Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/03/2006

Lettres de Balaruc

medium_blvx-lettres-de-balaruc2.jpgLorsque Montesquieu écrit en 1721 les lettres persanes il ne pouvait s’imaginer combien ce genre littéraire aller au XXIième siècle prendre un tout autre chemin.

Loin de Usbek et Rica les deux épistoliers du Baron, le blog, le courrièl, le « chat » sont devenus l’occasion de refaire le monde. Et sans aucune emphase, réellement, de Tokyo à New York ou de Sète à Bamako. Mais comme toujours, lorsque la folie de la modernité envahie une civilisation, le réflexe du village gaulois s’active. Résister à l’envie d’envoyer un mèl, et choisir l’enveloppe le papier lettre et pourquoi pas sinon le stylo-bille, le stylo à plume : c’est possible ! Ainsi, à Balaruc le Vieux, La Poste "garante des valeurs traditionnelles de la missive" et la mairie se sont penchées sur : « Comment témoigner simplement de l’originalité du patrimoine local ? » Christian Galpin, et Monique Cuq-Crebassa chefs d’établissement des postes des Balaruc et le maire, Max Serres, ont eu l’idée de personnaliser des séries limitées d’enveloppes pré timbrées. Une convention a été signée et depuis quelques semaines les résistants à l’envahisseur Internet peuvent les trouver dans toutes les bonnes boutiques et à La Poste. Au choix ; un visuel des « circulades » vue du ciel et de la fête médiévale. Ainsi, chacun pourra comme Paul Valéry l’écrivait faisant référence à l’art épistolaire : « « Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d'être surpris de ce qu'ils font, de ce qu'ils pensent, et qu'ils n'ont jamais conçu différent… » Sur du vélin ou du bristol, une enveloppe balarucoise, un timbre tout prêt, une boîte aux lettres jaunes et quelques jours plus tard, la réponse de l’ami, de l’amour, du cousin ou de la grand-mère, à vos plumes !

Marc Ayral ©

Alexis Labbé vainqueur au tournoi de détection régional.

medium_labbe.jpgCe week-end se déroulait à Mèze le Top de détection de zone qui rassemblait les meilleurs jeunes du Sud Est.

Le Tennis de Table balarucois était représenté par cinq jeunes qui n'ont pas démérité : Elora BARDOU finit 10ème en n'ayant pas su gérer son stress, Jennifer NAPOLITANNO obtient une honorable 9ème place avec un sans faute le dimanche et Cyril ANDORRA se place 8ème sur 24 après de très beaux matchs. Laura BARRAL, notre récente championne régionale n'a pas raté ce rendez-vous en montant sur la 4ème marche du podium. Enfin, Alexis LABBE a survolé sa catégorie en produisant une magnifique finale et s'octroyant ainsi la médaille d'or.
La saison n'est pas finit, plusieurs rendez-vous au niveau national attendent en avril les pongistes balarucois, alors bonne chance pour la suite du parcours des bleus et blancs.
Pour tout renseignement complémentaire : Sandrine Ivars : tél. au 04.67.43.36.29.

Marc Ayral ©

17/03/2006

Commémoration 19 mars 1962

medium_blvx-commemoration-19-03-1962.jpgA l’occasion de la dernière permanence de la section locale de la FNACA (anciens combattants d’Afrique du Nord), Jean Jaeger son président a commenté la déclaration du comité national suite à la polémique créée par l’article 4 de la loi du 23 février 2005 divisant la classe politique et les Français sur les effets positifs de la colonisation. :

La Fnaca approuve sans réserve la déclaration du chef de l’Etat qui disait « Ce n’est pas à la loi d’écrire l’Histoire ».Il faut rappeler que la Fnaca apporte son soutien à la motion adoptée à l’unanimité par le Comité National de l’Association des Professeurs d’Histoire et Géographie réuni à Paris le 22 mai 2005 ». Jean Jaeger sur ce sujet sensible qui fait débat dans la société française précise que : « la Fnaca récuse toute Histoire « officielle » à même de falsifier la vérité par occultation ou omission de certains faits historiques. » Poursuivant : « Je tiens a réitérer que pour nous anciens combattants d’AFN, la date du Cessez-le-Feu proclamé en Algérie est le 19 mars 1962, voulu et approuvé par l’immense majorité des Français. Le gouvernement a donc pour devoir d’institutionnaliser la date du 19 mars comme Journée Nationale du Souvenir et du Recueillement à la mémoire des victimes de la Guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie. » Pour le président de la section locale de la Fnaca le fait que : « 3 620 rues, places ou boulevards portent la dénomination « du 19 Mars 1962 » est un signe et une volonté de reconnaître cette date comme un jalon important de notre histoire. » Cette année, localement, cette commémoration aura donc lieu le dimanche 19 mars à 11h10 devant le monument aux morts, rassemblement devant la mairie. Ce sera l’occasion d’honorer Michel Gasparoux et Jérôme Mangialomini de la Croix du combattant, Max Béraud, Marcel Basilio et Jean-Claude Caps de la médaille commémorative. Pour tout renseignement, les permanences de la Fnaca ont lieu les 1er et 3ème vendredi de chaque mois de 17 à 18 h au bureau de l’ancienne cave coopérative, 9 avenue des Bains, N° de Tél. : 04 67 18 82 49 ou le 04 67 48 24 89.

Photo : Jean Jaeger, président du comité local de la Fnaca.

Marc Ayral ©

12/03/2006

Fières d'être balarucoises !!!

medium_podium_general_tt.jpgCe dimanche, se déroulait à Pérols le championnat régional Benjamins / Minimes : 7 jeunes du club étaient présents et 5 d'entre-eux ont porté haut les couleurs locales.

En effet pas moins de 9 podiums pour le club dont 8 chez les filles et pourtant la concurence était rude cette année avec 16 participantes en benjamines. Résultats nos trois Benjamines terminent sur le podium : 1ère Laura BARRAL, 2ème Jennifer NAPOLITANO et 3ème Elora BARDOU. Nous les retrouvons toutes les trois sur le podium en double Benjamines avec une 1ère et 2ème place. En Minimes Filles, Camille LOURIAC 1ère en double et 3ème en simple. En minimes garçons, Alexis LABBE remporte la médaille de bronze en double. La triple performance de Laura BARRAL est à souligner puisqu'elle termine également 2ème en catégorie minime donc 3 podiums à elle seule !!! Un grand bravo à tous. Pour tout renseignement complèmentaire, tèl au 04.67.43.36.29."

Marc Ayral ©

04/03/2006

Un viticulteur en colère !

medium_blvx-alain-herrada.jpgAlain Herrada est le dernier viticulteur de Balaruc Le Vieux. Il est en colère :

« Que veut-on, me voir abandonner mon métier au profit des spéculateurs immobiliers ? Je réponds non ! Cette dernière période d’intempéries a provoqué des dégâts considérables notamment sur un jeune plantier d’à peine 1 an ! J’en ai marre ! Je ne suis pas entendu par la mairie. Elle a, en 2004, demandé à une entreprise de travaux publics de boucher le canal de l’Agau au niveau du pont de l’ancienne voie ferrée. Non seulement sans les autorisations nécessaires mais en plus en empiétant sur un terrain m’appartenant, sans oublier les matériaux issus de démolition (béton ferraillé) qui ont été utilisés pour cela. Conséquence l’eau qui ne passe plus par l’Agau est détournée dans deux terrains qui sont inondés sur une profondeur de 1.50m et s’évacue ensuite dans l’Avène. » A cet endroit, l’Avène grossie de tous les réseaux d’eau pluviale qui la nourrissent depuis Gigean. Le lit étroit, soutenu par une berge renforcée par une digue, est insuffisant. La digue a cédé : « C’est des dizaines de milliers d’euros qui partent ainsi dans les eaux de la rivière. Qui va me payer tout ce temps passé à planter à cultiver cette jeune vigne ? » Interrogé par nos confrères de France 3 Max Serres indiquait : « Nous n’avons pas consulté de cabinet d’hydrauliciens. On a demandé les autorisations au Département en leur expliquant, mais c’est un problème qui n’a été pris en compte. Poursuivant, le Maire a précisé : « Nous avions proposé de détourner l’Agau vers l’Avène mais il semble que ce ne soit pas une bonne solution. Il conclue par : « Des fois nous sommes obligés de prendre des décisions, elles ne sont pas toujours heureuses. » Des solutions Alain Herrada en proposent : « Il faut que la commune, le conseil général et les services de l’état se mettent enfin autour d’une table et élaborent un projet cohérent qui prend en compte tous les aspects.» En attendant, Alain Herrada est seul face à son problème : « Je vais essayer de remonter la digue avec mes moyens et sauver encore ce qui peut l’être de ma jeune vigne. Sur le fond du problème, je suis même prêt avec un autre propriétaire –M. Héran- à céder gracieusement du terrain afin que le lit de l’Avène soit élargi et les berges renforcées. Cette proposition je l’ai déjà formulée sans lendemain, j’espère être enfin entendu! »

Marc Ayral ©

03/03/2006

Un nouvel espace vert

medium_blvx-un-nouvel-espace-vert2.2.jpgL’aménagement de l’entrée nord-ouest du village, entre l’impasse des 4 vents et la RD2, a commencé.

Après avoir été décidé par le conseil municipal qui s’est tenu en novembre 2005, les travaux ont été entrepris, sous l’égide de la communauté d’agglomération, par l’entreprise Mazza. D’un montant total de 96000€ cet aménagement paysager remplacera le disgracieux terrain vague qui n’honorait pas le village de St Maurice. Bénéficiant d’ores et déjà de l’implantation de plusieurs beaux arbres, d’essences différentes, conifères et platanes, qui seront préservés, cet espace vert répond à une demande forte des habitants du quartier et plus largement des balarucois. Les travaux devraient être achevés au printemps.

Photo : les travaux, impasse des 4 vents

Marc Ayral ©

02/03/2006

La taxe de séjour votée.

medium_blvx-la-taxe-de-sejour-votee.jpgLe dernier conseil municipal a donné l’occasion aux élus de délibérer sur l’application des nouveaux montants de la taxe de séjour sur la commune.

Mais au fait, en vacances ou en voyage d'affaires, le responsable de votre hébergement vous demande de payer une taxe de séjour et vous vous demandez pourquoi ? Vous voulez savoir où va cet argent et à quoi il peut bien servir ? La taxe de séjour existe depuis près d'un siècle dans la plupart des communes touristiques françaises. Collectée par les logeurs ou hôteliers, elle est reversée intégralement à la collectivité qui la consacre entièrement aux dépenses liées à l'amélioration de votre accueil : fonctionnement des Offices de Tourisme, organisation des manifestations et des animations, entretien des espaces publics, des sentiers de promenade et de randonnée, amélioration des équipements sportifs et de loisirs etc. C’est le cas des 5 hôtels de la commune (Aubrac, Campanile, Kyriad, 1ère Classe et Hôtel Z) qui représentent 250 chambres au total, mais aussi pour les gîtes ou meublés de tourisme, qui ensembles accueillent curistes, touristes et visiteurs. La nouvelle taxe s’appliquera sur la période d’application du 16/06/2006 au 15/09/2006 et selon les taux suivant :

HOTEL DE TOURISME SANS ETOILE 0,20 €/NUIT/PERSONNE
HOTEL DE TOURISME 1 ETOILE 0,40 €/NUIT/PERSONNE
HOTEL DE TOURISME 2 ETOILES 0,50 €/NUIT/PERSONNE
MEUBLE DE 4° CATEGORIE 0,20 €/NUIT/PERSONNE
MEUBLE DE 3° CATEGORIE 0,40 €/NUIT/PERSONNE
MEUBLE DE 2° CATEGORIE 0,50 €/NUIT/PERSONNE

Bon séjour à Balaruc le Vieux ! Photo : Hôtels à Balaruc le Vieux

Marc Ayral ©