Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/08/2017

Sylvanès : Un grand 15 août, un Requiem pour les vivants !

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Le voilà ce 15 août sylvanésien, dans sa tradition fervent le matin pour les croyants qui ont assisté à l’office, laïque et pourtant encore cultuel l’après-midi. Faut dire, que ce jour-là, l’abbatiale presque millénaire, accueille à bras ouverts près de 1000 spectateurs toujours fidèles pour ce moment fort de la saison culturelle sud-aveyronnaise. En cela, le Requiem de Verdi correspond à l’attente de tous les publics. Les croyants ou les agnostiques peuvent se retrouver dans cette œuvre massive, tourmentée, puissante et surtout profondément optimiste. Oui, optimiste car Verdi a écrit cette œuvre gigantesque non comme un énième suivisme liturgique, très à la mode au 19ème siècle, mais presque un opéra dédié plus au vivant qu’au mort. Un comble pour un Requiem. On comprend qu’à cette époque l’Eglise ne pouvait que très peu apprécier la déviance. Ce 15 août, l’abbatiale était donc comme joyeuse de retrouver autour du fidèle Michel Piquemal, un chœur composé de 124 choristes devant lesquels s’était installé l’orchestre Contrepoint. La distribution des solistes avec Béatrice Uria-Monzon, mezzo-soprano, Bénédicte Roussenq , soprano,

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Patrick Garayt, ténor et Jacques-Greg Belobo, basse donna à l’exécution de ce Requiem la force attendue par le chef et espéré par le public qui demeura longtemps debout à applaudir les acteurs eux aussi heureux d’avoir abouti avec engagement. Ce dont Verdi aurait paraît-il dit : « En musique comme en amour, il faut être sincère pour être cru ». A n’en pas douter les festivaliers sylvanésiens y ont cru, à fond !

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Écrire un commentaire