Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/01/2007

L'Utopie et la Réforme

medium_320px-Rocard.jpg
Et si on recréait le PSU?
Au début, on ferait adhérer des grands leaders, Salesse, Bové, Autain etc. On prendrait Mélenchon comme 1er secrétaire et puis durant 20 ans on inventerait toutes les idées qui feraient la Gauche de l'An 2030. Puis pris par je ne sais quelle envie, on se présenterait aux élections présidentielles. Las, 3,61 % comme Rocard en 69...On commencerait à gamberger. Les Trotskystes commenceraient à s'impatienter à nous envoyer des krypto-communistes à tous les congrés, infernal...Certains d'entre nous, dont Mélenchon réadhèreaient au PS, d'autres iraient chez le vieux parti écologiste présidé par Waechter (92 ans) puis d'autres essayant de maintenir le mouvement jusqu'au bout finiraient par le quitter pour devenir syndicaliste à la Cfdt, loin, très loin des liguards. Enfin.
Fin de la politique fiction.
Non camarades, chers amis, pour moi, inventer le réel c'est soit y entrer dedans avec ses utopies et les pousser jusqu'au bout, soit continuer à rêver au Grand Soir. La seconde alternative, fait peser sur les plus en demande le risque que rien au grand jamais, rien ne change (on le constate en ce moement grâce à l'action des Don Quichotte). Me semble t-il! Mais je suis sûr de rien. Ce qui compte c'est d'être ensemble sur les 2 bords :

L'Utopie et la Réforme. Ce serait pas un beau nom de parti ça? Peut-être en 2007?

Marc Ayral ©

Commentaires

D'accord avec toi, Marc, pour la première alternative, c'est celle que je pratique. Mais ne te moques pas du PSU ou de l'extrème-gauche, ils sont utiles pour rappeler certaines réalités. Souviens-toi que ce n'est pas eux qui ont fait perdre Jospin en 2002 mais plutôt Taubira et Chevènement.
Pierre

Écrit par : carabasse pierre | 05/01/2007

Alors, cher Pierre à ce moment de nos relations épistolaires, je te dois et en même temps aux lecteurs de ce commentaires, quelques précisions. Je ne me moque pas de l'extrême gauche, dont je suis issue idéologiquement et malgré mon parcours de vie et la confrontation avec le réel je suis toujours un fervent de l'Utopie et maintenant donc de la Réforme. Proudhonien, alternatif des années 70, autogestionnaire, militant de la cfdt depuis 1977, militant du PSU durant 2 ans, j'avais 18 et 19 ans, j'ai créé en 1980 à Sète le GASAL, Groupe d'Action pour un Socialisme autogestionnaire en Languedoc (dissout depuis). En 82 nous avons même eu un candidat au cantonale qui a fait...3%.
En mars 83 nous nous sommes présentés avec comme tête de liste Jean Lacombe socialiste et député de la circonscription, j'étais personnellement 7ème sur la liste. Nous avons perdu face à la droite d'Yves Marchand. Ce petit CV pour te dire que je me sent les coudées franches pour pratiquer une saine auto-dérision. J'ai aussi durant ma formation de militant catho de gauche (passé par la JOC) pas mal féraillé avec les krytos communistes de la JOC à ce moment là il était fortement implanté et quand je suis entré au PSU, on était quelques uns à encore -pardonne moi l'expression- mais je n'en trouve pas d'autre, se les "fader". Alors tu comprendras et j'espère les autres lecteurs aussi ma lucidité sur l'extrême gauche et le PC. Mais, et mon éducation est ainsi faite que je ne confonds jamais les idéologies de Gauche defendus dans les partis et les individus qui sont derrière qui ont souvent de grandes qualités humaines et notamment parce qu'ils s'investissent pour les autres.
J'espère ne pas t'avoir ennuyé avec ces éclaircissements et je te dis à bientôt de te lire.
Amitiés socialistes.
Marc

Écrit par : Marc Ayral | 05/01/2007

Merci de cette réponse, je n'en attendais pas plus.
Mon parcours est du même genre, quoique plus "folklorique"...
Pierre

Écrit par : carabasse pierre | 06/01/2007

Bjr Marc,

Merci pour les éclaircissements nécessaires que tu fais en marge de ton post.

Malgré tout, la tonalité moqueuse de ton billet demeure. Les voeux sur fond bleu de Ségolène Royal ne facilitent pas non plus le travail de RAG34. Car quand bien même nous ferions un score historique au premier tour (30 à 32 %), il nous faudra aller chercher 20 points au second tour. Je ne suis pas certain que nous puissions mobiliser des partenaires déjà bien démoralisés, en ajoutant encore en ce début d'année un nouveau fond de moquerie.

Rappelez-vous 95 ! Quant à 2002, je et nous ne pensons pas que Taubira ou Chevènement nous a fait perdre. c'est simplement l'absence d'un projet socialiste qui en fut à l'évidence la cause.

Bon week-end.

Lolo34 et les lolo's 34

Écrit par : Lolo34 | 06/01/2007

Bonjour Lolo34,
Je ne reviendrai pas sur 2002, Taubira et Chevenement, nous en avons déjà parlé de vive voix. Mais j'aimerai bien connaitre le nombre d'électeurs qui auront lu le projet socialiste sur les 30 à 32 % prévus au premier tour (ainsi que sur les 52 % prévus au deuxième tour... et sur les 200.000 adhérents qui ont voté le 16/11 dernier !!).
Bon week-end à toi aussi.
Pierre

Écrit par : carabasse pierre | 06/01/2007

Auto-dérision pure et simple et puis nul n'est propriétaire de ses voix, si les hiérarques de la gauche anti-libérale se sont loupés communistes compris, crois-moi cher lolo, leurs électeurs, eux, ne se tromperont pas en votant Ségolène au 1er et second tour, très largement, il n'y aura pas photo. et les 4 à 5% de LO et LCR aussi au second.
Bye, bon w-e.
Marc

Écrit par : Marc Ayral | 06/01/2007

tout à fait d'accord avec ta conclusion : l'utopie c'est le but et la réforme c'est le cap..des réformes sans vision du devenir humain sont souvent incohérentes ou inconsistantes et une utopie sans la prise en compte des rélités d'aujourd'hui n'est qu'un rêve qui parfois vire au cauchemard !

Écrit par : ulysse | 07/01/2007

Les commentaires sont fermés.