Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/08/2017

Le chant rauque du Tibet souffle sur Sylvanès

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Les moines bouddhistes de Gyutö étaient à Sylvanès (vendredi 25/08/17) pour proposer aux nombreux spectateurs d’écouter une rareté, les chants et musiques du cérémonial tantrique tibétain. Spectacle s’ouvrant sur fond de polémique où certains esprits malveillants, s’exprimant sur les réseaux sociaux, y ont vu une forme de profanation du lieu en allant même jusqu’à écrire : « Le Droit Canonique interdit des célébrations non-catholiques dans une église catholique consacrée et en fonction liturgique. » Ce à quoi Michel Wolkowitsky voulant mettre un terme à la diatribe en ouverture s’est autorisé à redonner le sens de la démarche des refondateurs de l’Abbaye en rappelant l’un de piliers de l’œuvre de Sylvanès : « le dialogue des cultures et des religions » et poursuivant : En ce sens nous avons une vocation d’accueil. C'est cela la grandeur du christianisme, d'accueillir les autres traditions sacrées du monde, dans le respect d'une fraternité humaniste et bienveillante ! » Bref, ce n’était pas simple pour les moines de lancer leurs chants pourtant captivants et invitant à la méditation.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Sur des registres très graves en diaphonie permanente, rappelant les vents se frottant aux cimes hautes de l’Himalaya tibétain. Les yeux fermés, les images venaient, celle Alexandra David-Néel parcourant les montagnes sacrées pour se rendre dans les monastères bouddhistes à la recherche de l’absolu. Celle de l'alpiniste autrichien Heinrich Harrer qui se lia d’amitié avec le Dalaï Lama, histoire qui fut popularisée par le film de Jean-Jacques Annaud. « 7 ans au Tibet ». Et aussi, l’image des nombreux temples bouddhistes tibétains (dont celui de Roqueredonde) où pratiquent de nombreux adeptes de cette philosophie, qu’elle soit de tradition tibétaine ou japonaise. Rouvrant les yeux, les 6 moines en robe appelée kāsāya de couleur jaune safran et orange poussaient la vocalise rauque et gutturale au point ultime de la capacité physique d’un homme.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Cymbales, clochettes, grand tambour et trompettes accompagnaient les modulations chorales. Étonnant et enivrant parfois. Ce n’est qu’à la fin du spectacle que les festivaliers purent applaudir tant ils étaient tous plongés dans les profondeurs de leurs intimes recueillements. Avant que chacun quitte l’abbatiale les moines, selon la tradition, revêtirent toute l’équipe du festival, de l’écharpe blanche (kata) du bon augure. Belle démonstration d’ouverture et d’amitié.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Commentaires

Quel honneur... de me voir cité dans ce texte en tant que "esprit malveillant", et celà pour avoir, quant à moi, cité le Droit Canonique qui établi la loi de l'Église Catholique. En outre, le point n'était nullement de ne pas recevoir les budhistes ni de les faire chanter dans l'église, mas strictement de ne pas leur donner authorisation pour faire UNE CELEBRATION TANTRIQUE dans un lieu de culte catholique. Ce n'était pas seulement de la musique, mais de pratique religeuse pas conciliable avec l'église.
Maintenant, ce serait très convenable de faire enregistrer ici l'opinion de l'êveque local à propos de cette célebration tantrique avec des mandalas et etc. dans un temple de foi catholique, plutôt que de lancer insultes a des personnes que vous ne connaissez pas, en s'arrogant la poste de certains e sûrs.

Écrit par : Félix Ferrà | 27/08/2017

Écrire un commentaire