Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/08/2017

A Sylvanès, on apprend en s’amusant !

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


A n’en pas douter les élèves de d’Éric Laur et Delphine Puglièse sous la direction de Michel Wolkowitsky se sont beaucoup divertis à l’occasion du récital de chant lyrique de samedi. (26/08/17). Ils ont travaillé toute la semaine précédente tout en jouant. De retour à Sylvanès, Pascale Munuera, « notre wagnérienne » comme l’appelle amicalement Michel Wolkowitsky, a su entraîner le joyeux groupe sur les chemins de traverses. L’audition des chanteuses et chanteurs a, donc, été marquée par la gaité et l’envie de progresser en s’amusant. Certes, le programme n’était pas exactement celui d’un bal de quartier, bien sûr. A en juger les compositeurs choisis, (entre autres Haendel, Fauré, Schumann) l’on aurait pu ressentir comme une lassitude vespérale. Mais c’était sans compter sur la qualité d’interprétation des 11 acteurs :

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Martin Boulanger, Olivia Del Pino, Christine Dargent (elle aussi habituée des lieux), Emmanuelle Germain, Léonore Guizard, Pascale Munuera, Fabienne Oreb, Céline Picard, Bastien Rimondi, Céline Veyrat et Arturo Villa. Vint s’ajouter l’esprit du jeu et l’espièglerie de Pascale Munuera et Christine Dargent qui nous sortirent des auteurs classiques pour interpréter avec gourmandise la chanson de Juliette Gréco « Déshabillez-moi ». Le final, non moins drôle fut l’occasion pour la fine équipe de chanter l’air de la Belle de Cadix « Buena Noche », un peu remanié dans le bis, histoire de continuer à s’amuser tard dans la soirée.

26/08/2017

Le chant rauque du Tibet souffle sur Sylvanès

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Les moines bouddhistes de Gyutö étaient à Sylvanès (vendredi 25/08/17) pour proposer aux nombreux spectateurs d’écouter une rareté, les chants et musiques du cérémonial tantrique tibétain. Spectacle s’ouvrant sur fond de polémique où certains esprits malveillants, s’exprimant sur les réseaux sociaux, y ont vu une forme de profanation du lieu en allant même jusqu’à écrire : « Le Droit Canonique interdit des célébrations non-catholiques dans une église catholique consacrée et en fonction liturgique. » Ce à quoi Michel Wolkowitsky voulant mettre un terme à la diatribe en ouverture s’est autorisé à redonner le sens de la démarche des refondateurs de l’Abbaye en rappelant l’un de piliers de l’œuvre de Sylvanès : « le dialogue des cultures et des religions » et poursuivant : En ce sens nous avons une vocation d’accueil. C'est cela la grandeur du christianisme, d'accueillir les autres traditions sacrées du monde, dans le respect d'une fraternité humaniste et bienveillante ! » Bref, ce n’était pas simple pour les moines de lancer leurs chants pourtant captivants et invitant à la méditation.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Sur des registres très graves en diaphonie permanente, rappelant les vents se frottant aux cimes hautes de l’Himalaya tibétain. Les yeux fermés, les images venaient, celle Alexandra David-Néel parcourant les montagnes sacrées pour se rendre dans les monastères bouddhistes à la recherche de l’absolu. Celle de l'alpiniste autrichien Heinrich Harrer qui se lia d’amitié avec le Dalaï Lama, histoire qui fut popularisée par le film de Jean-Jacques Annaud. « 7 ans au Tibet ». Et aussi, l’image des nombreux temples bouddhistes tibétains (dont celui de Roqueredonde) où pratiquent de nombreux adeptes de cette philosophie, qu’elle soit de tradition tibétaine ou japonaise. Rouvrant les yeux, les 6 moines en robe appelée kāsāya de couleur jaune safran et orange poussaient la vocalise rauque et gutturale au point ultime de la capacité physique d’un homme.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Cymbales, clochettes, grand tambour et trompettes accompagnaient les modulations chorales. Étonnant et enivrant parfois. Ce n’est qu’à la fin du spectacle que les festivaliers purent applaudir tant ils étaient tous plongés dans les profondeurs de leurs intimes recueillements. Avant que chacun quitte l’abbatiale les moines, selon la tradition, revêtirent toute l’équipe du festival, de l’écharpe blanche (kata) du bon augure. Belle démonstration d’ouverture et d’amitié.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


paroles du sud,marc ayral,sylvanès

25/08/2017

Montagnol-Cénomes ré-ouvre une voie, celle des services de proximité

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Ce jeudi 25/08/17, à Cénomes, à l’extrême sud de l’Aveyron, lovée au bas du col de Notre-Dame qui ouvre la voie vers la Méditerranée, Claude Chibaudel, le maire de Montagnol-Cénomes, avait invité tous les élus et toute la population à plusieurs inaugurations de services au public. Evènement rare, dans un territoire rural qui craint de manière permanente la fermeture de l’école, le départ de la permanence du Trésor Public, la fermeture d’une gendarmerie, la fermeture d’un commerce, l’arrêt de l’activité d’un artisan, le retrait d’un distributeur de billet et tant d’autres choses qui font le bien vivre et permettent le maintien des populations voire le développement local. Ici, donc à Cénomes, si Jean-Claude Luche, Alain Marc, Arnaud Viala, Alain Fauconnier, Christian Font, Christophe Laborie, Gilles Tulsa de la CCI Aveyron étaient réunis aux côtés du Sous-préfet Bernard Breyton c’est exactement pour mettre en exergue le travail entrepris par le maire pour faire revivre une partie de ces services. Cénomes, dans le passé était le village étape des héraultais qui montaient rejoindre leurs résidences secondaires. Ils s’y arrêtaient pour acheter à l’épicerie-bar les quelques courses utiles aux premiers repas. Ils y faisaient le plein d’essence, pendant que les enfants jouaient à s’arroser de l’eau de la fontaine du carrefour. Mais avec l’ouverture de l’A75 beaucoup de sétois, de clermontais, de biterrois ou de montpelliérains n’empruntaient plus cet itinéraire. Peu à peu, l’activité déclinant, ces commerces ont fermé. Mais c’était sans compter sur l’abnégation de Claude Chibaudel et sa ténacité à recueillir toutes les subventions nécessaires et trouver les partenariats pour rompre à cette vicieuse fatalité. Ainsi, ce sont un bar-restaurant multiservices et alimentation, une station libre-service de carburants et de recharge de véhicules électriques, une aire de stationnement et de vidange pour camping-car et la rénovation de La Poste qui ont été inaugurés. Les élus réunis et le Sous-préfet n’ont pas manqué de louer les mérites du premier édile local sur sa volonté à « faire sortir ces dossiers ». Ils ont aussi rappelé que l’atteinte de l’objectif des 300.000 habitants dans l’Aveyron en 2030 passait par des initiatives locales comme celle de Cénomes. Ils ont aussi martelé "que c’est d’abord à chacun des élus et à la population à engager des initiatives en ce sens". Autrement dit « A vous de jouer ! » Chiche !

24/08/2017

Michel Wolkowitsky : « La pérennité de Sylvanès c’est mon engagement d’aujourd’hui ! »

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Ce dimanche 27 août, le rideau tombera sur le 40ème festival de Sylvanès. L’heure d’un premier bilan pour son directeur, Michel Wolkowitsky.

Marc Ayral : Cette 40ème édition bientôt achevée vous a-t-elle satisfaite tant qualitativement que par le nombre de ses festivaliers ?

Michel Wolkowitsky : En quelque sorte notre métier -avec toute l’équipe très motivée qui m’entoure, merci à eux- est de réunir les conditions de la réussite mais cela ne va pas de soi. Le début du festival, en juillet, est d’année en année de plus en difficile car les périodes de vacances se raccourcissent pour beaucoup de français et donc ce mois de juillet reste une vraie fragilité sur laquelle il faut avoir une analyse approfondie et des actions adaptées. Août est là pour conforter tout notre travail. Nombre de professionnels locaux me disent souvent « Ah ça y est Sylvanès a démarré, les visiteurs et festivaliers sont arrivés ! », c’est dire que nous sommes une locomotive touristique pour le territoire. Pour le festival lui-même je pense que nous avons tenu nos promesses artistiques en trouvant sur le 40ème festival une programmation équilibrée et ambitieuse dont en effet nous sommes très satisfaits, mais surtout et c’est le plus important, dont le public a exprimé concrètement sa satisfaction !

MA : Qui sont vos festivaliers ?

MW : Une récente étude indiquait que nos festivaliers pour 30% venaient de Languedoc-Roussillon, 25% d’Aveyronnais, 25% de Midi-pyrénéens et 20% de l’extérieur de la région dont un nombre non négligeable d’étrangers. Mais ces chiffres seront à consolider dans les semaines à venir. En cela, oui nous sommes un pôle attractif pour le Sud-Ouest Aveyron certes mais indissociablement pour tout l’Aveyron. Notre notoriété est liée à celle de l’Aveyron. Dans la tête des gens Sylvanès égale Aveyron.

MA: Mais ici même dans ce territoire des Monts d’Orb et du Rougier comment agissez-vous ?

MW : La force d’attractivité est forte pour le territoire, je le disais, mais pas seulement grâce au festival, elle l’est aussi grâce à notre implication dans des actions locales avec les enseignants des écoles et collèges, avec la formation des futurs talents de l’art lyrique, par le site lui-même, remarquable de majesté. Mais, même si cela est important, cela n’est pas ma préoccupation première. Notre projet avec André Gouzes a été de s’inscrire dans une histoire en donnant une chance à Sylvanès de revivre. Nous n’avons pas voulu transplanter quelque chose de l’extérieur, Nous nous sommes laissés inspirer par le lieu et par les gens du pays qui nous ont beaucoup apporté. Certes, nous avons longtemps été décalés et vus comme élitistes, cela est du passé ! Néanmoins, on répond quelque part à un manque dans notre société, on répond à des questionnements. Mais avec le Centre culturel de Rencontre nous voulons ouvrir aux dialogues des cultures. Cela s’inscrit dans une démarche philosophique et humaniste en premier. Cela dit, c’est vrai nous avons eu d’abord une reconnaissance nationale et internationale avant d’avoir une reconnaissance locale. Même si aujourd’hui encore Sylvanès est à part ! Alors que nous le portons ce territoire nous le faisons rayonner.

MA : Comment voyez-vous l’avenir pour Sylvanès ?

MW : Dans les prochaines semaines nous aurons des réunions qui seront importantes pour Sylvanès. La première pierre de l’avenir c’est le Centre Culturel de Rencontre autour duquel nous devons bâtir. Au sens propre comme figuré. Nous devons améliorer notre hébergement et travailler à ce que des Bains de Sylvanès puissent se concrétiser en un projet durable, enfin ! Puis, Au-delà des refondateurs que nous sommes avec André Gouzes, Sylvanès va continuer à vivre. Je me fais un devoir de m’assurer que la pérennité soit assurée. C’est mon engagement d'aujourd’hui, je le tiendrai !

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

22/08/2017

Le Sétois Simon Caselli a remporté le 275e tournoi de la St Louis

paroles du sud,marc ayral,sète


Un sétois gagne le 275ème tournoi de la St Louis, sera t-il le successeur d'Aurélien Evangelisti? Ou est-ce, comme cela arrive quelquefois pour des vainqueurs chanceux, décrochant le pavois une seule et unique fois suite à un concours de circonstance.A suivre dans les 10 prochaines années!

21/08/2017

Nouvelle soirée lyrique à l’abbaye

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


En parallèle de son festival d’ampleur internationale, le Centre culturel de rencontre de l'Abbaye de Sylvanès poursuit aussi pendant l’été un des axes forts de son activité : celui de pôle de formation et de pédagogie du chant pour chanteurs de tous niveaux. Samedi 26 août à 21 h, après une semaine de travail intense à l’abbaye, les élèves de la classe de maître de Michel Wolkowitsky interpréteront un récital de chant sous la voûte de pierres du scriptorium. D'une grande richesse, tant musicale que personnelle, ce travail à la discipline exigeante, propose une démarche qui engage tout l'être : physique, mental et émotionnel. Sous la direction de Michel Wolkowitsky et assisté des pianistes et chefs de chant Eric Laur et Delphine Pugliese, les onze chanteurs, tous animés par la même volonté de perfectionnement de l'art vocal chanté mais surtout réunis autour de leur passion commune pour le chant lyrique, nous offriront de nouvelles émotions au travers d’œuvres variées du répertoire lyrique (airs d'opéras, d'opérettes) et même de chansons et comédies musicales. Alors que le 40e Festival de l'Abbaye de Sylvanès s’achève ce dimanche, le festival-off propose une fois encore un moment musical original, à la fois recueilli et joyeux. La participation est libre pour ce beau moment de musique lyrique !

Photo : Julie Fuchs lors de la classe de maître de chant lyrique du 12 août dernier.

Les moines tibétains de Gyutö à Sylvanès ce vendredi 25 août

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


C’est au Tibet, le « Toit du Monde » deux fois millénaire, que l’essor de la spiritualité a pu s’épanouir au point de toucher tous les aspects de la vie du peuple tibétain. Le monastère-Université Tantrique de Gyutö est l’un des plus renommés du pays, cultivant une tradition du rituel tantrique accompagné de chants à voix grave et d’une musique élaborée. Cette particularité a valu aux moines de Gyutö une reconnaissance internationale et la participation, depuis plus de trente ans, à de nombreux concerts à travers le monde. Repliés à Dharamsala, dans le nord-ouest de l’Inde, depuis l’invasion du Tibet par la Chine en 1959, six moines seront en tournée exceptionnelle en France jusqu’en octobre et leur première étape sera à Sylvanès ce vendredi 25 août à 21h dans le cadre du 40e festival. Dans l’abbatiale, ils feront découvrir et partager au public les musiques du cérémonial tibétain et leurs chants diphoniques si spécifiques : on appelle souvent ces voix, les voix de buffle, car elles sont exceptionnellement graves et permettent le développement de sons harmoniques très aigus qui s'apparentent au son de la flûte.
A Sylvanès, ce vendredi soir à 21 h, dans l’église, les festivaliers auront l'impression d’« être ailleurs », plongé dans le monde subtil de l'harmonie de l'esprit.


Tarif : 20 €, 16 €, 12 €, gratuit moins de 13 ans

Sylvanès terre de paix, les deux Amériques y brassent leurs cultures

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


En un concert, celui de dimanche après-midi (20/08), tout est résumé de la démarche des 41 années de l’œuvre musicale de Sylvanès. Mescladis, melting-pot, mélange disent respectivement les occitans, les anglophones, les français. Cosmopolite en résumé ! Allier les musiques sacrées avec les musiques traditionnelles du monde. Le concept, comme on dit, n’a pas toujours été évident. Il n’allait pas de soi ! Pourtant assistant au concert « Les Musiques des 2 Amériques » cela devenait intelligible. Léonard Bernstein et Samuel Barber au Nord, Le Pérou chrétien de la « Misa andina » de Kato Rodriguez au Sud. Le célébrissime Agnus Déi de Barber en standard du concert se devait d’avoir un binôme tout autant connu, le Roméo Juliette new-yorkais, « West side story » de Bernstein. Cette dernière œuvre, habituée de l’abbatiale, résonna en 2011 par les voix de l’ensemble vocal « Les Enfants de Duke »

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

et aussi et surtout lors l’inoubliable récital de duo de clavier de Christine Lajarrige et Jamal Moqadem dans « An american night » c’était en 2009.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Alors oui, le brassage sylvanésien de ce 40ième festival est l’aboutissement de l’idée selon laquelle la musique, le chant sont les meilleurs moyens pour les peuples du monde de partager et donc de se comprendre. Jean-Michel Hasler un autre fidèle de Sylvanès (comme Michel Piquemal) venu cette année avec son fils Emmanuel

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

pour diriger ce concert. Ils eurent plaisir à être les passeurs de cette belle idée de brassage. La « Misa andina, loin des liturgies européennes bien souvent ampoulées et tristes, peut donner envie de franchir la porte d’une église. 600 spectateurs l’ont fait ce dimanche communiant, vraiment, avec les acteurs de ce beau concert.

Le roi tango pose son trône à Sylvanès

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Ce dimanche soir, (20/08), l’aire du cloître de l’Abbaye de Sylvanès recevait le roi tango. Roi ? Pas toujours ! Petite frappe, canaille, marlou d’abord. Issu des bas-fonds porteños, de la négritude, du métissage. Tango comme le blues, le fado, le flamenco, le style argentin en plus.

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

L’exigence du mouvement, le corp, l’instrument, le chant pour pousser un cri ! A Sylvanès comme ailleurs, le tango, peu à peu, s’est universalisé dignement car il n’en a pas oublié ses racines. En cela, Juan José Mosalini, compagnon de route d’Astor Piazzola, sait recréer un tango d’aujourd’hui, ciselé et inventif. Les fondements sont là, son bandonéon qui pleure ou rit nous le rappelle. Sandra Rumolino chanteuse au spleen souriant a charmé avec grâce les spectateurs sylvanésiens. « Tango, Tango, Libertango » pourrait dire l’observateur averti voyant virevolté

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

le couple Gabriela Fernandez et Jorge Rodriguez sur la scène du cloître. Au côté de Mosalini, Sébastien Carajou au violon, Diégo Aubia au piano et Léonardo Terruggi à la contrebasse font plus qu’accompagner les protagonistes, ils sont l’âme de cette soirée tango. Quartet de rêve, pour une musique tribale, devenu tripale. Qui touche le cœur, qui touche l’âme !

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

18/08/2017

Sylvanès : Trois talents jouent et chantent

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


A écouter Delphine Mégret et Bastien Rimondi, jeudi 18 août, dans le scriptorium de l’Abbaye de Sylvanès, le spectateur serait tenté de penser que chanter est comme respirer, boire ou manger. Le duo de jeunes talents, pur produit de l’école de formation sylvanésienne, peut donner ce sentiment de facilité. La légèreté avec laquelle ils ont abordé un programme de « bel canto » devant la centaine de mélomanes venus jusqu’au bord du Cabot était déconcertante. Souples et fluides, étaient-ils ? En fait, seulement en apparence. Les chants du répertoire des Mozart, Donizetti et Bellini exigenants, le travail et « l’intelligence du chant » comme l’indique Michel Wolkowitsky sont les deux piliers des belles interprétations proposées. En cela, complices,

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

Delphine Mégret et Bastien Rimondi se sont joués du « duo de Nemorino et Adina » de Donizetti. Interprétant avec humour et espièglerie « L’élisir d’amore » comme 2 comédiens aguerris. Ce récital a donné également la possibilité aux festivaliers de découvrir un jeune pianiste talentueux en la personne de Timothée Hudrisier

paroles du sud,marc ayral,sylvanès

qui outre d’accompagner ces deux camarades de jeu interpréta magnifiquement la « balade en sol mineur opus 23 de Chopin ». Des spectateurs le disaient en aparté jeudi soir après le concert : « Que Michel (ndr. Wolkowitsky), nous en trouve encore des talents de ce niveau ! »