Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/08/2014

Ce dimanche, Sylvanès à l’heure argentine

paroles du sud,sylvanès,abbaye,festival

Inhabituelle, dansante, envoutante sera la journée du 17 août à Sylvanès programmée dans le cadre du 37e Festival de l’Abbaye de Sylvanès – Musiques sacrées, Musiques du Monde. Dès 17 h dans l’abbatiale, le public est convié à découvrir une œuvre magnifique : La Misa tango. Composée en 1996 par le compositeur argentin Martín Palmeri, elle comporte tous les éléments traditionnels d’une messe (Kyrie, Gloria, Credo, etc.) mais sur des airs de tango argentin. Palmeri réussit dans sa messe l’extraordinaire symbiose entre musique sacrée et tonalités latino-américaines, entre classicisme et émotions. Le bandonéon, instrument emblématique du tango apporte une touche inimitable à l’ensemble et donne à cette messe sublime une tonalité tragique.
Cette œuvre exceptionnelle sera interprétée par des artistes de haut niveau placés sous la direction du chef de renommée internationale Michel Piquemal : le bandonéoniste argentin Gilberto Pereyra, invité sur les scènes du monde entier ; le pianiste Jamal Moqadem, collaborateur régulier de Michel Piquemal ; le Quintet à cordes de l’Ensemble Contrepoint et bien sûr l’Ensemble vocal Michel Piquemal composé de vingt chanteurs solistes professionnels.
Deux œuvres argentines viendront compléter ce programme de concert et situeront la Misa Tango de Martín Palmeri dans l’histoire musicale de ce pays : Indianas pour chœur et piano de Carlos Guastavino et Adios Nonino d’Ástor Piazzolla.

Dès 21h, rendez-vous dans l’aire du cloître pour une « Noche del Tango » enflammée qui nous transportera au cœur des tangos chantés et instrumentaux des faubourgs du Buenos Aires au XIXe siècle. Ce concert-spectacle fusionne les quatre arts essentiels du tango : la musique, la danse, le chant et la poésie. Pièces et danses folkloriques (valses, milonga, zamba et chacarera) alterneront avec des compositions des grands maîtres du tango, d’Astor Piazzolla, le créateur du tango nuevo, à Anibal Troilo.
Les artistes musiciens de 4tangos : Fernando Maguna au bandonéon, Sylvie Gomez au piano, Etienne Sicard au violon, Aurélien Deléron à la contrebasse et Jorge Saraniche au chant, guitare et bombo seront rejoints sur scène par Marina Carranza et Gustavo Gomez, couple de danseurs d’origine argentine qui ajouteront une note sensuelle à cette belle soirée.


Renseignements, réservations au 05 65 98 20 20 et www.sylvanes.com.
Tarifs : 23 € /20 € /16 € - Forfait 2 concerts du 17/08 : 42 € - gratuit moins de 13 ans.

Souffle médiéval au féminin en l’abbatiale de Sylvanès

paroles du sud,sylvanès,abbaye,festival

Ce samedi 16 août à 21 h, l’ensemble Mora Vocis part sur les traces de la musique médiévale en dialogue avec des compositions contemporaines. Les cinq chanteuses solistes ouvriront la porte vers leur création « Histoires de Souffles – chants poétiques autour de l’œuvre de Hildegard von Bingen », où se côtoient monodies et polyphonies du XIIe au XXIe siècle.
Inspirées par un souffle médiéval, les voix solistes « au féminin » de Mora Vocis apprécient particulièrement la musique composée par des femmes et pour des femmes. Hildegard von Bingen (1098 – 1179) est une figure emblématique du Moyen Âge. Abbesse bénédictine, mystique, visionnaire, femme de lettre, compositrice, ses chants envoûtants sont des hymnes à l’amour, la vie, la fécondité, la femme. Plus de 800 ans après, les compositeurs Klaus Huber, Petr Eben, Ivan Moody, Sophie Lacaze, se sont laissés portés par cette musique hors du temps dont ils nous livrent un regard contemporain.
Attentives au corps et à l’espace, les chanteuses, vêtues de robes flamboyantes, créent sur scène un espace poétique très personnel grâce à l’interprétation sans partition et une scénographie soignée. Le programme promet une expérience saisissante pour l’auditoire, pris au milieu du groupe de chanteuses inspirées.

Samedi 16 Août, 21 h , abbatiale de Sylvanès.
Tarifs de 16 à 23 €. Gratuit pour les moins de 13 ans.
Informations et réservations : 05 65 98 20 20 - www.sylvanes.com

Concert du 15 août de Sylvanès, encore une grande fête!

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

C’est le point culminant du Festival de Musiques sacrées – Musiques du monde de l’Abbaye de Sylvanès qui s’annonce avec le concert du 15 août. Le chef d’orchestre Michel Piquemal est revenu à Saint-Affrique, animer le stage de chant de l’Académie de Chœurs et d’orchestre, accompagné des pianistes Jamal Moqadem, Nobuyoshi Shima et de ses assistants Daniel Bargier et Boris Mychajliszyn. Près de quatre vingt choristes amateurs ont travaillé d’arrache-pied la Messa di Gloria de Giacomo Puccini et l’interprèteront dans l’abbatiale de Sylvanès le 15 août à 17 h, aux côtés des quarante-cinq musiciens de l’ensemble orchestral Contrepoint, du ténor Patrick Garayt et du basse Éric Martin-Bonnet.
La Messa di gloria est une brillante partition écrite par Puccini à 22 ans pour son examen de sortie de l’Instituto Musicale Pacini à Luques. Cette Messa a quattro voci (messe à quatre voix) est une messe complète, alerte et juvénile s’ouvrant avec élégance sur un Kyrie empreint de religiosité et se concluant de manière surprenante sur un Agnus Dei presque… dansant. Dans la suite du programme, le court Requiem à la mémoire de Verdi, œuvre pour chœur mixte et orchestre et composé par un Puccini plus mature rend hommage à Giuseppe Verdi, décédé quatre ans plus tôt.
La puissance du chœur et des instruments, le charisme de Michel Piquemal, et la majesté de l’abbatiale de Sylvanès feront de ce concert un des moments forts de l’été.

Pratique : Vendredi 15 août, abbatiale de Sylvanès, 17 h.
Tarifs de 25 € à 30 €. Gratuit pour les moins de 13 ans.
Il reste encore quelques places, réservations par téléphone conseillées au 05 65 98 20 20
Programme en ligne sur www.sylvanes.com

Renseignements, réservations au 05 65 98 20 20 et www.sylvanes.com.
Tarifs : 23 € /20 € /16 € - Forfait 2 concerts du 17/08 : 42 € - gratuit moins de 13 ans.


Sylvanès : Misa de Indios, du chant à l’enchantement

paroles du sud,sylvanès, abbaye,festival

Ce dimanche 10 août à 17 h, le Festival de l’Abbaye de Sylvanès a accueilli la Coral de Cámara de Pamplona dirigé par David Gálvez Pintado, les solistes argentins Bárbara Kusa et Luis Rigou ainsi que l’ensemble instrumental La Chimera, sous la direction d’Eduardo Egüez. Ces derniers ont donné une chaleureuse et passionnante Misa de Indios, combinant la célèbre Misa Criolla composée il y a cinquante ans par Ariel Ramirez avec des pièces sacrées du baroque colonial sud américain en langue native (Bolivie).
C’est dans une église abbatiale comble que les artistes ont fait entendre une messe aux sonorités inhabituelles, notamment dues aux flûtes indiennes, violes de gambe, violoncelles, harpe, contrebasse, charango, théorbe, vihuela et percussions. Outre l’originalité de cette version – arrangement de l’œuvre d’Ariel Ramirez par Edouardo Egüez –, saluons la sublime pureté de la voix de Bárbara Kusa, l’expressivité du chanteur et flûtiste Luis Rigou et la justesse artistique de l’ensemble. A n’en pas douter, le public fut véritablement en-chanté. Si ce concert restera comme le point d’orgue du festival, nous ne saurions le prédire encore. Mais quelles que soient les pépites que les deux semaines à venir nous réservent, cette Misa de Indios restera inoubliable pour les cinq cent spectateurs réunis dans l’abbatiale. Et pour preuve, une spontanée « standing ovation » et un abondant stock de Cds épuisé en fin de concert !

06/08/2014

Chant médiéval à Sylvanès, trésor architectural et acoustique

paroles du sud,sylvanès,abbaye,festival

Si le festival de musique bât son plein au sein de l’ancienne abbaye cistercienne, l’activité parallèle de formation vocale n’est pas en reste. Actuellement, 2 stages sont en cours dans les murs, deux stages ne nécessitant aucune compétence vocale particulière et accessible à tous. Le premier est un stage de technique vocale « Corps, souffle, voix et chant » animé par Michel Wolkowitsky et François Cot. Le second, un atelier de chant médiéval animé par Els Janssens-Vanmunster et Caroline Marçot, chanteuses de l’ensemble Mora Vocis qui, dans la lignée d’une tradition orale, rendent accessible par leur approche la beauté et la musicalité de ce répertoire. La quinzaine d’amateurs qui y participent peuvent ainsi profiter de l’acoustique exceptionnelle de l’abbatiale pour s’essayer aux polyphonies du 14e et du début du 15e siècle, par un apprentissage essentiellement basé sur l’écoute et l’imitation. Ils livreront le fruit de leur travail ce vendredi 8 août à 17 h dans l’abbatiale.
A noter que les voix solistes au féminin Mora Vocis se produiront aussi dans le cadre du 37e festival le samedi 16 août à 21 h dans l’abbatiale avec leur programme « Histoires de Souffles », autour de l’œuvre de Hildegard Von Bingen, cette abbesse hors du commun dont les chants poétiques constituent de véritables hymnes à la vie, à l’amour et à la femme.

Renseignements au 05 65 98 20 20 et www.sylvanes.com.
Entrée libre , vendredi 8 août, 17 h, abbatiale de Sylvanès

05/08/2014

Sylvanès : Messe latino-américaine et voix russes ce dimanche

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

Dimanche 10 août, le Festival de Sylvanès propose deux concerts inspirés des traditions des peuples d’Amérique Latine et de Russie : à 17 h, la chaleureuse Misa Criolla d’Ariel Ramirez donnée par l’ensemble la Chimera et le Chœur de Chambre de Pampelune sous la direction d’Eduardo Egüez suivie à 21h du programme de chants spirituels du peuple russe par le Chœur Sirine de Moscou.
La Misa Criolla, sous-titrée Messe des Indiens, est une messe composée il y a cinquante ans, en 1964, par Ariel Ramirez. Vivante, chaleureuse et fervente, elle conjugue l’adaptation en espagnol des textes de la liturgie catholique à des rythmes, des thèmes et des instruments traditionnels des Andes. Basée sur les genres folkloriques tels que la chacarera, le carnavalito et l'estilo pampeano, elle est célèbre dans le monde entier grâce à plusieurs enregistrements d’Ariel Ramirez, de Mercedes Sosa ou de Plácido Domingo vendus à des millions d’exemplaires.
A Sylvanès, l’ensemble La Chimera propose une adaptation nouvelle et originale de cette œuvre. L’arrangement d’Edouardo Egüez renforce les timbres typiquement andins et maintient le dialogue avec les instruments joués de manière classique : le violon, la harpe, le consort de violes de la Renaissance (un des éléments sonores qui font la particularité de cette version) et les instruments baroques. Pour ce concert, Eduardo Egüez a voulu ajouter à la Misa Criolla des pièces issues du baroque colonial sud-américain en langue quechua et des compositions modernes inspirées du folklore andin.
Après le repas du festival partagé dans l’ancien scriptorium, la soirée se poursuit dès 21 h dans l’abbatiale avec le « mystère des voix russes ». Spécialisé dans le chant orthodoxe ancien, le Chœur Sirine est reconnu depuis de nombreuses années comme la formation la plus originale et la plus authentique du paysage choral russe. Fondé en 1989 à Moscou par Andrey Kotov, le Chœur Sirine présente les traditions musicales de l'ancienne Eglise russe et les chants spirituels qui mettent en musique les thèmes sacrés avec la force et la verve du matériau musical populaire. La présence de Vladimir Degtiarev, Maître Sonneur de la Ville de Yaroslavl donnera à ce concert une dimension exceptionnelle associant aux voix du chœur, la tradition millénaire des cloches d'une des plus anciennes villes de Russie.


Programme en ligne sur www.sylvanes.com. Réservations au 05 65 98 20 20.
Tarif concert 17h : 30 € /25 € /16 € - Tarif concert 21h : 23 € /20 € /16 € - Tarif 2 concerts : 50 € - gratuit moins de 13 ans -

Festival de Sylvanès : Lumières d’une œuvre « retrouvée »

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

Le samedi 9 août à 21 h, dans l’abbatiale de Sylvanès, les neuf interprètes de La Main Harmonique proposent un audacieux dialogue entre les Sacrae Cantiones de Carlo Gesualdo, seigneur compositeur de la Renaissance italienne, et une œuvre contemporaine pour voix et harpe de Caroline Marçot.
Emmené avec passion par Frédéric Bétous, L’ensemble La Main Harmonique poursuit son exploration des chefs-d’œuvre polyphoniques de la Renaissance peu présentés en concerts. Ils interprètent une œuvre inédite, le deuxième livre des Sacrae Cantiones, un monument de la musique récemment restauré. Le patient travail de recherche effectué en 2013 avec le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours a permis une redécouverte fidèle de l’œuvre qui était en partie perdue. Carlo Gesualdo, fascinant compositeur de la Renaissance, prince ténébreux à l’existence mouvementée, a laissé une profonde impression avec ses œuvres, notamment ses madrigaux. Au terme de sa vie, il s’était consacré à la production d’œuvres religieuses dont les Sacrae Cantiones font partie. Dans ce livre, qui n’est pas destiné au cadre liturgique, le compositeur fait preuve d’une grande liberté et d’une maîtrise des techniques savantes.
En écho aux Sacrae Cantiones, la Main Harmonique a passé commande à Caroline Marçot pour prolonger le dialogue entrepris avec l’œuvre de Gesualdo. A partir d’un choix de textes spirituels, la compositrice, elle-même artiste lyrique et passionnée de polyphonie, offre avec « Ma » pour voix et harpe, une vue complémentaire à celle du maître de la Renaissance, une approche apaisée et lumineuse, empreinte de réconciliation et de paix.

Renseignements au 05 65 98 20 20 et www.sylvanes.com.

A Sylvanès, les abeilles font leur spectacle !

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

"[...]Tant que les abeilles bourdonneront autour de ton clocher, Sylvanès, tu prospèreras ! [...] "
À en croire cette citation extraite du cartulaire de la charte de fondation de l'abbaye datant de 1136, l'histoire de l'abbaye semble étroitement liée au destin des abeilles qui semblent y avoir élu domicile depuis des siècles.
Le directeur de l’abbaye Michel Wolkowitsky, qui sent depuis quelques jours naître en lui une vocation apicole, les considère comme « les gardiennes des lieux », signe de protection divine et de prospérité. Tout laisse à penser que la force vibratoire de ce haut lieu sacré se montrerait favorable à la vie de ces hyménoptères.

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

Deux ruches ont donc été installées dans les galeries de l’abbatiale. Mais aux dires des apiculteurs consultés, « les reines se seraient nichées dans les murs de l’église » qui pourraient alors regorger d’un miel inaccessible, rendant les lieux trop exigus.
À l'instar de nos congénères, une surpopulation parmi ces abeilles a abouti à une "crise du logement" : lors des semaines passées, c'est d'abord un puis deux énormes essaims qui se sont constitués, à plus de dix mètres de hauteur, sur le mur Sud de l'abbatiale, donnant directement... sur la scène où se déroulent les spectacles extérieurs du festival.
Le 27 juillet dernier, c'est le concert des Derviches Tourneurs de Damas, initialement prévu à cet endroit, qui a dû être reporté à l'intérieur en raison du risque que présentait la proximité des essaims et leur possible excitation par la chaleur des projecteurs et les fortes vibrations de la sonorisation.
« Pas question de les évacuer ! », atteste le directeur de l’Abbaye. « Depuis bientôt 40 ans que nous sommes là, nous les avons toujours vues. Elles sont chez elles ! » et de rajouter y voir un signe de protection du lieu, en ces temps incertains.
Cet imprévu reste en accord avec l'esprit des lieux et du festival puisque ces abeilles, faisant références aux traditions les plus ancestrales, y sont considérées comme sacrées.
Un projet d’en déplacer une partie vers de nouvelles ruches dans le jardin de l’abbaye pour venir rejoindre celles déjà en activité est en cours;
Tout nous laisse à penser qu’un miel de l’Abbaye de Sylvanès sera bientôt proposé au magasin de l’abbaye.


29/07/2014

Sylvanès : la vaste ronde du monde

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

Ce dernier dimanche au Festival de l’Abbaye de Sylvanès, La Camera delle Lacrime a proposé une interprétation joyeuse, festive et participative du Livre Vermeil de Montserrat. Dans l’ensemble qui fait référence en matière de musiques anciennes, Khaï-dong Luong à la conception artistique, et Bruno Bonhoure à la direction musicale, ont voulu faire participer une vingtaine de choristes amateurs de quatre chorales du Sud Aveyron (La Muse Chœur, Van Berchem, Fiori Musicali et Chanlibre) pour donner cet incontournable du répertoire médiéval catalan. Copiés vers la fin du XIVe siècle, les textes et musiques du Livre Vermeil étaient destinés aux pèlerins qui se réunissaient pour chanter, danser, veiller toute la nuit avant d’accéder au matin à la Vierge noire dans l’église du sanctuaire du monastère de Montserrat. Au début de la représentation à Sylvanès, les choristes placés au fond de l’abbatiale ont marché en rythme pour rejoindre les musiciens professionnels dans le chœur sur un pas de procession emprunté aux Pénitents italiens. Le public s’est ainsi trouvé pris au milieu de la danse, puis a été sollicité pour reprendre des refrains et des gestes sur des airs souvent entraînants. Dans son interprétation à la fois libre et maîtrisée, Bruno Bonhoure jouant du parlé-chanté, de toutes les couleurs de sa voix, et de son bombo leguëro (percussion) s’est toujours attaché « au texte, à la poésie », selon ses mots. L’espace, le corps et la ronde étaient aussi essentiels pour le concert suivant. Noureddine Khourchid et les Derviches tourneurs de Damas, placés sur une scène symbolisant la Création, ont enthousiasmé les quelques cinq cent spectateurs réunis dans l’abbatiale. Au son du dhikr, mélopée solennelle d’invocation des noms divins, les derviches ont franchi progressivement des niveaux de chant, de mouvement et d’intensité. Tournant sur eux-mêmes, les derviches figuraient les astres du cosmos qui gravitent autour du soleil. Bien que spectateurs, les publics de dimanche ont été entraînés dans les mouvements priants des concerts de la journée.

28/07/2014

En plein cœur de l’été, Sylvanès donne de la voix dans des airs d’opéra et des polyphonies de la Renaissance

sylvanès,festival,paroles du sud

Le samedi 9 août le Festival international de l’Abbaye de Sylvanès se déplace au prieuré de Comberoumal (près de Millau) pour le récital « Duetto Gracioso » à 17 h avec Sophie Hanne, mezzo soprano, Émilie Boudeau, soprano, et Sabine Liguori-Delmas, piano. A 21 h, retour à l’abbaye à Sylvanès pour le concert de La Main Harmonique qui proposera un dialogue entre les Sacrae Cantiones de Carlo Gesualdo, seigneur compositeur de la Renaissance, et une œuvre contemporaine de Caroline Marçot.

A 17 h, Émilie Boudeau

sylvanès,festival,paroles du sud

et Sophie Hanne interpréteront de nombreux airs d’opéras et des mélodies dans le prieuré du XIIe siècle. Elles se glisseront successivement dans les habits des amants Néron et Poppée pour le sublime duo final du Couronnement de Poppée, des sœurs Olga et Tatiana d’Eugène Onégine de Tchaïkovski, des femmes éplorées par la mort du Christ du Stabat Mater de Pergolèse.
Le soir à 21 h , l’ensemble La Main Harmonique, dirigé par Frédéric Bétous, poursuivra pour l’auditoire son exploration des chefs-d’œuvre polyphoniques de la Renaissance peu présentés en concerts. Ils interpréteront une œuvre inédite, les Sacrae Cantiones (Livre à VI et VII voix), un monument de la musique récemment restauré. Le patient travail de recherche effectué en 2013 avec le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours a permis une redécouverte fidèle de l’œuvre qui avait été en partie perdue. La Main Harmonique interprétera ensuite une composition de Caroline Marçot pour prolonger le dialogue entrepris avec C.Gesualdo. À partir d’un choix de textes spirituels, la compositrice offre avec « Ma », pour voix et harpe, une vision complémentaire à celle du maître de la Renaissance.

Pratique : Programme en ligne sur www.sylvanes.com. Réservations au 05 65 98 20 20.
Récital « Duetto Gracioso » à 17 h au prieuré de Comberoumal. Tarifs 17h : 20 € /16 € /12 € - gratuit moins de 13 ans.
Concert Sacrae Cantiones à 21 h à l’abbatiale de Sylvanès. Tarifs 23 € /20 € /16 € - gratuit moins de 13 ans