Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/07/2007

Le Muge gardien des petits balarucois

medium_BlVx-le_muge_girouette1.JPG

C'est un "gentil roumegous" comme disent les anciens! Désormais le muge, lo mujol en occitan trône au faîte du toit de l’école maternelle qui ouvrira ses portes à la prochaine rentrée scolaire.
medium_BlVx-le_muge_girouette2.JPG

Mais pourquoi ce symbole ? Au Moyen-Âge les Seigneurs Evêque de Maguelonne avaient selon des écrits anciens donné à "la communauté de Balaruc un droit de pêche sur l'étang moyennant une redevance annuelle de 45 livres payée aux évêques de Maguelonne". Ce droit obtenu par l'impôt ne fut jamais ou si peu réévalué et les balarucois ne le payèrent que 50 livres par an jusqu'au XVIIème siècle. L'évêque de Maguelonne intenta un procès aux pêcheurs qui dura quarante ans et se conclut en faveur des balarucois. Cette taxe fut semble-t-il appelée la "dîme du muge" ou "l'impôt du muge". C'était une manière pour les autochtones de clamer le peu valeur de cette taxe par rapport aux gains qu'ils pouvaient en fait exploiter des eaux poissonneuses de l'étang. Ils se moquaient et on entendait, à l'époque, "Le muge pour l'évêque, le loup et la dorade pour nous!" En hommage à leur poisson fétiche les balarucois l'érigèrent en forme de girouette tout en haut du clocher de l'église St Maurice. Il y resta jusque dans les années 1970 où usé par la rouille, il disparut du ciel balarucois. Ainsi, le vieux muge girouette, puis son successeur fait de fer et de toile créé en 2002 medium_BlVx-retour_médiévales_2007-2.2.jpgne seront plus les seuls à entretenir la mémoire collective. Aujourd’hui, le petit muge, ami des enfants, accompagné pour la circonstance par cinq gallinacés et un petit escargot jouera aussi ce rôle : Apprendre et se souvenir que les racines balarucoises sont profondément ancrées entre vignes et étang.

Marc Ayral

Les commentaires sont fermés.