Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2007

Fête du Cheval : Retour sur un rare moment d'émotion

medium_Fête_du_Cheval_Balaruc-Alex_Perez.JPG

La fête du cheval qui a pris fin samedi soir a réuni un public nombreux venus assister à une fête la 19ème du genre dont pourra dire qu’elle aura bravé vents et bourrasques. Chapeaux dans le sable de la carrière de la manade l’Horte, poussière dans yeux ont été le lot commun des spectateurs et des cavaliers. Pourtant, cette fête là, a été belle, très belle.
Peu souvent depuis qu’elle existe le « bébé » d’Alex Evangelisti n’aura réussi à réunir le cocktail des ingrédients nécessaires pour parvenir à proposer au public qualité et diversité. Bien sûr Alex le reconnaît : « Pour la 20ème édition, il y aura des choses à améliorer, l’accueil du public, le programme et des petites choses techniques que nous devront anticiper » Mais pour le reste la Fête du Cheval 2007 aura donné lieu à des moments artistiquement émouvants.
Ainsi, il arrive, rarement, que des incidents techniques permettent l'improvisation dans le programme d'un spectacle bien huilé! C'est ce qui s'est passé samedi soir. Un disque qui rend l'âme et un cavalier -Alex Perez de Mireval- et son cheval devant faire leur "numéro" a capella en quelque sorte. Mais, le bonheur était là dans un
medium_Fête_du_Cheval_Balaruc-Marvin_Roussel.JPG

coin de la fête, un jeune homme de 14 ans collégien -Marvin Roussel de Poussan- monte sur scène à l'invite des organisateurs et avec sa guitare gitane permet au cavalier d'effectuer son numéro sur une musique on ne peut plus adaptée. Interprétant Manita de Plata le musicien a permis au cavalier de se transcender dans sa présentation. Un rare moment de complicité offert par le trio ainsi improvisé! Marvin est bien sage et timide lorsqu’on le rencontre après ce moment de pur bonheur.
Du sang gitan coule dans ses veines. Fils de Maryline et Robert Roussel il a été nourri au biberon de la musique manouche. Sa première guitare il l’a reçu de Nino Baliardo le leader des Gipsys. Mais l’instrument ne fait pas tout. Il fallait aussi un papa accordéoniste amis de nombreux grands musiciens gitans et puis cet ami de la famille Paco Espinas décédé depuis peu. Musicien hors pair. Cette disparition touche beaucoup le jeune homme. Lorsqu’il va lui rendre visite au cimetière avec sa maman. Il dit : « Maman laisse moi je veux parler à Paco ». Plus tard, sur le retour la mère étonnée ose demander à Marvin : « Mais qu’as-tu fait devant la tombe de Paco ? » Marvin mélancolique a répondu : « J’ai demandé à Paco de m’aider à jouer de la guitare. » De l’hérédité et du grand bain de la vie Marvin, un peu comme ça, sans savoir, s’en nourrit au quotidien pour écouter, apprendre, reproduire et déjà interpréter à sa façon : « Il mélange airs gitans et musiques modernes » précise Robert. Un indice sans nul doute qu’un musicien remarquable est en gestation. N’est-ce pas ainsi qu’ont commencé Manitas de Plata et Baptiste Reille alias Mac Kac ?

Cadeau : Le duo Marvin et Robert Roussel. A voir!


Marc Ayral

Les commentaires sont fermés.