Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/07/2014

Sylvanès : la vaste ronde du monde

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

Ce dernier dimanche au Festival de l’Abbaye de Sylvanès, La Camera delle Lacrime a proposé une interprétation joyeuse, festive et participative du Livre Vermeil de Montserrat. Dans l’ensemble qui fait référence en matière de musiques anciennes, Khaï-dong Luong à la conception artistique, et Bruno Bonhoure à la direction musicale, ont voulu faire participer une vingtaine de choristes amateurs de quatre chorales du Sud Aveyron (La Muse Chœur, Van Berchem, Fiori Musicali et Chanlibre) pour donner cet incontournable du répertoire médiéval catalan. Copiés vers la fin du XIVe siècle, les textes et musiques du Livre Vermeil étaient destinés aux pèlerins qui se réunissaient pour chanter, danser, veiller toute la nuit avant d’accéder au matin à la Vierge noire dans l’église du sanctuaire du monastère de Montserrat. Au début de la représentation à Sylvanès, les choristes placés au fond de l’abbatiale ont marché en rythme pour rejoindre les musiciens professionnels dans le chœur sur un pas de procession emprunté aux Pénitents italiens. Le public s’est ainsi trouvé pris au milieu de la danse, puis a été sollicité pour reprendre des refrains et des gestes sur des airs souvent entraînants. Dans son interprétation à la fois libre et maîtrisée, Bruno Bonhoure jouant du parlé-chanté, de toutes les couleurs de sa voix, et de son bombo leguëro (percussion) s’est toujours attaché « au texte, à la poésie », selon ses mots. L’espace, le corps et la ronde étaient aussi essentiels pour le concert suivant. Noureddine Khourchid et les Derviches tourneurs de Damas, placés sur une scène symbolisant la Création, ont enthousiasmé les quelques cinq cent spectateurs réunis dans l’abbatiale. Au son du dhikr, mélopée solennelle d’invocation des noms divins, les derviches ont franchi progressivement des niveaux de chant, de mouvement et d’intensité. Tournant sur eux-mêmes, les derviches figuraient les astres du cosmos qui gravitent autour du soleil. Bien que spectateurs, les publics de dimanche ont été entraînés dans les mouvements priants des concerts de la journée.

Les commentaires sont fermés.