Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/08/2017

Le roi tango pose son trône à Sylvanès

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Ce dimanche soir, (20/08), l’aire du cloître de l’Abbaye de Sylvanès recevait le roi tango. Roi ? Pas toujours ! Petite frappe, canaille, marlou d’abord. Issu des bas-fonds porteños, de la négritude, du métissage. Tango comme le blues, le fado, le flamenco, le style argentin en plus.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

L’exigence du mouvement, le corp, l’instrument, le chant pour pousser un cri ! A Sylvanès comme ailleurs, le tango, peu à peu, s’est universalisé dignement car il n’en a pas oublié ses racines. En cela, Juan José Mosalini, compagnon de route d’Astor Piazzola, sait recréer un tango d’aujourd’hui, ciselé et inventif. Les fondements sont là, son bandonéon qui pleure ou rit nous le rappelle. Sandra Rumolino chanteuse au spleen souriant a charmé avec grâce les spectateurs sylvanésiens. « Tango, Tango, Libertango » pourrait dire l’observateur averti voyant virevolté

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

le couple Gabriela Fernandez et Jorge Rodriguez sur la scène du cloître. Au côté de Mosalini, Sébastien Carajou au violon, Diégo Aubia au piano et Léonardo Terruggi à la contrebasse font plus qu’accompagner les protagonistes, ils sont l’âme de cette soirée tango. Quartet de rêve, pour une musique tribale, devenu tripale. Qui touche le cœur, qui touche l’âme !

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Commentaires

Bravo pour cette article!!! enfin un journaliste et bravo aussi au photographe !! merci avec alma de Tango . Jorge Rodriguez

Écrit par : rodriguez | 25/08/2017

Bravo pour cette article!!! enfin un journaliste et bravo aussi au photographe !! merci avec alma de Tango . Jorge Rodriguez

Écrit par : rodriguez | 25/08/2017

Merci de votre commentaire M. RODRIGUEZ, et surtout félicitations à vous et à tous vos ami(es) de l'ALMA TANGO c'était absolument superbe. Bravo encore et plein succès à tous pour la suite. Marc Ayral

Écrit par : Marc Ayral | 25/08/2017

Écrire un commentaire