bassin de Thau, les voilà en goguette avec leurs maîtres parties batifoler toujours à l'avant garde du groupe des marcheurs.
Le père de Sòmi, Moebius de la Capely et sa mère Ibarolle de l'Oustaou de Padel, peuvent être fiers de leur progéniture. On imagine, d'ailleurs aussi que Roméo du Grand Bestiolan et Rochette de l'Oustaou de Padel, les parents de Uèi, le sont tout autant!
Sur la photo : au premier plan c'est Uèi!

Marc Ayral ©

25/10/2005

Réponse aux élus : Balaruc le Vieux : Le débat, un jour peut-être!

Je lis tous les jours les remarques citoyennes d'habitants de Thau, sur le dossier qui anime la période : La fusion des agglos. Pour, contre, ces prises de positions issues de toutes les communes de la CABT, sauf une, Balaruc le Vieux.
Il serait dommage que le seul point de vue d'élus, exprimés en conseil municipal, mais non mandatés sur le sujet par la population, laisse croire à tous que cette façon « monolitique » de voir les choses soit partagée à Balaruc le Vieux. Loin s'en faut! Alors je prends la plume pour exprimer mon désaccord total avec le conseil municipal et mon adhésion entière pour la fusion des agglos de Sète et Montpellier et de la communauté des communes de Mèze. Ma divergence majeure avec les élus de Balaruc le Vieux est fondamentale. Arrivée dans la commune en 1996, j'ai pu constater que le débat et la concertation étaient tout simplement absents sur quelques dossiers que ce soit. Je suis surprise de constater que l’un de leurs arguments pour refuser la fusion des agglos est le manque de concertation. La démocratie n'est pas soluble selon les évènements. C'est pour cela que j'attends avec impatience q’un authentique débat public soient engagés dans la commune. Si celui-ci ne vient pas du maire de Balaruc le Vieux, il serait souhaitable que le président de la CABT puisse le provoquer, dans une commune située aux limites des deux communautés de Thau ; La valeur symbolique en serait grande. Ici et là aux pieds des remparts on nous répond que les balarucois ne savent pas, que ce sont des problèmes compliqués. Alors messieurs, informez donc! L'opportunité de fusionner les 3 intercommunalités, tombe sous le sens! Quand on vit aux côtés de jeunes diplômés, dans un bassin d'emploi dont le taux de chômage est de presque 25%, je me dis que ceux qui se perdent en conjectures ont d'autres intérêts indicibles. La fusion sans nul doute avec sa puissance économique va engendrer un développement que le Bassin ne connaît pas depuis 35 ans, tant il est englué dans des combats politiques d'arrière garde. J'aspire, en tant que mère de famille, à ce que mes enfants, puissent "Vivre et travailler au Pays" comme on disait autrefois. Mais pourtant cette expression, certes désuète, à la valeur et la volonté majeure de voir son cadre de vie amélioré, des équipements à la hauteur du 3ème millénaire, une économie tournée vers 2050. Grâce à l'inventivité et les compétences de nos jeunes nous avons tous les atouts pour réussir à sortir enfin du marasme. Alors oui à la fusion des agglos!

Sylvie Ayral
Habitante de Balaruc le Vieux
Le 22 octobre 2005

Les poussins du Stade Balarucois

medium_blvx-poussins_sb.jpgLes poussins du Stade Balarucois du président par Eric Simonnet, ont débuté la saison en terre balarucoise, ce samedi en affrontant leurs homologues de Fabrègues, sur le stabilisé du terrain de la garrigue.

Depuis 2 ans réunies sous la bannière unique du « Stade », les jeunes pousses locales ne sont pas peu fières de défendre leurs couleurs dans les différents championnats. Pour Eric Simonnet, s’occuper des jeunes est comme un sacerdoce : « Nos jeunes c’est l’essentiel d’un club comme le nôtre. Le rôle d’un club comme le Stade Balarucois c’est d’assurer une formation et un encadrement de qualité. Je crois que les parents ne s’y trompent en nous confiant leurs progénitures, le développement des équipes de jeunes est là pour en attester. » Les jeunes balarucois du village historique représentent 30% de l’effectif. Le projet de stade intercommunal à La Ventorte, d’un coût prévisionnel de 350.000 euros devrait à terme permettre de répondre aux besoins des éducateurs. Pour l’heure, Eric Simonnet, occupe avec ses jeunes les installations existantes : « C’est déjà bien, qu’elles existent » et attends avec enthousiasme le 5ème tour de la Coupe de France que l’équipe fanion va disputer dimanche contre Fabrègues qui évolue trois divisions au-dessus. Et de conclure : « L’entrée au stade sera libre afin que les balarucois soient nombreux à soutenir leur équipe » A dimanche, 16 octobre pour encourager les « verts et noirs » à partir de 14h30 au stade municipal de Balaruc les Bains. Encore une occasion d’encourager de nouvelles vocations parmi la jeunesse balarucoise.

Marc Ayral ©

02/10/2005

Les élus et la grande agglo

Le conseil municipal du 19 septembre a donné l’occasion aux élus balarucois de se positionner par rapport à la demande de fusion de la communauté d’agglomération de Montpellier, de la Communauté d’Agglomération du Bassin de Thau et de la Communauté des Communes du Nord Bassin de Thau.

Le maire, Max Serres, a indiqué à ces conseillers que : « Pour justifier cette demande, sont mis en avant la cohérence territoriale, les enjeux communs en matière de développement économique et touristique, la protection de l’environnement ou encore des complémentarités en matière d’aménagement du territoire. » Le maire à mis au voix la déclaration suivante : «… Ce dossier, que les élus ont découverts principalement par voie de presse , ne s’appuie sur aucun projet travaillé en commun... Ce dossier est beaucoup trop important pour être traité sans aucune concertation, ou sans réelle étude et prospectives. La décision d’une telle fusion est aujourd’hui prématurée. Nous devons, avant toute chose, apprendre à nous connaître, à travailler ensemble… » Il poursuit, en rejoignant la proposition de Didier Sauvaire maire de Balaruc les Bains : « Le syndicat mixte qui regroupe la communauté du Bassin de Thau et la communauté du Nord de Bassin de Thau, semble être le point de départ d’une coopération entre ces deux structures intercommunales que, culturellement, historiquement, économiquement et territorialement, tout rapproche. Le syndicat mixte pourrait préfigurer d’une structure intercommunale qui regrouperait, dans un premier temps, les 14 communes positionnées autour du Bassin de Thau. Ce rapprochement pourrait, en effet, débuter par la création d’une grande communauté d’agglomération du Bassin de Thau. Le travail déjà accompli par le tout jeune syndicat mixte laisse augurer d’une fusion relativement aisée et rapide des deux structures existantes. Les intercommunalités qui ont été créées récemment (début 2003), ont commencé à se structurer et à travailler. Dans cette logique nous avons ensemble, autour du Bassin de Thau, constitué un Syndicat Mixte pour lui confier : la gestion du contrat de la lagune de Thau, le traitement des déchets conchylicoles ainsi que l’élaboration et la gestion du Schéma de Cohérence Territoriale. Ces missions portent sur un périmètre arrêté par l’Etat et correspondant à une entité géographique, économique et humaine forte et cohérente. » Les élus ont voté à l’unanimité pour autoriser la fusion entre la C A B T et C C N B T au 1er janvier 2007 et, en conséquence, de fixer par arrêter un projet de périmètre de coopération intercommunale. Le projet de grande agglo devra donc mûrir dans la tête des élus balarucois. Patience, donc !

Marc Ayral ©