Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/08/2014

Le tango s’est invité à l’abbaye de Sylvanès

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

La journée musicale aux couleurs de l’Argentine a connu un énorme succès auprès des 800 spectateurs présents dimanche 17 août à l’Abbaye de Sylvanès.

Elle a débuté à 17 h dans l’abbatiale avec un programme d’œuvres argentines dont les six chansons Indianas de Carlos Guastavino et la célèbre pièce instrumentale Adios Nonino du maître Ástor Piazzolla.

Puis, le concert a laissé place à l’étrange rencontre du tango et des textes de messe en latin avec une interprétation magique de la Misa Tango composée en 1996 par Martin Palmeri. Imaginez les mélodies de Buenos Aires, ses syncopes et ses accords tango-tango, et d'un coup, la liturgie se réchauffe. Un incroyable mélange se crée, qui associe, sans blasphème, le sacré et le profane, la danse sensuelle et la rigueur du religieux. Une rencontre si improbable qu’elle en est fascinante grâce à une distribution de haut vol : l’Ensemble vocal Michel Piquemal, le bandonéoniste Gilberto Pereyra, le pianiste Jamal Moqadem et le quintet à cordes de l’orchestre contrepoint. Les voix solistes féminines de l’ensemble vocal sont sublimes, capables de toutes les émotions. La ferveur et l’enthousiasme qui animent le chef Michel Piquemal et ses musiciens ont unanimement séduit l’auditoire, debout en fin de spectacle pour applaudir et saluer la performance des artistes.

Dès 21h, dans l’aire du cloître, sur une scène éclairée de lampes rouges et blanches, le public s’est laissé porté par les histoires et par les danses d’Argentine. Sous la direction de Jorge Saraniche, chanteur passionné de tango, les musiciens et les danseurs talentueux ont déroulé le fil des musiques latines. Le violoniste Etienne Sicard, Le contrebassiste Aurélien Deléron, la pianiste Sylvie Gomez et le bandonéoniste Fernando Maguna ont joué et accompagné avec talent milongas saccadées, tangos et valses sans oublier le jeu de séduction de la zamba ou le rythme syncopé de la chacarera… Les deux magnifiques danseurs Marina Carranza et Gustavo Gomez ont aussi interprété un Malambo, la danse défi des gauchos, gardiens de troupeaux dans la pampa argentine, alliant grâce et virilité. Malgré la fraîcheur de la nuit de Sylvanès, la scène n’en fut pas moins enflammée et le ciel étoilé ont rendu cette Noche del Tango encore plus dépaysante.

Les commentaires sont fermés.