Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/08/2012

Deux concerts ovationnés pour clôturer en beauté cette 23e Académie

Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

Deux concerts, deux atmosphères pour une même œuvre voilà ce qui attendait les festivaliers ce mercredi 15 août. Au programme de cette journée, la Petite Messe solennelle de Rossini, désignée par son compositeur comme étant son « dernier pêché de vieillesse », une œuvre surprenante par l’émotion et la ferveur qui s’en dégagent. En effet, Rossini a mis dans cette Petite Messe toute son habileté pour y enchevêtrer la force et la solennité d’une messe mais aussi l’espoir, la candeur et le romantisme. Et pour en découvrir toutes les nuances et les subtilités, ce ne sont pas une mais deux versions qui ont été proposées aux festivaliers. Ainsi à 17 h, ce sont 8OO personnes qui sont venues pour ce concert de la 23e Académie et ainsi ressentir toute la force et la solennité de l’œuvre grâce à l’Ensemble orchestral Contrepoint. Si les spectateurs ont apprécié l’interprétation, ils auront aussi noté l’émotion de Michel Piquemal lorsqu’a retenti le grand orgue de l’abbaye pour un solo avant la troisième partie de cette Petite Messe. À 21h15, les festivaliers ayant bravé l’orage ont pu découvrir une version moins connue, et pourtant plus proche de l’idée originale du compositeur italien avec seulement un piano et un accordéon. Moins imposante et plus intimiste que la première, cette version a su plaire aux quelques 200 spectateurs venus ce soir-là grâce à la délicatesse qui ressortait de cette union improbable. Une union due en grande partie aux deux talentueux musiciens : Jamal Moqadem au piano et Aude Giuliano à l’accordéon. Cependant, les instruments n’étaient pas les seuls à faire de ces concerts des moments magiques. Car si les concerts de l’Académie de chœurs et d’orchestre sont si prisés, c’est bien pour le grand chœur composé d’une centaine de choristes amateurs venus de toute la France et de l’étranger dont le travail des 10 derniers jours trouvent juste récompense dans ces concerts. Sans oublier les quatre solistes professionnels qui alliaient avec maestria l’émotion, la subtilité et l’intensité de l’œuvre. Cette année, ce sont la soprano Nicole Fournié, le basse Jean-Louis Serre, le talentueux Julien Dran et Clémentine Margaine. Si la pluie s’est invitée en milieu d’après-midi à l’extérieur de l’abbatiale, le tonnerre se trouvait bel et bien à l’intérieur tant les applaudissements ont retenti à la fin des concerts pour saluer autant la prestation que la magie de cette rencontre entre choristes amateurs, solistes de renom, musiciens professionnels et chef d’orchestre de talent. Photo : JM Saumade

Les commentaires sont fermés.