Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/12/2006

Per la lenga occitana! Oc!

medium_manif_carcassona_3.jpgAprès Carcassonne, Béziers :
Après le succès de la manifestation de Carcassonne, qui a rassemblé plus de 10 000 personnes le 22 octobre 2005, le collectif "manifestar per l'occitan" appelle à une manifestation le 17 mars 2007 à Béziers.
Nous étions plus de 10.000 à Carcassonne en 2005 pour manifester pour l'occitan.
Nous serons plus encore à Béziers le 17 mars 2007 !
Pour l'avenir de l'occitan, pour son droit d'exister et de se développer... Pour réveiller tous ceux qui n'ont pas encore compris que notre langue veut vivre! ... et qu'il faut des actes pour cela! Pour une journée revendicative, placée sous le signe de la fête et de la rencontre... Vous pouvez noter la date dans vos agendas et faire circuler le message.


medium_manif_carcassona_00.2.jpg

Anem ! Per la Lenga Occitana Òc !
MANIFESTACION A BESIÈRS
dissabte 17 de març de 2007


Caras amigas, cars amics,
La manifestacion de Besièrs se prepara. Dempuèi quauques meses ja lo Comitat de la Crida
« Anem Òc! » s'amassa regularament. Sèm dintrats ara dins la fasa de mobilizacion. Avèm
besonh de totes per far de Besièrs una granda capitada. Lo 17 de març devèm èstre encara
mai nombroses que lo 22 d'octobre de 2005 a Carcassona. Devèm mostrar nòstra
determinacion a obtenir una politica en favor de la lenga occitana e a obtenir la mesa en plaça
de mesuras que repondràn a nòstras reivindicacions.
Lo collectiu organizator vos convida a prendre d'iniciativas per far conéisser la manifestacion.
● Vos convidam tanben a nos prepausar d'animacions, d'accions que poiràn mediatizar la
jornada del 17 de març. Cadun dins son vilatge, dins sa vila pòt far quicòm.
D'unes nos prepausan de menar tala o tala accion qualques jorns abans lo 17 de març.
D'autres nos prepausan de causas pel jorn de la manifestacion. Totas las idèas seràn
planvengudas.
● Cadun pòt contactar d'elegits e lor far signar lo tèxte de la crida que trobaretz sus
www.manifestarperloccitan.com.
Cadun pòt reculhir lo sosten e la participacion de las associacions localas de son endrech, de
personalitats, de responsables sindicals o associatius... Pensatz de comunicar aqueles sostens
al comitat d'organizacion, per corrièr a l'adreça çai-dessús o per email a :
anem.sostenguem@free.fr
Un coordinator, Miquèl Còsta, es disponible per vos informar e per vos permetre de dispausar
del material necessari (afichas, desplegants...).
Donarem al mai lèu d'informacions suls eveniments que seràn organizats per mediatizar la
manifestacion. N'i aurà d'importants.
Ja la mobilizacion s'anóncia fòrta e divèrsa. Vendrà de totas las regions occitanas. Aquò farà
una manifestacion que deu arribar a las aurelhas de totes los candidats a las divèrsas
eleccions, a las aurelhas de totes los responsables politics. Devèm èstre ausits. Ja sabèm que
Carcassona obliguèt de responsables a se pausar de questions e a metre en plaça de causas
novèlas en favor de la lenga. Cal encara aumentar la quichada. Lutam per quicòm de juste,
d'important per l'avenir de nòstre país e del monde, per l'avenir dels occitans.
Mercés de vos mobilizar tre ara e de començar de preparar lo viatge per Besièrs. Una granda
fèsta amb fòrça artistas occitans clavarà la manifestacion lo ser del 17 de març. I aurà de qué
manjar, de qué far la fèsta e mostrar que sèm vius e determinats.
Lo collectiu : IEO – Felibrige - FELCO - Calandreta - Òc-Bi - Conselh de la Joventut
L' amassada que ven del Comitat d'organizacion se debanarà a Besièrs lo 16 de decembre a
9 oras al CIRDOC. Es una amassada qu'es dubèrta. Podètz venir o nos podètz tanben
mandar de prepausicions abans aquel acamp.

medium_manif_carcassona_1.jpg

14, Avenguda Estève d'Orves BP 60011 34501 BESIÈRS Cedex
14, Avenue Etienne d'Orves BP 60011 34501 BEZIERS Cedex
Tel/fax 04 67 31 18 91 / 06 86 00 66 39 www.manifestarperloccitan.com

Marc Ayral ©

04/12/2006

La Vène ou l'Avène suite du débat

Le débat partit de Balaruc le Vieux semble faire tâche d'huile le long de notre rivière. Un érudit montbazinois à voulu apporter de l'eau au moulin de la controverse.

Jean David, historien et vice président de l'université du temps libre du Bassin de Thau indique : "L'orthographe "la Vène" s'est substitué à celui de " l'Avène" au XVIIIème siècle où nous trouvons sur la carte de Cassini la désignation exacte : "La Veine". " Cette précision apportée, Jean David se range néanmoins parmi les partisans de "l'Avène", Pourquoi? : Il a retrouvé au moins 7 extraits de cartulaires qui avalisent très clairement et sans le moindre doute que la "Vène" s'écrivait "l'Avène". En 1109 le terme de "Ecclesium de fisco de Avena" c'est à dire le "trésor de l'église de l'Avène". En 1115, comme un ex-voto "Ponti amici de Avena" qu'on traduit par aux "amis du pont d'Avène". En 1204, l'expression latine "Riperia Avène" qui veut dire "sur les rives de l'Avène". Sur un texte de 1292, Jean David relève "de Avène fluvio" soit "la rivière Avène". Notre patient historien a aussi retranscrit, d'un cartulaire de 1331, "locum dictum gulam Avène" qui désigne "lieu dit amont de l'Avène" et "locum dictum hospitale de Avène" qui signifie "lieu dit centre d'hospitalité". Pour Jean David, cette dernière expression pourrait indiquer un lieu-dit se trouvant entre Lavérune et Balaruc le Vieux : "Pourquoi pas Montbazin?" s'empresse t-il d'ajouter en étayant son propos par l'explication suivante : "Le site de la villa romaine qu'on appelle les "Avenasses" peut désigner à l'origine soit un tènement où l'on plantait de l'avoine "avena" en occitan, soit notre source de l'Avène." Est-ce la rivière qui a donné le nom à ce lieu ou bien est-ce ce lieu qui a donné son nom à la rivière? Voilà un autre débat de spécialistes à ouvrir. En tout cas à l'avenir comme dans le passé notre rivière peut s'appeler l'Avène.

Marc Ayral ©
Article paru dans ML le 11/01/03

01/11/2006

Autres temps, autres moeurs...

Je vous fais profiter de vieilles pubs qu'un ami a scannées et m'a envoyées. Restez sobre...

medium_CointreauGJ.3.jpg

medium_RicardGJ.3.jpg





























Marc Ayral ©

15/07/2006

Mon village par Henry Parramon

medium_BlVx-Charte_des_Cites_maritimes-2.4.JPG
J’ai souvenir de mon enfance / L’adolescence se passa
Bercée de vague et de vent / En osmose avec la nature
Du littoral de ma naissance / Mais les rêves à cet âge-là
De ce nid dominant l’étang / Vous transportent vers l’aventure


Route 113 on aperçoit / Quand les forains une fois l’an
Les pieds dans l’eau ce mamelon / Pour quatre jours de fête intense
Coiffé du chapeau de la foi / Venaient offrir aux habitants
Il vous garde dans son giron / Leurs seules et uniques vacances


Quelques maisons de caractères / Sur le podium bien alignés
Dont la plupart sans prétention / Des musiciens de vrais artistes
Se tiennent la main comme des frères / Interprétant tous les succès
Pour mieux résister aux frissons / Ont éveillé mon âme triste


De chaque mur sort un visage / Je fus nourris également
De ses recoins des sentiments / D’une expérience bénéfique
Une voix forte un personnage / Que m’enseigna Victor Rolland
Dont les remparts en sont garants / Bien au-delà de la musique


Pas de ruelles aux noms ronflants / Beaucoup d’espoir et point de doute
La pudeur et toujours de mise / Mille pensées sans négation
La pierre chante tendrement / Les merveilles qui vous envoûtent
Quand le mistral envoie des bises / Donnent des ailes à l’ambition


Le monument face à l’école / Tous ces villages de notre France
Me racontait de temps en temps /Ne gardent plus leurs grands enfants
Que des épopées un peu folles /Ils perdent toutes leurs substances
Avaient meurtries de pauvres gens / Et s’effeuillent tout doucement

medium_BlVx-Deux_chansons_honorent_Balaruc.jpgHenry PARRAMON

20/07/2004

Une architecture médiévale : la circulade

Un village circulaire, ou "circulade", est un village médiéval où le cercle constitue la base de l'organisation parcellaire. Balaruc le Vieux en est un magnifique exemple.

L'émergence du féodalisme, constitue une période de morcellement du pouvoir qui va se manifester notamment par la création de nombreux châteaux. Les trois puissants seigneurs, le Comte de Toulouse, le Comte de Carcassonne et le Comte de Melgueil (Mauguio), voient Leur autorité sur leurs vassaux devenir très faible. Sur un territoire aussi grand, ils décident d’organiser des villages capables de se défendre. Mais, pourquoi une construction circulaire ?Le cercle représentait la forme la plus pure, le symbole de l'infini et l'emblème de la force. L’histoire de Balaruc le Vieux avec l’attaque des brigands mais aussi les velléités de chevaliers en manque de Seigneurie montrent que les circulades étaient surtout construites pour des impératifs de défense. Le rempart flambant neuf n'a - bien sûr- rien de médiéval mais conserve l’esprit de défense d’une époque qui a marquée son patrimoine.

Marc Ayral ©

22/09/2002

L'histoire de St Maurice

Maurice est né en Thébaïde.
C’est à dire en ancienne Egypte. Son parcours de croisé le mena avec ses hommes à combattre jusque dans le Valais. L’empereur Maximien chargé de la partie occidentale de l’empire romain et dû passer par les Gaules pour y réprimer une sédition. Il fit venir d'Orient de nouvelles troupes au nombre desquelles se trouvait la légion thébéenne. Maurice en était le chef. Sa légion était composée de chrétiens. L'armée romaine se trouvait à Octodurum, ville proche du lac Léman, lorsque Maximien ordonna d'offrir des sacrifices solennels aux dieux pour obtenir le succès de l'expédition. La légion thébéenne ayant refusé de prendre part à ces sacrifices, Maximien, dans la colère, la fit décimer. Ce supplice n'intimida point ceux qui restaient. La légion fut décimée une seconde fois. Les frères d'armes de ces généreux martyrs, affermis par les paroles et l'exemple de leur illustre chef, Maurice, restèrent inébranlables dans leur foi. Alors Maximien, désespérant de vaincre leur constance héroïque, fit passer au fil de l'épée, par les troupes, la légion entière. Le martyre de ces chrétiens eut lieu l'an 286, et l'Église honore leur mémoire avec celle de Saint Maurice, le 22 septembre.

03/10/2001

Place des « barris »

Place des Barry’s. C’est en cet anglicisme que figure, sur un plan récent de Balaruc le Vieux, l’orthographe du mot occitan barri. Certes le « s » très à la mode au début du siècle dernier, où, notamment à Paris, on aimait bien angliciser les noms d’établissements célèbres : A commencer par « Maxim’s ». Cette anecdote ne peut faire oublier que le village construit sur un « truc » est entouré de « barris ». Dans la langue de Molière : Balaruc le Vieux est construit sur une colline enserrée de remparts au bas desquels ont été construits des faubourgs ! La traduction française de « barri » hésite entre trois mots : Rempart, fossé, faubourg. Décidément pour ce qui concerne Balaruc le Vieux ces trois désignations pourraient s’y appliquer. Toutefois, traduit du dialecte languedocien on retiendra plutôt le terme de faubourg. Ce mot sent la contestation, la protestation populaire ! Mistinguette ne revendiquait-elle pas : « Je suis né dans le faubourg St Denis » moins léger et de surenchérir pour en renforcer les aspects faubouriens Anatole France : « Les fleurs sont rares dans ce faubourg souillé par la suie des usines ». Sans aucun doute la Place des barris est bien loin de cette évocation « parigote » tendance communarde ! Les barris balarucois sont paisibles ! Un peu gouailleur quand même ! On y a le verbe haut. C’est normal, lorsque vous avez un rempart de 10 mètres de haut devant votre logis, il faut parler fort pour se faire entendre par les autres villageois ! Entre le canal de l’Agau et les remparts les habitants des barris ont quelquefois le sentiment d’être un peu à part. Pour comparer, comme les pointus sétois. (ndlr habitants de la Pointe Courte). Ici, on est en dehors du village. Cette réalité a développé au fil des siècles la sensation dans l’inconscient collectif d’être avant tout habitant des barris puis balarucois !
Al còp que ven !

01/10/2001

Un mûrier tricentenaire ?

La vie de Balaruc le Vieux est faite de 1000 anecdotes dont certaines d’origine historique mérite qu’on s’y arrête. C’est le cas du vieux mûrier de la place Assiè. La légende, qu’évoque quelques fois le Père Maubon voudrait que le vénérable moracée est dépassé les 300 ans. Mais comme aucun des Balarucois ne peut se targuer objectivement de l’avoir planté, on laisse la légende se perpétuer. Qui sait ! Avec son air penché du côté où le vent aimerait le voir chuter l’arbre est comme les balarucois : Il résiste paisiblement. Un jour, s’apercevant que l’ombre centenaire fléchissait, une main généreuse le flanqua d’un tuteur en béton précontraint de chez maçon costaud ! Ouf ! On allait pouvoir continuer à se rafraîchir sous son branchage. Comme pour toutes les histoires clochemerlesques il y a un fond de vérité ! C’est au Sieur Jean-Baptiste Colbert qu’on devrait le mûrier de Balaruc le Vieux., Le surintendant de Louis XIV qui exerça son pouvoir dans tous les domaines de l’administration publique, favorisa l’industrie et le commerce. Fonda ou agrandit les ports de Brest et Cherbourg et acheta Dunkerque aux Anglais. Lors d’une inspection du chantier du port de Sète, il emprunta la seule route existante alors, l’actuelle avenue des Bains. Pour ce qui n’était qu’un large chemin, Colbert, ordonna qu’on y plate des mûriers. Ce fut fait. Les derniers alignements furent abattus dans les années soixante dix et plus récemment encore pour les derniers. Reste aujourd’hui le mythe du mûrier tricentenaire de la place Assié. Ne parle-t-on pas du mûrier dans la bible ? A l'époque de Jonathan, celui-ci réprimandait les hommes de Shechem pour leur ingratitude envers la maison de son père en leur racontant la parabole des arbres qui voulaient devenir roi : l'humble mûrier avait finalement été choisi après que l'olivier, le figuier et la vigne aient refusé cet honneur. Les références bibliques nous entraîneraient à penser que le mûrier de Balaruc le Vieux a été planté il y a deux mille ans ! Qui dit que les balarucois n’ont pas de mémoire !

30/09/2001

L’eau une quête ancestrale

La Rue de la Fontaine lointe porte bien son nom.
Bien sûr, à le lire, on peut constater que le parler « franciman » est passé par-là. Grossière francisation de l’occitan la Fònt luenha ou luencheca c’est selon, pour désigner un lieu où l’on se rendait quotidiennement. La corvée de l’eau était assurée principalement par les femmes, le jeudi par les enfants, et quelquefois, le dimanche au moment de la messe, par les maris mécréants qui en profitaient pour associer en cachette « aïgua fresca » et l’absinthe. L’eau puisée à la fontaine lointe émerge d’en dessous du chemin haut. Son clapotement l’amène au bord d’un lourd bâti. Aujourd’hui les seuls pies, moineaux, chiens en goguette
continuent à s’y rafraîchir. Autrefois le lieu était très fréquenté. Malgré l’éloignement de ce point d’eau, il était toutefois un complément indispensable à l’alimentation du village. D’autres puits servaient les balarucois, dont celui de la place de l’église. Plus tard, une source fut captée près de l’actuelle rue des Rosiers (près de l’école) et pompée jusqu’au réservoir de la place Assié. La Fontaine lointe avait de la concurrence. Mais le réservoir était inadapté car trop bas par rapport aux maisons adjacentes. L’eau qui coulait par gravité n’arrivait pas à monter jusque dans les éviers. Alors une idée « lumineuse » vint aux édiles de l’époque : Il fut érigé en plein cœur du village un château d’eau qui permettrait la distribution hydraulique avec la pression nécessaire et la quantité suffisante. Cet « encastre » monumental, inauguré par le député d’alors, Jules Moch, qui paraît-il fit part de son mécontentement sur sa dimension et surtout le choix de son emplacement, servit l’eau au villageois jusque dans les années soixante-dix. De l’autre côté de Balaruc le Vieux, la rue de la Fontaine lointe est devenue un lieu de promenade. Elle serpente entre les belles villas. On y découvre dans un coin de magnifiques figuiers de Barbarie portant leurs fruits. A quelques enjambées de son début la rue livre sous son olivier la Fontaine lointe toujours prête à abreuver le promeneur.

15/09/2001

Fête votive de Balaruc le Vieux, hommage à St Maurice.

Les Balarucois, croyant ou non, essayent de relancer leur fête votive. 22 septembre jour de St Maurice, premier jour de l’automne, Balaruc le Vieux commémore le souvenir d’un homme du IIIème siècle qui a su résister à l’oppression et s’est battu, à en mourir, pour la fidélité à son idéal.

Un poème écrit par un anonyme Balarucois chante les louanges de St Maurice. Il arrive parfois qu’on entende ce chant comme une prière psalmodiée : « Mon Vièlh Balaruc, De Gardiola a estanh,Cigalas podetz cantar, Si lo vilatge va mal, Sus nostra vièlha terra de vinha, Sant Maurici tornarà ». La dernière phrase est révélatrice – St Maurice reviendra- et indique le recours dans les temps de peine et de misère qu’on adresse au « titulaire de l’église et Patron protecteur du village» comme se plaît à l’indiquer l’Abbé Louis Maubon. C’est un rescrit papal parut dans les années Mille qui fait référence au nom du St Patron de l’église. Bien sûr, la légende aurait été belle si une histoire pouvait laisser croire au candide que St Maurice était passé à Balaruc le Vieux au retour d’une croisade. Il n’en est rien ! Mais qu’importe, la trace se perd dans le premier millénaire du Seigneur et de l’Evêque qui ont bâti est voué la seigneurie de Balaruc le Vieux à St Maurice. Ce pieu chevalier est né bien loin du Languedoc. En Thébaïde exactement. C’est à dire en ancienne Egypte. Son parcours de croisé le mena avec ses hommes à combattre jusque dans le Valais où l’Empereur Maximien chargé de la partie occidentale de l’empire romain et à ce titre, ayant été obligé peu après de passer dans les Gaules pour y réprimer une sédition, il avait fait venir d'Orient de nouvelles troupes au nombre desquelles se trouvait la légion thébéenne. Maurice en était le chef. Sa légion était composée de chrétiens. L'armée romaine se trouvait à Octodurum, ville proche du lac Léman, lorsque Maximien ordonna d'offrir des sacrifices solennels aux dieux pour obtenir le succès de l'expédition. La légion thébéenne ayant refusé de prendre part à ces sacrifices, Maximien, irrité, la fit décimer. Ce supplice n'intimida point ceux qui restaient.
La légion fut décimée une seconde fois. Les frères d'armes de ces généreux martyrs, affermis par les paroles et l'exemple de leur illustre chef, Maurice, restèrent inébranlables dans leur foi. Alors Maximien, désespérant de vaincre leur constance héroïque, fit passer au fil de l'épée, par les troupes, la légion entière. Le martyre de ces chrétiens eut lieu l'an 286, et l'Église honore leur mémoire avec celle de Saint Maurice, le 22 septembre. Plusieurs années après leur martyre, leurs corps furent découverts à Agaune (aujourd'hui Saint-Maurice), où Sigismond, roi de Bourgogne, fit bâtir depuis un monastère qui devint célèbre. La France, l'Italie et l'Allemagne possèdent encore un grand nombre d'églises placées sous l'invocation de saint Maurice, qui est aussi le principal patron de la maison royale de Savoie. Maintenant, à Balaruc le Vieux, seules les pierres de l’Eglise St Maurice peuvent témoigner que toutes les générations de Balarucois sont fières de leur St Patron. La tradition, à l’époque des Consuls, consistait, pour eux, à acheter deux chapeaux et quelques rubans de soie pour célébrer cette fête. Peut être verra-t-on aujourd’hui, sur le coup de midi, toute la population se réunir devant le blason de St Maurice pour évoquer l’attitude chevaleresque de leur St Patron.

> Fête de St Maurice, ce Samedi 22 septembre à Balaruc le Vieux dans les têtes et dans les cœurs !