Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/08/2012

Sylvanès : Une master class de haut niveau !

elisabeth cooper,Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

Comme sur un petit nuage… Oui, les spectateurs –prés de 200- a s’être déplacés à Sylvanès étaient comme dans la ouate d’une master class réussie. Les pianistes Éric Laur et Hélène Coquillaud, les chanteuses Isabelle Ribet, Delphine Maigret, Sophie Tramoni et Emilie Boudeau sous la direction passionnée de la maestra Elizabeth Cooper en personne, donnèrent un meddley de quelques grands airs de Mozart. Choisis pour leur complexité mais aussi pour le travail d’expressivité recherché par Mme Cooper chacune des chanteuses et les deux pianistes ont comme on dit trivialement dans le domaine sportif « élevé leur niveau de jeu ». C’était bien un objectif, entre autres, pour Michel Wolkowitsky de pousser les élèves de cette master class à acquérir, approfondir, des fondamentaux essentiels à l’art lyrique et à l’accompagnement pianistique. Le spectateur aura eu aussi la chance d’assister aux conseils ponctués de mimiques et de gestes proches de la chorégraphie d’une Elizabeth Cooper heureuse de communiquer toute la science de son Art. Un beau concert qui, souhaitons le, donnera la concrétisation, d’une collaboration entre la chef d’orchestre et le Festival de Sylvanès dans les mois à venir. Mélomanes et amateurs de musiques ne manqueront pas de suivre cela de prêt.

24/08/2012

Voix corses, marché du terroir et bal en clôture du festival

sartene,Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

Après un été chargé, voici venir le dernier concert du Festival de l’Abbaye de Sylvanès : les polyphonies corses. Les amateurs auront probablement reconnu le nom du directeur musical, Jean-Paul Poletti. Pour tous les autres, sachez qu’il est un des plus ardents défenseurs de la culture corse et surtout de son patrimoine vocal et musical. Ce dimanche 26 août, l’Abbaye de Sylvanès a le privilège d’accueillir à nouveau, ce grand artiste, tout à la fois interprète, compositeur et auteur. À 17 h, il chantera avec le Chœur d’hommes de Sartène et partagera l’affiche avec le trio féminin Ucchjata. Le programme du concert abordera des œuvres sacrées comme des œuvres traditionnelles, ainsi que de nombreuses créations de Jean-Paul Poletti lui-même. Hommes et femmes corses entonneront ces chants avec la puissance dont ils sont coutumiers, à vous de venir les écouter !
Marché gourmand et bal traditionnel occitan
Afin de clôturer cette 35e édition en beauté, les festivaliers pourront se retrouver après le concert et partager leurs impressions lors du marché champêtre organisé dans la prairie de l’Abbaye où grillades, farçous, bières et glaces artisanales ainsi que bien d’autres spécialités locales les attendent. Ce sera l’occasion de reprendre des forces avant de participer sur le parvis dès 21 h au traditionnel bal occitan animé par le groupe Los d’Endacom. Un programme musical de qualité, un repas convivial et une ambiance chaleureuse, voilà de quoi achever cette 35 édition sur un moment agréable et festif !


Tarif concert du 26/08 : 25 €, 20 € et 15 €
Concert gratuit pour les moins de 13 ans.

Renseignements et réservations au 05 65 98 20 20
Le programme complet du festival sur www.sylvanes.com

23/08/2012

Festival off : Mozart en récital et chants sacrés du Moyen Age

elisabeth cooper,Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

Si le festival de musique bât son plein au sein de l’ancienne abbaye cistercienne, l’activité parallèle de formation vocale n’est pas en reste. Actuellement, 2 stages sont en cours dans les murs : une classe de maître de chant lyrique dirigée par la réputée chef d’orchestre et pianiste Elizabeth Cooper et un stage de chants sacrés du Moyen Age animé par deux chanteuses de l’Ensemble vocal Mora Vocis. Si le premier s’adresse à des chanteurs solistes en fin d’études et professionnels ainsi qu’à des pianistes chefs de chant, le second ne nécessite aucune compétence vocale particulière et est accessible à tous. Les 20 amateurs qui y participent peuvent ainsi profiter de l’acoustique exceptionnelle de l’abbatiale pour s’essayer aux polyphonies des 12e et 13e siècle et tout particulièrement aux œuvres de Hildegard Von Bingen, cette abbesse hors du commun dont les chants poétiques constituent de véritables hymnes à la vie, à l’amour, à la fécondité et à la femme. Ils livreront le fruit de leur travail ce jeudi 23 août à 17 h dans l’abbatiale.

Samedi 25 août à 17 h dans le scriptorium, ce sera au tour des élèves chanteurs et pianistes de la classe de maître de présenter au public les œuvres étudiées tout au long de la semaine avec une particularité puisque seront au programme exclusivement des récitatifs et airs des opéras de Mozart. Avis aux amateurs des belles voix!

Participation libre pour ces 2 concerts :
Jeudi 23 août à 17 h (abbatiale) et samedi 25 août à 17 h (scriptorium).
Renseignements au 05 65 98 20 20
Le programme complet du festival sur www.sylvanes.com

22/08/2012

Elisabeth Cooper : « L’art est l’expression de l’âme »

elisabeth cooper,Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

Élisabeth Cooper la pianiste et chef d’orchestre, dirige cette semaine à Sylvanès une master class en collaboration ave Michel Wolkowisky. Le thème choisi « chanter et accompagner les Opéras de Mozart ». Pour le moins un programme d’une grande ambition. Les cinq pianistes huit chanteurs, sous la baguette de la « mæstra » française peuvent ainsi écouter les conseils d’une artiste, ami de Maurice Béjart- découvreuse de Roberto Alagna et ayant travaillé avec Armin Jorda, et Herbert Von Karajan. Aujourd’hui, premier chef invité de l’orchestre principal de l’Armée de Terre, elle consacre, outre son travail d’interprète, son temps à l’enseignement. Ce qui la rend heureuse !

Qu’est ce qui vous a amené à Sylvanès ?
D’abord la joie de retrouver Michel (ndlr Wolkowitsky), nous nous sommes jamais perdus de vue, mais après 20 ans, d’absence à Sylvanès, nous avons décidé de travailler ensemble pour cette master class. Michel prépare techniquement les élèves notamment sur la respiration, la posture et étant complémentaire auprès de ces élèves à potentiel, je leur propose un approfondissement sur le style des œuvres de Mozart. J’adore ce travail, il me permet de transmettre tout mon savoir. Toutes les collaborations, tout le travail effectué durant ma carrière, je pense notamment à tout ce que j’ai réalisé avec Maurice Béjart, notamment, est une mine de culture emmagasinée. Je la mets à disposition des élèves. Ici, à Sylvanès, les élèves sont engagés et peuvent s’ils écoutent les bons conseils atteindre leur but et devenir des professionnels reconnus.

Comment ces jeunes peuvent imaginer vivre de leur art ?

C’est très difficile ! Mais je dirai qu’il y a trois valeurs essentielles qui peuvent participer à la construction d’un artiste de talent : Passion, simplicité, discipline ! D’autre part, mais cela dépasse le cadre individuel mais touche à la politique culturelle en France, il faut retirer les barrières de la musique classique, revoir le système d’enseignement de la musique, voyageant je peux comparer et je pense qu’il faut reconsidérer ces choses. L’enseignement est essentiel, le talent français est là comme un diamant à l’état brut il faut le travailler et ne pas penser comme je l’entend trop quelques fois : « On prend tel ou tel soliste étranger car il n’y en a pas en France ».

Que doivent retenir vos élèves pour progresser ?
Puisque c’est une semaine consacrée à Mozart, qui a écrit de la musique à l’état pur, il me semble qu’il faut redevenir à un chant naturel, associer la virtuosité et l’expression. L’art est l’expression de l’âme. La transmission au public rend heureux et apprendre comme les élèves de Sylvanès, aussi !

elisabeth cooper,Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes


Aurons nous la chance de vous voir jouer ou diriger à Sylvanès?
Nous réfléchissons à un projet pour l’année prochaine mais je préfère ne pas en dire plus, je suis superstitieuse !

Propos recueillis par Marc Ayral

21/08/2012

Danse indienne, jazz : les racines universelles

Raghunath Manet,Didier Lockwood,Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

Didier Lockwood et Raghunath Manet, comme deux amis, complices et joueurs, ont donné aux auditeurs de Sylvanès un spectacle vif, enjoué et surtout intuitif. Au moins, pour ce dernier qualificatif, en apparence, car, avec la belle voix d’Aurélie Claire et les percussions indienne de Murigan frère réincarné d’un Max Roach, tant son scandé et vif et alerte, l’expression se nourrit du talent et d’une technique maîtrisée. Les deux phares de la soirée sous titre leur œuvre de « rencontre de deux cultures ». A y bien regarder et à y bien écouter, en creusant, c’est au mois 4 cultures que le mélomane et passionné de danse pourra dénouer. Bien sûr, le jazz est là, les fans de Lockwood n’en attendaient pas moins. Mais le violoniste et ami du regretté Stéphane Grapelli ne se laisse pas enfermer et étiqueter. Même s’il nous joue une respiration à la trompette semblant, en fermant les yeux, faire référence au grand Miles Davis, il joue avec une fibre de musicien classique, habité et engagé dans son récit. De son côté, Raghunath Manet danse et chante un staccato indien que les spectateurs renvoient à son invite dans un répons malicieux. Le béotien apprécie. Du Bollywood à fleur de peau, du tango échevelé et transgressif, et surtout une folie gitane dans toute la fibre interprétative. Superbe !
Omkara c’est le nom qui désigne le son originel, celui de l’architecte suprême, Shiva. Oui, c’est sûr bien plus que deux ou quatre cultures, universelle œuvre ! Bravo !

Marc Ayral

20/08/2012

Deux concerts ovationnés pour clôturer en beauté cette 23e Académie

Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

Deux concerts, deux atmosphères pour une même œuvre voilà ce qui attendait les festivaliers ce mercredi 15 août. Au programme de cette journée, la Petite Messe solennelle de Rossini, désignée par son compositeur comme étant son « dernier pêché de vieillesse », une œuvre surprenante par l’émotion et la ferveur qui s’en dégagent. En effet, Rossini a mis dans cette Petite Messe toute son habileté pour y enchevêtrer la force et la solennité d’une messe mais aussi l’espoir, la candeur et le romantisme. Et pour en découvrir toutes les nuances et les subtilités, ce ne sont pas une mais deux versions qui ont été proposées aux festivaliers. Ainsi à 17 h, ce sont 8OO personnes qui sont venues pour ce concert de la 23e Académie et ainsi ressentir toute la force et la solennité de l’œuvre grâce à l’Ensemble orchestral Contrepoint. Si les spectateurs ont apprécié l’interprétation, ils auront aussi noté l’émotion de Michel Piquemal lorsqu’a retenti le grand orgue de l’abbaye pour un solo avant la troisième partie de cette Petite Messe. À 21h15, les festivaliers ayant bravé l’orage ont pu découvrir une version moins connue, et pourtant plus proche de l’idée originale du compositeur italien avec seulement un piano et un accordéon. Moins imposante et plus intimiste que la première, cette version a su plaire aux quelques 200 spectateurs venus ce soir-là grâce à la délicatesse qui ressortait de cette union improbable. Une union due en grande partie aux deux talentueux musiciens : Jamal Moqadem au piano et Aude Giuliano à l’accordéon. Cependant, les instruments n’étaient pas les seuls à faire de ces concerts des moments magiques. Car si les concerts de l’Académie de chœurs et d’orchestre sont si prisés, c’est bien pour le grand chœur composé d’une centaine de choristes amateurs venus de toute la France et de l’étranger dont le travail des 10 derniers jours trouvent juste récompense dans ces concerts. Sans oublier les quatre solistes professionnels qui alliaient avec maestria l’émotion, la subtilité et l’intensité de l’œuvre. Cette année, ce sont la soprano Nicole Fournié, le basse Jean-Louis Serre, le talentueux Julien Dran et Clémentine Margaine. Si la pluie s’est invitée en milieu d’après-midi à l’extérieur de l’abbatiale, le tonnerre se trouvait bel et bien à l’intérieur tant les applaudissements ont retenti à la fin des concerts pour saluer autant la prestation que la magie de cette rencontre entre choristes amateurs, solistes de renom, musiciens professionnels et chef d’orchestre de talent. Photo : JM Saumade

19/08/2012

La fête de l’école d'Arnac sur Dourdou, 50 ans après

arnac sur dourdou,école,aveyron,yves rouquettes

L’association La Clote, dans son souci de sauvegarde du patrimoine de la commune d’Arnac-sur-Dourdou, a organisé, ce samedi 11 août « la fête de l’école », qui avait connu sa dernière année scolaire en 1962-1963.
En invitant, 50 ans plus tard, les anciens élèves, l’association a permis à 23 d’entre eux de retrouver Madame Phalippou qui y fut institutrice, mais aussi, au travers de l’exposition des archives de la mairie-école et une centaine de clichés, certains ont pu y récupérer, avec émotion, des souvenirs personnels. Marie Rouanet, marraine de la journée, empêchée ,à laisser le soin à Yves Rouquette, de faire une dictée sous l’ancien préau, à des écoliers installés sur de vieux pupitres et dotés de porte-plumes. Trois d’entre eux ayant fait zéro faute ont été récompensés par des livres de belle édition lors de la remise des prix, au cours du repas servi sous les tilleuls de l’ancienne cour de récréation, à près de 100 convives. Moments de bonheur, par exemple pour Madame Pouget (l’ancienne élève Raymonde Apollit) retrouvant, plus de 50 ans après, ses anciens camarades, dans leur école, pour une journée chargée de souvenirs et d’émotion. Cette toute petite commune, tout au sud de l’Aveyron, limitrophe du Tarn et de l’Hérault, a été honorée par la présence de personnalités sénateur, député, conseiller général et notamment l’ancien maire (de 1947 à 1995), Louis Maury.

17/08/2012

Cheminer vers Compostelle au son de l’Omkara

Didier Lockwood,Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

La fin du Festival approche et pourtant, l’Abbaye de Sylvanès a encore quelques belles surprises en réserve. Parmi celles-ci figure un des plus attendu programme de cette édition, la création « Un Camino de Santiago » jouée ce dimanche 19 août à 17 h dans l’abbatiale. À la harpe et au chant, on trouve Arianna Savall, « une fée à la voix d’ange » qui a su profiter de l’expérience de ses parents pour trouver sa propre voix. À ses côtés, la Fenice rassemble cinq véritables virtuoses de la musique baroque dont le cornettiste Jean Tubéry. Ensemble, ils font revivre le pèlerinage de Compostelle à leur façon, profitant d’un répertoire riche et coloré, composé autour de chaque région traversée, de chaque langue chantée, de chaque sentiment ressenti par le pèlerin. De la ferveur initiale à la joie d’atteindre enfin Saint Jacques, vous voilà transporté le long du chemin.

Après le dîner dans le scriptorium (à 19 h sur réservation) c’est à 21 h 30, une toute autre odyssée que vous pourrez écouter dans l’aire du cloître de l’Abbaye. Omkara II, ce sont les retrouvailles de deux cultures à travers la danse de Raghunath Manet et le violon de Didier Lockwood. Dans la mythologie indienne, « l’omkara » est le premier son émis au monde, un son sacré qui donne naissance à tous les autres. Ici, l’Omkara est chanté par Claire Prost, soutenu par les percussions de Sri Murugan et élevé par le talent du violoniste jazzman et du danseur de bharata natyam. Une création à succès qui tisse des liens entre danse et musique, entre divin et terrestre, entre orient et occident…
Pour ces 2 concerts, les réservations sont conseillées.


Repas du Festival à 19 h, tarif 16 €
Tarif concert 17 h : 12 € à 23 € - Tarif concert 21 h 30 : 16 € à 30 €
Forfait 2 concerts 17 h et 21 h 30 : 48 €
Concerts gratuits pour les moins de 13 ans.

Renseignements et réservations au 05 65 98 20 20
Le programme complet du festival sur www.sylvanes.com

14/08/2012

Le dernier court métrage de Aymeric Ayral

Aymeric Ayral vient d'achever son dernier court métrage "Mirrored II", je vous propose de le visionner.

Mirrored Chap.II from Aymeric Ayral on Vimeo.

13/08/2012

Deux versions pour la Petite messe solennelle de Rossini

michel piquemal,Michel Wolkowitsky,sylvanès,festival de sylvanès,andré gouzes

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le « testament musical » de Rossini n’est pas un opéra, mais une messe solennelle et aussi solennelle soit-elle, elle était destinée à être jouée par deux piano forte et un accordéon ! Version jugée trop populaire pour un compositeur tel que lui, il changea d’avis et composa deux versions plus classiques : une version pianos, harmonium et une version orchestrale. Pour le 15 août, la traditionnelle réunion de l’Académie de Chœur et d’Orchestre et de Michel Piquemal aura bien lieu avec au programme cette petite messe de Rossini. Petite seulement par le nom, elle réunit cette fois plus de quatre-vingts choristes présents à Saint-Affrique depuis 10 jours pour travailler cette audacieuse partition. À leur côté, on retrouvera les solistes Nicole Fournié, Clémentine Margaine (Révélation lyrique des Victoires de la Musique 2011), Julien Dran et Jean-Louis Serre pour une interprétation pleine de justesse et de ferveur.

Deux versions s’offrent à vous ce mercredi 15 août pour (re)découvrir cette messe… La première interprétation, plus classique sera donnée à 17 h (représentation qui affiche déjà complet) avec le chœur et la totalité de l’orchestre. Tandis que la seconde interprétation, moins connue, sera donnée à 21 h 15 par le chœur au complet accompagné du pianiste Jamal Moqadem et de l’accordéoniste Aude Giuliano, conformément au désir du compositeur et de ce fait fidèle à la partition d’origine. Alors si vous voulez prêter l’oreille à la musique sacrée de Rossini rendez-vous dans l’abbatiale de Sylvanès ce mercredi 15 août à 21h15.

Tarif concerts du 15/08 de 15 € à 30 € (selon placement et réductions)
Concerts gratuits pour les moins de 13 ans.

Renseignements et réservations au 05 65 98 20 20
Le programme complet du festival sur www.sylvanes.com