Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/08/2017

Michel Wolkowitsky : « La pérennité de Sylvanès c’est mon engagement d’aujourd’hui ! »

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Ce dimanche 27 août, le rideau tombera sur le 40ème festival de Sylvanès. L’heure d’un premier bilan pour son directeur, Michel Wolkowitsky.

Marc Ayral : Cette 40ème édition bientôt achevée vous a-t-elle satisfaite tant qualitativement que par le nombre de ses festivaliers ?

Michel Wolkowitsky : En quelque sorte notre métier -avec toute l’équipe très motivée qui m’entoure, merci à eux- est de réunir les conditions de la réussite mais cela ne va pas de soi. Le début du festival, en juillet, est d’année en année de plus en difficile car les périodes de vacances se raccourcissent pour beaucoup de français et donc ce mois de juillet reste une vraie fragilité sur laquelle il faut avoir une analyse approfondie et des actions adaptées. Août est là pour conforter tout notre travail. Nombre de professionnels locaux me disent souvent « Ah ça y est Sylvanès a démarré, les visiteurs et festivaliers sont arrivés ! », c’est dire que nous sommes une locomotive touristique pour le territoire. Pour le festival lui-même je pense que nous avons tenu nos promesses artistiques en trouvant sur le 40ème festival une programmation équilibrée et ambitieuse dont en effet nous sommes très satisfaits, mais surtout et c’est le plus important, dont le public a exprimé concrètement sa satisfaction !

MA : Qui sont vos festivaliers ?

MW : Une récente étude indiquait que nos festivaliers pour 30% venaient de Languedoc-Roussillon, 25% d’Aveyronnais, 25% de Midi-pyrénéens et 20% de l’extérieur de la région dont un nombre non négligeable d’étrangers. Mais ces chiffres seront à consolider dans les semaines à venir. En cela, oui nous sommes un pôle attractif pour le Sud-Ouest Aveyron certes mais indissociablement pour tout l’Aveyron. Notre notoriété est liée à celle de l’Aveyron. Dans la tête des gens Sylvanès égale Aveyron.

MA: Mais ici même dans ce territoire des Monts d’Orb et du Rougier comment agissez-vous ?

MW : La force d’attractivité est forte pour le territoire, je le disais, mais pas seulement grâce au festival, elle l’est aussi grâce à notre implication dans des actions locales avec les enseignants des écoles et collèges, avec la formation des futurs talents de l’art lyrique, par le site lui-même, remarquable de majesté. Mais, même si cela est important, cela n’est pas ma préoccupation première. Notre projet avec André Gouzes a été de s’inscrire dans une histoire en donnant une chance à Sylvanès de revivre. Nous n’avons pas voulu transplanter quelque chose de l’extérieur, Nous nous sommes laissés inspirer par le lieu et par les gens du pays qui nous ont beaucoup apporté. Certes, nous avons longtemps été décalés et vus comme élitistes, cela est du passé ! Néanmoins, on répond quelque part à un manque dans notre société, on répond à des questionnements. Mais avec le Centre culturel de Rencontre nous voulons ouvrir aux dialogues des cultures. Cela s’inscrit dans une démarche philosophique et humaniste en premier. Cela dit, c’est vrai nous avons eu d’abord une reconnaissance nationale et internationale avant d’avoir une reconnaissance locale. Même si aujourd’hui encore Sylvanès est à part ! Alors que nous le portons ce territoire nous le faisons rayonner.

MA : Comment voyez-vous l’avenir pour Sylvanès ?

MW : Dans les prochaines semaines nous aurons des réunions qui seront importantes pour Sylvanès. La première pierre de l’avenir c’est le Centre Culturel de Rencontre autour duquel nous devons bâtir. Au sens propre comme figuré. Nous devons améliorer notre hébergement et travailler à ce que des Bains de Sylvanès puissent se concrétiser en un projet durable, enfin ! Puis, Au-delà des refondateurs que nous sommes avec André Gouzes, Sylvanès va continuer à vivre. Je me fais un devoir de m’assurer que la pérennité soit assurée. C’est mon engagement d'aujourd’hui, je le tiendrai !

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Écrire un commentaire