Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/04/2007

Un appel en faveur de Ségolène Royal

Nous sommes des économistes aux parcours divers et aux opinions variées travaillant dans des universités et des centres de recherche français ou étrangers. Nous sommes convaincus que pour redresser l'économie française et répondre aux défis du plein-emploi et de la préservation de l'environnement, plusieurs réformes fondamentales sont nécessaires.

Les politiques publiques doivent soutenir l'innovation, l'investissement, non la rente. Ces politiques doivent prendre pleinement en compte les objectifs du développement durable. Il faut attaquer l'échec scolaire à la racine, réformer les universités et offrir une formation professionnelle tout au long de la vie, car le capital humain est le déterminant fondamental de notre croissance. Pour réduire le déficit et redonner des marges de manoeuvre à la puissance publique, l'Etat doit devenir plus efficace, fixer des missions aux services publics et les évaluer. Les entreprises françaises doivent gagner en souplesse pour être compétitives, mais cette souplesse ne peut s'obtenir au prix de la précarité des individus. La négociation sociale doit jouer pleinement son rôle pour favoriser l'emploi et la progression du pouvoir d'achat des salaires. La fiscalité doit être simple, peser moins lourdement sur le travail et conduire à économiser les ressources naturelles. Les freins à l'activité économique des femmes doivent être levés.

Nous ne partageons pas nécessairement toutes les idées du pacte présidentiel de Ségolène Royal, mais nous soutenons sa candidature à la présidence de la République parce que son approche est la seule qui prenne en compte ces différents aspects.

Ségolène Royal veut investir massivement dans la recherche et l'éducation. Elle propose de limiter le nombre d'élèves par classe et d'augmenter les moyens des établissements dans les ZEP. Elle propose d'accroître l'autonomie et les moyens des universités, en contrepartie d'une exigence accrue pour le placement des étudiants et la qualité des recherches. Elle souhaite réformer l'Etat en mobilisant les fonctionnaires, et non en leur jetant l'opprobre. Elle veut mettre la négociation entre partenaires sociaux au coeur du système économique et diminuer d'autant les interventions législatives. Elle propose de créer un service public de l'emploi, qui sache accompagner, former et, quand il le faut, sanctionner les abus. Ces réformes permettront de concilier la souplesse des entreprises et la sécurité aux individus. Elle s'est engagée de longue date en faveur du développement durable, et ses convictions lui donnent dans ce domaine une crédibilité unique parmi les principaux candidats. Elle propose la création d'un service public de la garde d'enfants pour améliorer la situation des femmes sur le marché du travail. Elle choisit de stabiliser les prélèvements obligatoires et de réduire progressivement la dette publique pour financer ces réformes structurelles, au lieu de promettre des baisses immédiates.

Nous, signataires de cet appel, sommes convaincus que Ségolène Royal est la mieux placée pour remettre sereinement la France sur le chemin d'une nouvelle croissance, durable et partagée.
Les signataires de cet appel sont : PHILIPPE AGHION, professeur à Harvard ; JEAN-PIERRE ALLEGRET, professeur à l'université Lyon-II ; PHILIPPE ASKENAZY, chercheur au CNRS ; FRANÇOIS BÉLORGEY, chercheur à l'Ires ; ANDRÉ CARTAPANIS, professeur, doyen honoraire, Aix-Marseille ; GILBERT CETTE, professeur à l'université de la Méditerranée ; DANIEL COHEN, professeur à l'Ecole normale supérieure ; CHRISTINE ERHEL, maître de conférences à Paris-I ; MARC FLEURBAEY, directeur de recherche au CNRS ; JACQUES FREYSSINET, professeur émérite, Paris ; ANDRÉ GAURON, ancien conseiller de Pierre Bérégovoy ; BERNARD GAZIER, professeur à l'université Paris-I ; JEAN-FRANÇOIS GOUX, professeur, doyen honoraire, Lyon-II ; NATHALIE GREENAN, chercheuse au CNRS ; JÉRÔME LALLEMENT, professeur à l'université Paris-V ; PHILIPPE LANGEVIN, maître de conférences à l'université d'Aix-Marseille ; CHRISTOPHE LAVIALLE, maître de conférences, Orléans ; EL MOUHOUB MOUHOUD, professeur à l'université Paris-Dauphine ; ROBERT LION, ancien directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations ; PIERRE-ALAIN MUET, ancien président de l'Association française de science économique ; THOMAS PIKETTY, professeur à l'Ecole des hautes études en sciences sociales ; THOMAS PHILIPPON, professeur à New York University ; MICHEL RAINELLI, professeur, Nice Sophia-Antipolis ; PIERRE RALLE, professeur associé, Paris-Dauphine ; ALAIN SAND, professeur, ENS Lyon ; PATRICK VILLIEU, professeur à l'université d'Orléans ; HÉLÈNE ZAJDELA, professeur à l'université Paris-Nord.

Marc Ayral ©

30/03/2007

Jean Lacombe : "Créer les conditions de la victoire de la Gauche"

medium_Genevieve_Tapie_Jean_Lacombe.jpgJean Lacombe, l'ancien député de la 7ème circonscription de l'Hérault avait donné rendez-vous à des amis hier dans un hôtel sétois. Réunion privée qui avait pour objectif, certes de retrouver de « vieilles connaissances » mais aussi d’apporter son soutien très appuyé à la candidature de Geneviève Tapié aux prochaines législatives.

Le matin, même les lecteurs du journal local, ont découvert dans une "humeur" les supputations de ce retour sur la scène politique. On pouvait y lire que Jean Lacombe envisageait un retour à Sète par la porte des municipales voire des cantonales (sic). Evidemment, les courants socialistes sétois, ceux du dedans comme ceux du dehors, n’ont pas tardé à réagir et à faire crépiter les téléphones portables. Il est vrai que jusqu’à cette indiscrétion le secret avait été bien gardé. Sur le fond, faisant partie des conviés à cette réunion je peux vous dire quelles sont les intentions actuelles de Jean Lacombe : «Je suis heureux de vous revoir tous et ce n’est pas sans émotion. Je regrette que de nombreux amis ou camarades n’est pu se joindre à nous. J’ai reçu beaucoup de témoignages d’amitié. Mais je ne suis pas venu parler que de moi »

Jean Lacombe a rappelé quel avait été son parcours professionnel depuis ces 15 dernières années. Partageant sa vie personnelle et profesionnelle entre Paris, Sète, où il vit toujours, et l’Amérique du Sud. Sur le plan politique, s’étonnant du contenu de l’article paru le matin dans ML il a donc éclairé la lanterne des nombreuses interrogations. Ainsi LA question qui brûlait les lèvres de tous les participants a été posée clairement par un camarade : "Quel rôle vas-tu jouer pour les municipales de 2008 ? ».
Jean Lacombe a indiqué -d’abord- très clairement qu’il n’était candidat à rien. Selon lui : "Pour l’heure la question centrale ce n’est pas celle des municipales mais bel et bien celle des présidentielles et des législatives. Penser sauter des étapes pour espérer un succès serait anti-productif. Les échéances prochaines sont déterminantes pour la suite. Il faut avec force et détermination militer pour la victoire de Ségolène Royal. Ensuite, viendra le temps des législatives et de la même manière il faut que tous les socialistes se rassemblent autour de leur candidate, Geneviève Tapié, afin de créer les conditions de sa victoire en juin. Le résultat des municipales seront le fruit de la capacité des socialistes à se rassembler et au delà à convaincre enfin une large majorité de sétois que la Gauche menée par un(e) socialiste serait le mieux pour l’avenir de Sète et du Pays de Thau."

Après de nombreux échanges et le jeu des questions réponses la soirée amicale s’est prolongée tard, très tard. Annonciatrice d’une volonté commune de faire triompher les idées de Ségolène Royal dès le 22 avril.

Photo : Geneviève Tapié et Jean Lacombe hier soir à Sète (28/03/09)

Marc Ayral ©

28/03/2007

Suis-je de mauvaise foi?

medium_jeunes.2.jpgSuis-je de mauvaise foi? Je ne doute pas que les blogueurs opposants vont s'empresser de répondre par l'affirmative. Ségolène Royal présidente le 7 Mai c'est une probabilité de plus en plu forte. Certes et c'est là que mes amis de Droites m'attendent. Car peu enclin à regarder les sondages lorsqu'ils présentaient un écart -défavorable à Ségolène- me voilà en train de ramener ma fraise alors que l'écart se resserre sensiblement. Si vous pensez que je suis indécrotablement de maivaise foi, vous avez finalement raison! Mais c'est tellement bon de respirer un air de liberté comme chantait Ferrat! L'air d'un Mai 81 "revengut" "revival" revenu, oui de retour. Humez cet air du grand soir d'une Gauche différente. D'un peuple de France incarné dans cette femme forte, déterminée, aimant le drapeau, la nation mais surtout les gens, tous les gens, nous les gens! Idéologie au placard, présidente pour tous! Les beaux soirs de printemps du 22 avril et du 6 mai sont à portée de main : La France Présidente, elle est là! J'en suis sûr dès la St Alexandre...

Marc Ayral ©

26/03/2007

Pétition pour l'égalité Femmes-Hommes

Cher(es) ami(es), cher(es) camarades,
Je vous invite à signer une pétition émanant de personnalités de la société civile que vous trouverez en ligne sur le site: www.1milliondefemmessenervent.org
Parmi les signataires, des auteur-e- s, des actrices , des hommes et des femmes inconnus, des élu-e-s.
La pétition prend la défense de Ségolène Royal et se termine par " Nous, femmes de la République, nous disons assez! marre du machisme!, nous voulons une femme Présidente pour construire une république fondée sur l'égalité entre les femmes et les hommes."

Merci de la faire circuler dans vos associations, syndicats etc. et auprès de vos ami(es) et proches.

Marc Ayral ©

25/03/2007

"Je vote Ségolène Royal" : Philippe Torreton

Avant de monter sur scène, depuis sa loge, au Théatre de Chaillot, à Paris, Philippe Torreton apporte son soutien à Ségolène Royal et nous explique pourquoi.



Marc Ayral ©

24/03/2007

Parcours : Bruno Rebelle un atout pour Ségolène

Bruno Rebelle, ancien directeur de Greepeace (de 1997 à 2003), conseiller de Ségolène Royal sur les questions environnementales exprime les raisons de son engagement à ses côtés.



Marc Ayral ©

22/03/2007

François Rebsamen en meeting à Sète

medium_REBSAMEN2.jpgFrançois Rebsamen, "numéro 2" du PS, conseiller de Ségolène Royal et maire de Dijon sera l'invité du meeting qu'organise la fédération du Parti Socialiste et son premier secrétaire Robert Navarro et la section locale de Dédé Lubrano. Geneviève Tapié candidate aux élections législatives sur la 7ème circonscription sera aussi présente et interviendra devant une assemblée réunie à la salle Georges Brassens à Sète à partir de 19h00, ce vendredi 23 mars. L'ambiance sera, sans nul doute, au rendez-vous pour un soutien fort et sans faille à Ségolène Royal. Venez nombreux!

Marc Ayral ©

18/03/2007

Abus de sondages : l'anti-citoyenneté!

A la demande de quelques amis je re-publie cette note, il semble qu'elle corresponde à un sentiment partagé ?

medium_sondage.jpgEn regardant la fébrilité avec laquelle les sondeurs s’agitent, je me disais en lisant l’un de ces quotidiens et quelquefois contradictoires scanner de la société française : « Pourrait-on vivre dans une société sans sondage? » Le marketing politique avatar de la démocratie moderne s’appuie sur des techniques complexes de décryptage de la société qui ont des effets pernicieux. Ainsi, j’apprenais que certains sondés disent aux sondeurs exactement l’inverse de ce qu’ils pensent, histoire de troubler le jeu "sondagier" ! Les experts analystes ayant repéré cette maligne pratique rectifient systématiquement par processus statistique et mathématique sur des panels suspects quantifiés entre 20 et 40%. Oui vous avez bien lu ! Cela veut dire qu’outre les indécis réels, les manipulateurs décrédibilisent les sondages qui deviennent une indication précaire. Il ne faut pas les réfuter mais en tirer des analyses politiques savantes est risqué. D’autre part, qu’est ce cette Démocratie qui veut absolument scorer, segmenter, citoyennes et citoyens ? Enfermer les individus dans des familles étiquetées est un syndrome très français. Ajouté à cela la fébrilité mercatique, vous entretenez un manque de maturité politique qui conduit les candidats à des réponses sous forme de catalogue. Tout le monde doit avoir la réponse à son problème. Si on regarde les sociétés modernes les plus évoluées, les sociétés scandinaves, certes le marketing politique y est présent, mais la conscience politique est tôt inculquée ce qui permet à chacun d’apporter à un moment ou à un autre de sa vie, sa contribution civique soit par un mandat d’élu, soit par une responsabilité associative. Il est vrai aussi que la parité, le mandat unique y sont la règle. Ce qui rend ces démocraties vivantes, capables de répondre aux défis présents et à venir !

Photo : Rappel des performances sondagières de 2002..!

Marc Ayral ©

16/03/2007

Ségolène Royal...Libre et déterminée!

medium_aaaaaaa.jpgGrand moment auquel on a assisté jeudi soir (15/03/07) sur France 2.

Les observateurs attentifs de la vie politique, quels qu’ils soient, simples citoyens ou commentateurs avertis n’ont pu qu’assister avec quelles maestria, force de caractère, détermination, volonté et rare lucidité de Ségolène Royal à mener le débat. Car, en effet, elle a mené le débat. Même les incursions, quelquefois pénibles, d’Arlette Chabot, lui demandant sans cesse de se presser, de faire court, n’ont en aucune manière déstabilisée une Ségolène maniant avec maintenant grande maturité le verbe, l’expression et le contenu. La forme y était le fond aussi. Que M. Allègre et Besson se trompent peu lui importe ! Toute sa vie durant elle a du lutter contre les « petits bras aigris » de Droite et surtout de Gauche. Très fier, j’ose le dire de soutenir cette femme qui contre tous les coups qui lui sont assénés depuis 6 mois de campagne et malgré eux, est là, face à nous courageuse et digne. Un authentique chef d’Etat. Les brêles de Droite et de Gauche en sont pour leur frais. Réaliste, elle sait que la « bataille » n’est pas gagné.

Mais elle continue, d’autant plus heureuse d’être notre représentante qu’une caution morale et politique d’une grande valeur lui a apporté son total et sans réserve soutien : medium_adelors.jpgJacques Delors. Le Deloriste-Rocardien que je suis en ressent une grande fierté. Même si je sais que le second est réservé. Mais lui aussi changera son appréciation.
Ségolène libre, pour une "Autre Politique", pour tous les Français. 5 semaines pour convaincre les indécis !

Marc Ayral ©

15/03/2007

La Gauche : Son fondement, le Social!

J'avoue que des conversations, je parle beaucoup en ce moment, me laissent pantois!

Oublié le Progrés social, oublié le Progrés démocratique, oublié le Progrès sociétal. Tout oublié! Les ouvriers voteraient Le Pen, les classes moyennes suivies des Bo-Bos voteraient Bayrou. Enfin, c'est ce que me soutiennent mes contradicteurs se basant sur leur science de l'analyse politique...
Ont-ils oublié que c'est la Gauche française, qui avait dans ces rangs des hommes aussi illustres que Hugo, Zola, Gambetta, Clemenceau, Jaurès, Blum, Mendès ,qui a fait progressé la société de notre pays en à peine 100 ans?Vous êtes vous intérrogés sur quels seraient, dans l'histoire, les hommes de Droite auquel Nicolas Sarkozy pourrait se référer? Mac Mahon? Thiers? Le bel aéropage! Heureusement plus proche de nous De Gaulle serait sa référence... Mais curieusement il l'oublie!

Alors comparons bilan de la Droite historique : Je n'ose l'écrire!
Bilan de la Gauche : Mon Blog entier n'y suffirait pas. De la Révolution à l'Abolition de la Peine de Mort en passant par les accords de Grenelles et les lois Auroux!
Non chers amis, la Droite et la Gauche existent croirent que les seules évolutions possibles seraient celles des institutions et des moeurs et une belle illusion. La Gauche a un projet social parce que la Gauche a un bilan historiquement social. La réforme des institutions, l'immigration souvent accolée à la sécurité ne sont rien si quelles que soient la couleur de votre peau vous n'avez pas les moyens de vous loger, de vous nourrir de vous vêtir, de donner une éducation correcte à vos enfants.

Oui, avec une grande gravité, je vous le dit, la Gauche que Ségolène Royal représente dans cette élections présidentielle, remet au coeur son fondement le Social!

Marc Ayral ©