Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/10/2009

Colloque : Serge de Beaurecueil

Sylvanès : Aujourd'hui 10 octobre, ci-dessous le programme du colloque consacré à Serge de Beaurecueil :

Une présentation signé de son ami le dominicain André Gouzes :

debeaurecueil2.jpg

Serge de Beaurecueil, cette figure humble et immense, est mort dans la nuit du 2 au 3  mars 2005. Il nous a quitté certes, mais il ne cesse d’être présent parmi nous à Sylvanès où nous gardons sa tombe aux pieds de l’église russe, mais plus encore dans nos cœurs qu’il a contribué à ouvrir et à combler d’une grâce exceptionnelle. Ce fut un grand savant, écrivain, co-fondateur de l’Institut Dominicain d’Etudes Orientales (IDEO) du Caire, spécialiste de la mystique soufie et tout particulièrement d’Ansari. Il a beaucoup écrit : 4 ouvrages de grand public mais aussi beaucoup d’ouvrages et d’articles savants dans de nombreuses revues françaises et étrangères, des « mélanges » … Mais surtout, après 17 ans au Caire, il est resté vingt ans en Afghanistan où il vécut au milieu d’enfants des rues dans les quartiers pauvres. Il les enseigna, les soigna, respectant toujours, loin de tout prosélytisme, la noblesse de leur foi musulmane et cela jusqu’à la grande épreuve de la prise du pouvoir par les communistes que le rayonnement de sa personne dérangeait. Ayant échappé au pire, il revint en France dans des conditions douloureuses et commença alors une aventure d’amour avec Sylvanès… jusqu’à sa mort. Des centaines d’enfants l’entourèrent durant des semaines de stages artistiques et lui-même rentrait dans la danse, la mascarade et le jeu, les initiant tout en finesse, en sage qu’il était, aux plus beaux récits de la sagesse et de la beauté de nos grandes traditions religieuses. Il était trop sage pour ne pas se faire fou avec les tout petits et puiser à l’éternelle innocence dont Dieu est le secret, et qui recommence toujours, depuis les origines, à travers un seul regard d’enfant, rieur ou accablé. Ce colloque se propose de le retrouver à travers les multiples facettes de ses oeuvres, de sa science religieuse, de sa vie, mais aussi du témoignage exceptionnel qu’il a laissé dans d’innombrables coeurs, ici, là-bas, partout… Nos frères dominicains du Caire seront là pour nous donner le sérieux de sa recherche, de ses engagements, de son rayonnement dans la communauté scientifique des orientalistes. Ces « fils afghans », des anciens élèves du Lycée français de Kaboul où il enseigna, dont le jeune auteur, Atiq Rahimi, qui obtint le Prix Goncourt de littérature,seront aussi présents. Nous vous invitons à faire de ces quelques jours un temps fort de mémoire, d’échanges et d’amitié comme lui-même en avait le génie… ou peut être la sainteté ! Une amie artiste nous prépare une sculpture de sa tête en terre cuite. Ceux qui le souhaitent peuvent participer à ce geste de mémoire en y contribuant financièrement selon leur moyen.

Le Père André GOUZES

 

PROGRAMME

09h30

Serge à Kaboul :

• L'Université, le lycée Esteqlal, avec divers témoins de cette période

• Les « enfants de Kaboul » / Témoignages

de Ehsan Mehrangais, Farouk Païenda, Mirdad Pedari, Wahed Ghardji, etc. entrecoupés de morceaux musicaux par Farouk Païenda

14h30

• Afghanistan demain, Amitié Franco-Afghane : la postérité de la vie et de

l’action de Serge dans des associations qui poursuivent son oeuvre en

Afghanistan avec Etienne Gille, Ehsan Mehrangais, Fabrice Pate.

• Serge à Paris et à Saint-Fargeau avec Jean Robert

• Un regard original sur la mission, Présentation des textes de Serge sur la

mission : Nous avons partagé le pain et le sel ; Prêtre des non-chrétien; Je crois en l'étoile du matin, par fr. Emmanuel Pisani, op

20h30

Concert de musique soufie par l’Ensemble Kaboul

 

 

Commentaires

Depuis des années je connais le P. Serge, et j'étais avec lui en relation épistolaire pendant ses dernières années, ceci en vue d'une traduction en allemand de 2 de ses livres: Le pain et le sel - Prêtre des non-chrétiens. Une publication est envisagée pour 2011. Je l'admirais et aimais beaucoup, il n'épargnait pas son temps et ses forces pour répondre à toutes mes questions. Je serais très content de rester en contact avec des personnes qui l'ont connu, et de savoir si d'autres livres ont été publiés (je connais la trad. fr. du livre Le cri du coeur, publié récemment avec le texte persan.
Cordialement Iso Baumer (Dr. phil., ancien chargé de cours pour les Eglises d'Orient à notre Université de Fribourg.

Écrit par : Iso Baumer | 10/11/2010

Les commentaires sont fermés.