Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/07/2010

Sylvanès : "Le Pélerin" universel

Au cœur de l’année jacquaire, dénomination donnée à l’année durant laquelle la St Jacques se fête un dimanche- le Festival de Sylvanès a accueilli, samedi soir, la création d’une œuvre, « Le Pèlerin ».Sylvanès RETOUR concert le Pélerin.jpg


« L’ oratorio que nous avons joué ce soir », indique Jean François Caponi, qui en est le scénariste est « l’articulation narrative de chants  épars écrits par le Père André Gouzes sur plusieurs annéeset pour plusieurs lieux ». Cette musique d’abord à vocation liturgique permet à l’auteur d’allier la tradition et la création contemporaine. Michel Wolkowitsky, interprète du « Pèlerin » heureux des rappels d’un public enthousiaste, après avoir repris son souffle précise  « le caractère populaire et rassembleur de l’œuvre ».

Au delà de la dimension catholique du Dimanche 25 juillet, fête de St Jacques, cela a été, pour les 3 musiciens, l’occasion de faire passer le message de l’universalité du pèlerin. Pour Michel Wolkowitsky, le pèlerin, c’est bien sûr celui qui se rend –notamment- à St Jacques de Compostelle en cheminant. « Caminarem » disent les occitans. Mais c’est aussi « celui ou celle qui suit un chemin intérieur pour allez au meilleur de lui-même.» Universalité, donc ! Admise de tous, il suffit d’interroger les nombreux randonneurs qui chaque année se rendent dans le Finistère gallician en empruntant de Tours, Vézelay, Le Puy ou d’Arles le « Camino Francès ». Ils en reviennent transformés !Le regard sur sa propre vie est changé, les priorités sont autres. C’est dont tout cela qu’exprime avec joie et parfois gravité les choristes et solistes du « Pèlerin ». Le concert était donc construit de chants et récits narratifs, solistes et chœurs, flûtes et guitares, percussions et clavier, dans une musique aux sonorités médiévales. Occitan, français, latin et espagnol, s’y côtoient et renforcent le caractère ouvert et méditerranéen. « Le Pèlerin » rôle titre joué par Michel Wolkowitsky était entouré des airs de solistes interprétés par  Hélène Leroy, Béatrice Gaussorgues et Sylvain Lamesch, Mathilde Michel et Quentin Derbanne autour desquels le Cœur  de St Ambroise de Paris et le Grand Coeur de Sylvanès ont composé la fresque sonore chère à Jean-François Caponi qui en assurera une direction musicale  enthousiaste et joyeuse.

 

Au sortir de l’Abbatiale, marcheurs, pèlerins ou randonneurs d’ici ou d’ailleurs étaient en quelque sorte invités au voyage. Chacun décidant de sa propre destination ! St Jacques étant si loin et si proche !

Les commentaires sont fermés.