Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/12/2006

L'alarme sociale à la RATP : Un exemple de dialogue social duquel Ségolène Royal peut s'inspirer

medium_2194815_5.jpgParmi les grands projets de Ségolène Royal il en est un qui, nouvelle démarche sociétale, sera au cœur de la campagne des élections présidentielles : Le dialogue social comme la démocratie participative est une aide à la décision. Je prends l'exemple de l'alarme sociale instituée à la RATP medium_ratp.jpgsous la présidence de Jean-Paul Bailly (actuel président de La Poste).

Mise en place en 1996, sans révolutionner les rapports sociaux, sans non plus se substituer à la négociation, ce dispositif a modifié les modes de gestion, notamment au niveau des microdécisions sociales. A ce niveau, il s'est imposé comme un instrument décisif pour porter la parole des salariés et infléchir les décisions de l'entreprise. A la culture du conflit se substitue une culture de la proposition, qui amène les acteurs à modifier leurs stratégies. Une extension du modèle dans d'autres mondes professionnels apparaît aujourd'hui possible, à condition de bien en mesurer les limites. Quel en est l’enjeu ? C’est offrir aux Franciliens un service public de qualité grâce à l'amélioration du dialogue social, en essayant de traiter les questions soulevées par les organisations syndicales en amont des conflits. L'objet de l'alarme sociale est notamment d'obliger à rechercher un accord sur les réclamations touchant à la vie quotidienne des agents, qui faute de négociations, risquaient auparavant de déboucher sur une grève. Ce dispositif permet de faire apparaître les problèmes de terrain et de leur donner une reconnaissance officielle afin qu'ils soient pris en compte par la hiérarchie et résolus au niveau adéquat. Son bon fonctionnement s'appuie sur une réelle décentralisation du pouvoir de décision, mais aussi et surtout sur l'engagement des acteurs. Alors est-ce possible de l’étendre à d’autres entreprises que la RATP ? L'exposé des motifs de la loi du 4 mai 2004 évoque un « nouvel équilibre» et cite notamment un droit de saisine donné aux partenaires sociaux sur certains sujets. L'alarme sociale constitue en fait un premier modèle de ce droit de saisine, et on pourrait imaginer son extension dans certains espaces où les formes classiques du syndicalisme et du dialogue social ont du mal à pénétrer ou au contraire ont tendance à s'épuiser. L'alarme sociale possède alors de sérieux atouts. Pour les acteurs sociaux, il s'agit de faire du dialogue social efficient, hors du seul discours duquel à droite comme à gauche on se gargarise. Ségolène Royal peut ouvrir grâce à cette expérience très opérationnelle de la RATP, une nouvelle voie déterminée et pragmatique d’un nouveau dialogue social à française !

Marc Ayral ©

Commentaires

Marc,

vous prenez les transports parisiens??

Si tous les franciliens lisaient votre votre article, il serait comme moi "mort de rire" !!!

ça les changerait de la tristesse de leur quotidien,grève tournante à répétition, transports dans un état lamentable.

Je vous rappelle ou vous apprends qu'il y a moins d'un mois, lors d'une grande réunion politique un élu a été interpeler par la question suivante "quand est ce que vous nous mettez des bétaillères supplémenraires"??

Tout est dit !

Cordialement !

Écrit par : Jean | 05/12/2006

Les seuls chiffres de la baisse très importante du nombre de jour de grève à la RATP démontrent que l'alarme sociale basée sur un dialogue social renforcé permet d'éviter les problèmes de pannes récurrentes du service public. C'était ma démonstration à partir d'un exemple ...

Écrit par : Marc Ayral | 05/12/2006

Les nombres de jours degrève ont baissé partout en France, la politique de l'endettement à tout va et en particulier pour l'immobilier (explosion des coût à Paris et Ile France) fait que l'es ouvriers (employés) les plus défavorisés n'ont plus les moyens de mêmner une grève. le gouvernement le sait qui laisse pourrir les conflits, du coup même les syndicats sont dégoutés de ne pas être suivi.

Le nerf de la guerre, mon cher Marc, personne ne fra de miracle. Les leviers sont ailleurs, mais surement pas matériels.

Écrit par : hihi | 05/12/2006

Les commentaires sont fermés.