Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/10/2006

Ségolène le temps du..."contenu"

medium_sego_1.jpgCela fait plus d'un an qu'on entend, malheureusement dans les bouches de ceux qui auront à la soutenir lorsqu'elle sera investie, "La bulle médiatique va exploser" (Mélenchon), "C'est pas les sondages qui font les élections" (Emmanuelli), "Il est temps qu'on en vienne aux idées" (Bartolone), et le malicieux "ce n'est pas voici mon programme, mais mon programme c'est Voici" (Fabius), petites phrases accumulées par ceux qui reprochent à Ségolène Royal de ne pas avancer la moindre idée dans le débat. Autrement dit, "Ségo c'est du vent" un petit relent macho de "les femmes ont la tête vide" de "qu'elle soit agréable à regarder ne suffit pas".
Alors, qu'en fait a y observer de plus prêt, depuis le début des débats chaque nouvelle idée sort de bouche de Ségolène Royal. Certes le programme socialiste est sa brique de base, mais Ségolène à un plus. Son vécu de femme, de mère, de fille d'une famille modeste. La réalité elle la connait. En plus de cela, elle consulte, elle créé un site qui l'aide à contruire son programme et à donner de l'épaisseur à celui du PS. Prenons aujourd'hui, en restant concis, l'exemple de l'énergie :
Ségolène Royal explique comment "la France pourrait, si son gouvernement s'y engageait sans réserve, accélérer son passage à l'après-pétrole." et de poursuivre : « Pour sortir de la civilisation du pétrole, il faut un changement de paradigme qui fasse de l'excellence environnementale et de la justice énergétique des principes réorganisateurs de l'action publique. Question de courage et de volonté politiques. Or les demi-mesures du « pacte pour l'environnement » annoncé par le gouvernement ne permettent pas de véritable réduction de la consommation pétrolière. Rien sur le ferroviaire et le ferroutage. Pas de fiscalité écologique incitative. Aucune mise à contribution des entreprises pétrolières. Trop d'oublis, d'incohérences et de conservatisme pour engager réellement la France dans un nouveau scénario énergétique. "

A verser au débat. Ca change des petites phrases de certains...

Marc Ayral ©

Commentaires

pauvre PS, en etant tous uni il n'etait pas sûr de battre la droite, alors en se tappant dessus, il n'y a aucunes chances

Écrit par : pierrot le zygo | 13/10/2006

Pierrot, j'espère que ton augure ne se vérifiera pas!
Mais Ségolène à raison de penser que débattre 6 fois avec ses concurrents en interne n'apportera rien de plus aux débats. Strauss-Khan et Ségolène sont quasiment sur les même idées, ne les séparent que des questions de rapport à la politique et leurs origines sociales. Avec Fabius, c'est différent. Il s'est inventé une stratégie de gauchisme démagogique lors du référendum européen, qui certes a porté ses fruits électoral qu'on sait; mais lorsqu'on suit la politique et les positions de Fabius depuis 20 ans, on s'aperçoit qu'il est sur une ligne moyenne sociale-démocrate à la Mitterrand. C'est d'ailleurs pour cela qu'entre les 3 candidats à la candidature il n'y a que très très peu de nuance. D'autant que le socle commun des candidats est le programme socialiste qu'ils ont tous les 3 contribués à écrire. C'est pour cela que Ségolène parle à juste titre de "machine à perdre". Alors, où se joue les différences.
D'abord Fabius à son réseau, solidement constitué au sein du PS. Ancré à 20% des socialistes depuis une quinzaine d'année. Strauss-Khan a hérité du réseau rocardien-deloriste. Quant à Ségolène, elle n'en avait pas. Et c'est notamment en cela qu'on voit son pouvoir de conviction, son charisme, sa capacité à ouvrir de nouvelles voies et surtout à engager des réformes permettant au citoyen de participer à la démocratie. Domaine auquel tu es sensible. On l'a qualifie de populiste. Ceux qui emploient ce qualificatif n'en connaissent pas forcément toute la signification (j'aurai l'occasion de revenir sur ce terme). Je pense au contraire que le débat ne situe plus en interne. Il doit avoir lieu avec les candidats de droite. Par ailleurs, l'échange et le dialogue doit être permanent avec les citoyens. C'est ce que fait Ségolène; c'est ce qui fait que de plus en plus de gens la rejoigne.

Écrit par : Marc Ayral | 14/10/2006

Les commentaires sont fermés.