Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/08/2009

Sylvanès : Emile Boudeau : « Le chant c’est ma respiration ! »

 

 

Emilie.jpg

 Etre née à Montpellier, avoir ses racines en Sud-Aveyron à St Jean d’Alcapiès, mère médecin, père producteur laitier pour Roquefort, ne conduit pas naturellement au chant choral. La vie, d’une jeune fille qui en commençant par le piano et en qui on découvre un don pour la chant. La vie d’une jeune femme affirmant son talent d’abord à l’école de musique de l’Aveyron puis au Conservatoire de Montpellier avec une ouverture grâce à l’Opéra junior de l’Atelier Lyrique. Des études de musicologie dont elle affirme « qu’elles m’ont ouvert à une culture » un affermissement de ses acquis en passant par le conservatoire de Marseille. Voilà Emilie Boudeau en 2009, 23 ans, armée pour accéder à une carrière de soprano. Elle dit avec beaucoup de lucidité de la carrière lyrique qui est un véritable parcours du combattant : « Très longtemps vous êtes trop jeune, très vite vous êtes trop vieux ! » Mais, Sylvanès tant les Ateliers Lyriques que maintenant le Festival lui donnent la possibilité de s’exprimer. « De se au frotter au public, c’est la meilleure école, sinon on n’apprend rien ! » Puis reconnaissante, elle rend hommage à Michel Wolkowitsky : « Il m’a aidé à sauver ma voix qui était en péril ». Comme un jeune sportif de haut niveau à qui l’on demande trop, des blessures à répétition une confiance perdue. Pour Emilie, cette ornière est évitée : « Sylvanès et Michel (ndlr : Wolkowitsky) me font confiance. Croyez-moi c’est assez rare dans ce métier pour le souligner. » Emilie Boudeau fait donc partie des jeunes espoirs de l’Art lyrique français.

Emilie boudeau2.jpg

Elle sait la chance qui lui est offerte et la responsabilité en accédant à l’auditoire averti de Sylvanès. Un « Stabat mater » de Boccherini avec l’orchestre à cordes de Belgrade « Dusan Skovran » sous la direction du montpelliérain Franck Fontcouverte qu’elle connaît bien : « Il sait me laisser libre dans mon interprétation et lui aussi me fait confiance. Il sait mixer l’expressivité » Emilie surfe donc sur la vague comme on dit. On devrait dirait plane sur les notes. Normal pour une passionnée d’aviation. Ses parents pilotes lui offrent souvent la possibilité de découvrir de haut les paysages du Sud Aveyron. Et là, la jeune interprète un brin philosophe sait relativiser : « Je sais que rien n’est acquis, qu’il faut continuer à se perfectionner à suivre des Maser Class et toujours avoir en tête que de là-haut on est tout petit » Certes, prudente sur son avenir dans une carrière, elle n’en demeure pas moins une combattante, prête à se livrer à fond pour le public. A chanter, chanter, chanter passionnément. Aujourd’hui Sylvanès, demain dans le rôle de Diane dans l’opéra Baroque de Marc-Antoine Charpentier qu’elle jouera à Agde en septembre. Puis : « Nous verrons, ! » Ses ressources sont grandes et parmi ses sources elle a su trouver celle de Sylvanès.

 

Concert dans l’Abbatiale de Sylvanès : Mardi 11 août à 21h00 – Stabat Mater de Luigi Boccherini et Sérénade d’Anton Dvorak – Orchestre à cordes de Belgrade « Dusan Skovran » sous la direction de Franck Foncouberte. Renseignements et réservation : 05 65 98 20 20

 

Commentaires

Hola

Écrit par : youssef | 10/01/2015

Les commentaires sont fermés.