Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/10/2006

Ségolène? populiste? Non, populaire!

Selon certains Ségolène serait « populiste » ? Confondent-ils avec « populaire » ? Je le pense, je tente une démonstration.
Le terme de populisme est emprunté à la langue russe. Il permettait de qualifier à la fin du XXème siècle des mouvements comme le poujadisme en France ou le retour en force de l’extrême droite, dont le front national à partir de 1986. En Amérique latine, ceci se caractérisa notamment par le péronisme argentin. Ce soubresaut fiévreux –le populisme- peut être assimilé comme le décrit Pierre Rosanvallon dans son dernier livre la Contre-démocratie, de « pathologie de la démocratie électorale ». Autrement dit, le populisme est aussi une maladie du contre pouvoir citoyen, syndical, associatif. Le populisme est par essence viscéralement anti-parlementaire. Ainsi l’une des principales dérives est de considérer la représentation élue comme une ennemie « radicalement extérieure à la société » indique Rosanvallon. L’exemple le plus flagrant de populisme est comme indiqué plus haut le poujadisme des années 50. En effet, le seul programme de Pierre Poujade medium_robert_poujade.2.JPG(homonyme de l’ancien maire gaulliste de Dijon) est de barrer la route à tous les élus. Il présentera en 1956 des candidats dans toutes les circonscriptions lors des élections législatives. Non autour d’un programme qu’on imagine ressembler à celui du FN d’aujourd’hui mais seulement par un slogan simple et réducteur : « Sortez les sortants ». J’aime la phrase de Rosanvallon qui résume bien l’errance du populisme : « Le montée en puissance des populismes (ndlr : notez au passage le pluriel qui marque l’hétérogénéité du phénomène) traduit donc l’enfermement de la souveraineté négative dans son immédiateté, comme force radicalement nue, incapable d’une critique active, expression d’une violence résignée. » J’espère qu’on comprend en lisant ces quelques lignes qui résument, certes trop concisément, ce qu’est le populisme que qualifier Ségolène Royal de populiste est selon les cas une injure facile, une méconnaissance de ce que cela recouvre, en tout cas s’il n’ y a pas d’arrière-pensée une confusion au pire un amalgame.
Ségolène Royal, comme toutes les femmes ou tous les hommes politiques à pour but d’être élue du peuple, et par conséquent se doit d'être à son écoute que ce soit de vive-voix ou par l’intermédiaire d’internet. Cela, est une tentative compréhensible d’être populaire et non populiste. En précisant un peu, cela peut aussi se résumer par l'expression nouvelle de "démocratie-participative" chère à la deuxième Gauche.

Marc Ayral ©

Commentaires

Erreur à corriger : Pierre Poujade voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Poujade

Écrit par : jipeji | 20/10/2006

Merci à vous JPJ, d'avoir rectifié cette erreur. Il s'agit bien sûr de Pierre Poujade. Son homonyme, Robert étant l'ancien maire de Dijon, successeur du Chanoine Kir, et si ma mémoire ne me trompe pas premier élu a avoir été en charge du 1er ministère de l'environnement, ce devait être sous Pompidou dans le gouvernement Messmer en 71.
A bientôt de vous lire...
Marc Ayral

Écrit par : Marc Ayral | 21/10/2006

Les commentaires sont fermés.