Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/02/2007

Nouveau ! Le Tae Kwon Do sous les remparts.

medium_BlvX-tae_qwon-do.jpgRécemment un nouveau club sportif a été créé à Balaruc le Vieux. Issue des écoles d’arts martiaux asiatiques le Tae Kwon Do c’est donc installé sous les remparts. Les jeunes combattants du nouveau Tae Kwon Do Figthing Club de Balaruc, peuvent déjà s’enorgueillir de compter des victoires sanctionnées de médailles pour leur première participation en compétition enfants. En effet, ce dimanche 28 janvier l’ équipe « bleu et blanc » s’est déplacée au palais des sport René Bougnol à Montpellier pour le 6ème trophée de la Dragon team. Dix-neuf clubs étaient présents dont le nôtre représenté par nos petits dragons balarucois Maëva Rion, Anaïs Kaixo, Anna Larsen, Chloé Marchadier, Charlotte Soto, Perrine Forte, Océane Cornil, Quentin Andorra, Thomas Subirats, Melvin Molino, Anthony Robin, Lucas Conesa et Joris Brouzet. C’est avec succès que Joris Brouzet remporte deux belles médailles d’or. L’une au combat grâce à une belle diversité de coups pieds, l’autre au parcours du combattant, qu’il a effectué avec rapidité et sans erreur. Océane Cornil, remporte pour sa part, une médaille d’argent au combat devant une participante beaucoup plus gradée qu’elle ainsi qu’une médaille de bronze sur le parcours du combattant. Raymond Molino leur entraîneur était très fier de ses petits taekwondokas, d’autant que tous sont novices de niveau ceinture blanche. Leur inexpérience n’a pas pénalisé le résultat par équipe puisque les balarucois ce sont néanmoins placés à la 12ème place de cette compétition. Christopher Moureaux et Jeremy Seguinel leurs coachs sont à associer dans les félicitations, ils ont, tous deux, su guider les enfants tout le long de cette journée. Pour tout renseignement sur la pratique du Tae Kwon Do qui est un art martial coréen et est discipline olympique, contacter Raymond Molino au : 06-73-00-85-03

Marc Ayral ©

Les Rois!

medium_BlVx-roi_et_reine.jpgDimanche dernier le Club des Remparts avait organisé la traditionnelle cérémonie de l’Epiphanie. Au menu, cela n’étonnera personne, royaumes en galettes et en fouaces accompagnés d’un muscat de pays et de quelques fruits. Ce n’était plus les 13 desserts mais cela en avait encore le bon goût de fête ! Cent convives étaient présents qui ont pu apprécier les douceurs du temps et des pâtisseries dégustées. A cette occasion, bien sûr, les fèves ont désigné la reine et le roi du Club. Trônes d’un soir occupé par Elise Canac et Raymond Panserrieu. En bons souverains il ne manquèrent pas de penser à leur « sujets » adhérents du Club, malades qui ne purent se déplacer et auxquels il firent livrer leur part de royaume à domicile. Comme toujours dans le Club présidé par Aimé Clément tout s'est déroulé dans la bonne humeur, dans l'espoir de nouvelles rencontres déjà programmées dans le calendrier des activités 2007. L’assemblée générale du 17 février 2007 aura lieu à la salle polyvalente. Pour conclure, le président repris un instant la parole pour rappeler à tous que : « Votre présence à l’assemblée générale montrera votre attachement à notre club ainsi qu'à ses animateurs qui se dépensent sans compter dans le seul but de vous satisfaire. »
Pour tout renseignement, Yves Ciccone, Tél. : 04 67 48 07 04

Marc Ayral ©

15/04/2006

Courir comme art de vivre !

medium_blvx-courir-comme-art-de-vivre.jpgLes coureurs de l’entente pédestre Balaruc-Poussan sont des habitués des podiums régionaux.

La municipalité souhaitant ne pas être en reste dans la reconnaissance bien méritée de ces mangeurs insatiables de goudron a décerné a Marie-Noëlle Fédérici, Blanche Colell, Anita Garcia et l’inusable conseiller général –second des 100km de Millau- Christophe Morgo, le trophée balarucois des associations sportives. A les voir, 3 à 4 fois dans la semaine, parcourir de long en large la Gardiole, les bords de l’Avène ou les collines de la Mourre on ne peut s’empêcher de penser que pour eux courir est devenu un art de vivre ! Alors si vous hésitez encore et cherchez pourtant des compagnons de jeu, pour rejoindre l'Entente il vous suffit de téléphoner à Marie-Noëlle Fédérici, au 04 67 43 53 03 et à vos runnings… !

Marc Ayral ©

24/02/2006

L’équipe de tambourin.

medium_blvx-l_equipe-de-tambourin.jpgLe tambourin-Club de Balaruc le Vieux est discret ! Peut-être est-ce dû au fait que sa destinée est liée – depuis 3 ans - à celle de ses voisins « banencs » !

En tout cas la qualité de ses joueuses est inversement proportionnelle à leur absence de la scène médiatique. Une fois n’est pas coutume, le tranquille et réservé Gérard Buil s’est présenté aux balarucois réunis à la salle polyvalente pour rappeler, tout de même, que le Tambourin est un authentique sport, qu’il n’est pas seulement le « petit sport régional » sous l’étiquette de laquelle on l’enferme avec les joutes ou la bouvine. Le tambourin est certes circonscrit à un périmètre languedocien, provençal et nordiste mais il ne faut pas oublier que catalans du Sud, anglais, allemands, italiens, écossais et irlandais sont de redoutables compétiteurs au niveau international. D’ailleurs comme l’indiquait le président local : « Deux de nos joueuses sont sélectionnées en équipe de France avec qui elles ont battu l’équipe d’Italie durant l’été 2005. Nelly Buil et Roxane Arlery sont toutes deux membres de l’équipe féminine de Balaruc. » Cette équipe composée aussi d’Estelle Pierrard, d’Isabelle Valencas, de Delphine Buil et de Patricia Ganivenq a réussi aussi une belle performance en gagnant la Coupe de l’Hérault et en conquérant le titre départemental ce qui leur permettra d’évoluer dans le championnat supérieur dès l’ouverture de la saison d’été. Pour l’heure, cette équipe très performante s’est emparée du titre en salle. A n’en pas douter les trophées remis par le maire sont bien mérités !

Pour tout renseignement concernant la pratique du Tambourin : Gérard Buil au
Tél. : 04 67 48 72 60

Marc Ayral ©

25/10/2005

Les poussins du Stade Balarucois

medium_blvx-poussins_sb.jpgLes poussins du Stade Balarucois du président par Eric Simonnet, ont débuté la saison en terre balarucoise, ce samedi en affrontant leurs homologues de Fabrègues, sur le stabilisé du terrain de la garrigue.

Depuis 2 ans réunies sous la bannière unique du « Stade », les jeunes pousses locales ne sont pas peu fières de défendre leurs couleurs dans les différents championnats. Pour Eric Simonnet, s’occuper des jeunes est comme un sacerdoce : « Nos jeunes c’est l’essentiel d’un club comme le nôtre. Le rôle d’un club comme le Stade Balarucois c’est d’assurer une formation et un encadrement de qualité. Je crois que les parents ne s’y trompent en nous confiant leurs progénitures, le développement des équipes de jeunes est là pour en attester. » Les jeunes balarucois du village historique représentent 30% de l’effectif. Le projet de stade intercommunal à La Ventorte, d’un coût prévisionnel de 350.000 euros devrait à terme permettre de répondre aux besoins des éducateurs. Pour l’heure, Eric Simonnet, occupe avec ses jeunes les installations existantes : « C’est déjà bien, qu’elles existent » et attends avec enthousiasme le 5ème tour de la Coupe de France que l’équipe fanion va disputer dimanche contre Fabrègues qui évolue trois divisions au-dessus. Et de conclure : « L’entrée au stade sera libre afin que les balarucois soient nombreux à soutenir leur équipe » A dimanche, 16 octobre pour encourager les « verts et noirs » à partir de 14h30 au stade municipal de Balaruc les Bains. Encore une occasion d’encourager de nouvelles vocations parmi la jeunesse balarucoise.

Marc Ayral ©

19/07/2005

Fête du Cheval : La Doma Vaquera à l'honneur

medium_fete-du-cheval-2005.jpgAlex Evangelisti aime l'art équestre et la tauromachie; Ses origines, sa passion, l'ont animé comme une force décuplée pour donner aux spectateurs de Balaruc le Vieux des spectacles d'année en année de plus en plus beaux, ce sera encore le cas Samedi 20 juillet à 21H00, place du jeu de ballon où Olivier Boutaud champion de France à de multiples reprises de Doma Vaquera présentera les techniques de cette tradition andalouse.

Coup de projecteur sur une tradition équestre bicentenaire La Doma Vaquera est née au XVIII siècle. C'est l’équitation de travail typiquement espagnole. Elle est utilisée dans les ganaderias -élevages de taureaux de combats- présentes sur une grande partie du territoire espagnol. Les vaqueros -les vachers espagnols- travaillent au quotidien avec leurs chevaux pour trier le bétail, tester la bravoure des vaches et des taureaux, ou encore pour déplacer les troupeaux. Il arrive aussi qu’elle soit utilisée dans les élevages de chevaux, toujours dans le but de mener et de trier les bêtes. Au fil des siècles, la Doma Vaquera s’est codifiée de façon importante. Elle est devenue aujourd’hui une équitation sportive intégrée à la Fédération Hippique Espagnole. Celle-ci organise avec le concours des différentes associations, le championnat d’Espagne, d’Andalousie, ainsi que les concours internationaux, notamment en France. Afin de pouvoir faire son travail dans les meilleures conditions possibles, le vaquero a besoin d’un cheval agile et de confiance. Les taureaux de combats sont des animaux vifs, le cheval doit donc avoir suffisamment de sang , de force et d’agilité pour pouvoir faire face au danger, tout en restant soumis à son cavalier. Il peut arriver que le vaquero se trouve confronté à une vache qui refuse d’entrer dans un corral et qui fait demi-tour. Dans ce cas, il doit pouvoir arrêter son cheval, même si il est lancé au grand galop, ou choisir de lui faire faire un demi-tour. Le travail au champ, c’est aussi de longues journées de marche à travers de grandes étendues. Les chevaux sont, par conséquent, aussi choisis pour leur endurance et leur robustesse. Enfin, il faut des chevaux rapides, pour rattraper les bêtes qui s’échappent du troupeau, ou pour éviter la charge d’un taureau. Dans un premier temps , les vaqueros utilisaient un cheval élevé dans les marais espagnols : le jaca. Ce cheval robuste a peu à peu disparu suite à des apports répétés en sang anglais et arabe. Aujourd’hui, le cheval le plus répandu est l’hispano-anglo-arabe. Cette race qui a son propre stud-book en Espagne, allie la noblesse de caractère du cheval espagnol, la rapidité du pur-sang, et l’endurance du cheval arabe. Le pur-sang anglais est aussi très apprécié en concours pour son style et sa facilité à marquer les accélérations au galop Depuis les années 60, la fédération espagnole organise des concours officiels avec des championnats régionaux et nationaux. En France, c’est en 1985 que se crée la Fédération Française de Doma Vaquera. Elle organise des concours régionaux et le championnat de France aux Saintes Maries de la mer La doma vaquera en compétition consiste essentiellement à dérouler une reprise avec des figures imposées sur une carrière de 40x20. On trouve trois niveaux de reprise : La reprise de jeunes chevaux, la reprise de chevaux dressés et la reprise intermédiaire (voir détails ci-contre) En France, Olivier Boutaud est avec Denis Marquès une éminence "grise" de la spécialité en rapport avec la couleur de la tenue traditionnelle.

Marc Ayral ©

17/07/2005

Le « Mas » au Championnat de France

medium_championnat_de_france-equestre.jpgLe Centre équestre « Le Mas » vient de réalisé récemment de belles performances dans le cadre du championnat de France d’Equitation des clubs à La Motte Beuvron.

Dans ce haut lieu de l’art équestre, les cavaliers balarucois ont démontré toute la maîtrise qu’ils avaient acquise durant les longues heures d’entraînement dans la carrière de Maître Déus, située sur les pentes de La Gardiole. Ainsi, les 4 cavaliers engagés Morgane GLEYZE, Olivia BARTH , Charlotte LEPINOY, et Loïc BOYER ont donné l’occasion, sur leur monture respective, de confirmer leur talent de monte déjà exprimé lors de leur qualification au plan départemental et régional). Les championnats de France qui ont duré toute la semaine du 18 au 23 Juillet 2005 ont rassemblé 5000 chevaux dans une série de courses et de concours où les difficultés étaient portées à leur paroxysme. A ce jeu les compétiteurs du « Mas » ont su faire face : 7ème place pour Loïc BOYER sur une centaine de participants, dans l' épreuve du concours complet" E2 Elite " ,comportant dans son ensemble, le Dressage du cheval, le Concours de Sauts d' Obstacles, et le parcours de Cross. A noter la bonne 35ème place pour Morgane GLEYZE.
Pour tout renseignement concernant la pratique de l’équitation : Régine Déus : 04 67 48 36 99

Photo : Loïc Boyer lors de son concours de sauts d’obstacle

20/06/2005

Alain Barry nouveau président du Rotary-Club Sète Bassin de Thau

medium_alain_barry_1.jpgAlain Barry, le balarucois, succède à José Llopis, le sétois, à la tête du Rotary.

La présidence de l’ancien restaurateur de Sète – créateur de Buffalo-Grill- est situé selon ses termes « à un moment fort de l’histoire du Rotary en général et de notre club en particulier ». La fin de l’année du centenaire du plus ancien club service et le 10ème anniversaire du club « rotathaurien » vont donner l’occasion à Alain Barry de poursuivre le travail remarqué de son prédécesseur auquel il a rendu hommage : « José Llopis a donné à cette année rotarienne qui s’achève une dynamique construite sur des opérations de solidarité ou humanitaire qui feront date . Pour mémoire, partenariat avec le service enfance - jeunesse municipal pour faire découvrir Euro-Disney à des enfants issues de milieux défavorisés, aide et soutien à l’action de la Snsm avec la seconde édition de l’Île Solidaire, financement d’une action en faveur des handicapés. La liste est longue ». Alain Barry ému a reçu les insignes rotarien de sa charge pour l’année 2005-2006, il a tracé les grandes lignes des actions fortes qu’il souhaite engager avec son équipe : « Pour moi le club est d’abord un rassemblement d’amis motivés autour d’une volonté commune, Servir ! Ce n’est pas qu’un mot, ce sont des actions concrètes simples et locales ou plus complexes et qui font du Rotary l’un des acteurs mondiaux les plus importants dans l’action humanitaire ». Localement, Alain Barry est aussi connu pour l’organisation de l’action de collecte de sang « Mon sang pour les autres » qui n’a cessé d’enregistrer à Balaruc le Vieux un nombre croissant de jeunes donneurs. » Il est aussi investi dans la vie locale de son village, Balaruc le Vieux, puisqu’il est avec ses amis du Truc et des Mourres de Porc le créateur de l’animal totémique de Balaruc, le Muge. Pour Alain Barry cette nouvelle responsabilité est pour lui l’occasion de consacrer « encore un peu plus de mon temps à aider et à soutenir des actions de solidarité, si importantes dans la marche du monde actuel ! »

Marc Ayral ©

13/06/2005

16ème Fête de la Musique

Le balarucois entretiennent, par l’intermédiaire de l’association jeunesse et loisirs la désormais traditionnelle Fête de la Musique.

Ainsi, comme depuis 16 ans les jeunes du village des remparts fédérés par Corinne Mauro propose aux balarucois un programme bâti autour de jeunes talents locaux et de musiciens et chanteurs confirmés. De 20h à très tard dans la nuit les artistes se succéderont à commencer par la toute nouvelle chorale de l’école dirigée par M. Touret puis viendra Jean-Luc Demangeclaude qui chantera les standards de Johnny Hallyday ; Emilie puis Ludivine proposeront des chansons du répertoire de la variété française et internationale. En vedette, ce sera Roland Berthier et Jean-Jacques Lafon en exclusivité avant sa tournée d’été avec son spectacle intitulé « Le Géant de Papier ». Jean-Jacques Lafon disque d’or en 1985 présentera son dernier album « allume le soleil ».Les spectateurs pourront se sustenter en réservant une paëlla aux fruits de mer. Pour cela les personnes intéressées doivent réserver jusqu’au 16 juin auprès de La Poste, La Caravelle, la boulangerie Nato, la ferme à Lily et le traiteurs les thermes aux maîtres. Le prix du repas est de 11euros, l’entrée au spectacle est gratuite. Pour tout renseignement : 04 67 18 40 00 ou le 04 67 18 89 00.

18/05/2005

Mon sang pour les autres

A l'initiative conjointe du Rotary-Club Sète Bassin de Thau et de l'Etablissement Français du Sang (EFS) une collecte aura lieu vendredi 06 mai sur le parking de l'Hyper marché de Balaruc le Vieux de 10h00 à 19h00.

Le Rotary et l'EFS se sont associés pour cette collecte exceptionnelle pour Alain Barry sont initiateur c’est l’occasion de participer à une authentique action d’intérêt public : “ Deux chiffres permettent d'illustrer la nécessité d'une mobilisation de tous pour le don de sang. Dans l'Hérault, l'EFS devrait collecter quotidiennement le sang de 180 donneurs afin de faire face aux demandes des hôpitaux. Hélas, actuellement ce n'est seulement que 90 personnes qui répondent, chaque jour, aux sollicitations du corps médical. Nous nous devons d'aider l'EFS à reconstituer les réserves de sang avant la période des grandes vacances durant laquelle, malheureusement, le nombre d'accident est plus important. ” Il faut préciser que la collecte organisée ici à Balaruc le Vieux "Mon sang pour les autres " est une opération ponctuelle qui engage le Rotary pour la promotion du don de sang au côté de l'EFS. Les membres du club local et ceux des Clubs de Montpellier jouent un rôle de "facilitateur", que ce soit dans les entreprises et les collectivités où sont les rotariens mais aussi pour l'organisation des collectes traditionnelles et la communication en faveur du don de sang. Pour les Rotariens du club de Sète Bassin de Thau c’est une occasion unique de lancer cette action parmi les grandes causes humanitaires “ qui s'inscrivent dans l'expression de notre idéal de service. ” précise Alain Barry.Le don est un geste simple est très court. 10 minutes pour sauver une vie, c'est peu mais essentiel! Pour ce faire, deux camions spécialisés parfaitement équipés pour la collecte et deux tentes de repos seront installés devant l'hypermarché balarucois de 10h à 19h00. Une collation sera offerte à chaque donneur.

Marc Ayral ©