Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2007

La Zelig-politique de Nicolas Sarkozy

medium_zelig.jpgVous vous souvenez certainement de « Zelig », ce chef-d’œuvre de Woody Allen dans lequel il reconstitue un fait divers fictif censé avoir ému la planète dans les années 1920-1930 : Leonard Zelig, un homme-caméléon, capable de prendre l’apparence des individus avec lesquels il est en relation. En présence de gros, il devient gros ; à côté d'un noir, son teint se fonce ; parmi les médecins, il soutient avoir travaillé à Vienne avec Freud, etc.

Ainsi, même si le parallèle s’arrête ici, Nicolas Sarkozy a un talent extraordinaire : Empathie sélective et réponse à tout. Art le plus fin du démagogue qui aujourd’hui dit rouge -citant Jaurès- aux ouvriers et demain dira bleu –citant Tocqueville- au patron. On l’a même entendu dire « mon seul système c’est l’omniprésence » Fort ! Car peu de personne –sans les moyens de l’Etat- peut se vanter d’un tel don de l’ubiquité. Et puis, il y a le verbe : Pour être entendu faut parler simplement. Je lisais l’autre jour que la langue française compte un million de mots. Chacun d’entre nous pour communiquer en emploi 3000. Un cabinet anglais de communication a dénombré 1500 mots dans le verbiage du président de l’Ump. (L’Express du 04/07/05). En plus du simplisme, il faut ajouter la pensée binaire. Stigmatiser les chômeurs feignants face aux travailleurs courageux. Les énarques loin des réalités face aux chefs d’entreprise créatifs et experts. L’assisté face au responsable entreprenant, les voyous en prison, les braves gens devant la télé. Nicolas Sarkozy développe un autre technique avec une grande expertise : dire tout et le contraire de tout y compris dans la même phrase. Jean-Luc Porquet dans « Le petit démagogue » explique l’imposture : « La Rupture est devenue tranquille. C’est ce que l’on appelle un oxymore. » Ainsi les promesses s’alignent les unes derrière les autres, l’une annulant l’autre et inversement ! Pour finir je ne résiste pas à vous citer une phrase de Jacky Vilacèque dans ML d’aujourd’hui (10/02/07) : « ...Sarkozy, Frégoli de la politique, Communard chez les ouvriers, Angélus de Millet chez les paysans, pied-noir à Toulon et métis où l’on veut… » Frégoli, Zélig…à la tête de l’Etat pour une rupture c’est une rupture. Pas sûr qu’elle soit tranquille…

Marc Ayral ©

Commentaires

n'oublions pas que notre génie des carpathes, notre grand timonier a recours a de petites astuces pour ce faire aider dans les débats télévisés organisés par ses amis de TF1
voir le lien. http://www.dailymotion.com/video/x16bit_loreillette-de-sarkozy

Qu'en pensez vous ? Etonnant non

Écrit par : chardon | 11/02/2007

C'est bien connu tous les magiciens ont des trucs. Le Frégoli de la politique ou le Zelig français ne peut s'en passer c'est évident. Mais est-ce cela l'essentiel?

Écrit par : Marc Ayral | 11/02/2007

je luis ai d'ailleurs donné un surnom Narkosy (de narcotique) !

Écrit par : ulysse | 17/02/2007

Les commentaires sont fermés.