Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/08/2014

Sylvanès : Misa de Indios, du chant à l’enchantement

paroles du sud,sylvanès, abbaye,festival

Ce dimanche 10 août à 17 h, le Festival de l’Abbaye de Sylvanès a accueilli la Coral de Cámara de Pamplona dirigé par David Gálvez Pintado, les solistes argentins Bárbara Kusa et Luis Rigou ainsi que l’ensemble instrumental La Chimera, sous la direction d’Eduardo Egüez. Ces derniers ont donné une chaleureuse et passionnante Misa de Indios, combinant la célèbre Misa Criolla composée il y a cinquante ans par Ariel Ramirez avec des pièces sacrées du baroque colonial sud américain en langue native (Bolivie).
C’est dans une église abbatiale comble que les artistes ont fait entendre une messe aux sonorités inhabituelles, notamment dues aux flûtes indiennes, violes de gambe, violoncelles, harpe, contrebasse, charango, théorbe, vihuela et percussions. Outre l’originalité de cette version – arrangement de l’œuvre d’Ariel Ramirez par Edouardo Egüez –, saluons la sublime pureté de la voix de Bárbara Kusa, l’expressivité du chanteur et flûtiste Luis Rigou et la justesse artistique de l’ensemble. A n’en pas douter, le public fut véritablement en-chanté. Si ce concert restera comme le point d’orgue du festival, nous ne saurions le prédire encore. Mais quelles que soient les pépites que les deux semaines à venir nous réservent, cette Misa de Indios restera inoubliable pour les cinq cent spectateurs réunis dans l’abbatiale. Et pour preuve, une spontanée « standing ovation » et un abondant stock de Cds épuisé en fin de concert !

06/08/2014

Chant médiéval à Sylvanès, trésor architectural et acoustique

paroles du sud,sylvanès,abbaye,festival

Si le festival de musique bât son plein au sein de l’ancienne abbaye cistercienne, l’activité parallèle de formation vocale n’est pas en reste. Actuellement, 2 stages sont en cours dans les murs, deux stages ne nécessitant aucune compétence vocale particulière et accessible à tous. Le premier est un stage de technique vocale « Corps, souffle, voix et chant » animé par Michel Wolkowitsky et François Cot. Le second, un atelier de chant médiéval animé par Els Janssens-Vanmunster et Caroline Marçot, chanteuses de l’ensemble Mora Vocis qui, dans la lignée d’une tradition orale, rendent accessible par leur approche la beauté et la musicalité de ce répertoire. La quinzaine d’amateurs qui y participent peuvent ainsi profiter de l’acoustique exceptionnelle de l’abbatiale pour s’essayer aux polyphonies du 14e et du début du 15e siècle, par un apprentissage essentiellement basé sur l’écoute et l’imitation. Ils livreront le fruit de leur travail ce vendredi 8 août à 17 h dans l’abbatiale.
A noter que les voix solistes au féminin Mora Vocis se produiront aussi dans le cadre du 37e festival le samedi 16 août à 21 h dans l’abbatiale avec leur programme « Histoires de Souffles », autour de l’œuvre de Hildegard Von Bingen, cette abbesse hors du commun dont les chants poétiques constituent de véritables hymnes à la vie, à l’amour et à la femme.

Renseignements au 05 65 98 20 20 et www.sylvanes.com.
Entrée libre , vendredi 8 août, 17 h, abbatiale de Sylvanès

05/08/2014

Sylvanès : Messe latino-américaine et voix russes ce dimanche

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

Dimanche 10 août, le Festival de Sylvanès propose deux concerts inspirés des traditions des peuples d’Amérique Latine et de Russie : à 17 h, la chaleureuse Misa Criolla d’Ariel Ramirez donnée par l’ensemble la Chimera et le Chœur de Chambre de Pampelune sous la direction d’Eduardo Egüez suivie à 21h du programme de chants spirituels du peuple russe par le Chœur Sirine de Moscou.
La Misa Criolla, sous-titrée Messe des Indiens, est une messe composée il y a cinquante ans, en 1964, par Ariel Ramirez. Vivante, chaleureuse et fervente, elle conjugue l’adaptation en espagnol des textes de la liturgie catholique à des rythmes, des thèmes et des instruments traditionnels des Andes. Basée sur les genres folkloriques tels que la chacarera, le carnavalito et l'estilo pampeano, elle est célèbre dans le monde entier grâce à plusieurs enregistrements d’Ariel Ramirez, de Mercedes Sosa ou de Plácido Domingo vendus à des millions d’exemplaires.
A Sylvanès, l’ensemble La Chimera propose une adaptation nouvelle et originale de cette œuvre. L’arrangement d’Edouardo Egüez renforce les timbres typiquement andins et maintient le dialogue avec les instruments joués de manière classique : le violon, la harpe, le consort de violes de la Renaissance (un des éléments sonores qui font la particularité de cette version) et les instruments baroques. Pour ce concert, Eduardo Egüez a voulu ajouter à la Misa Criolla des pièces issues du baroque colonial sud-américain en langue quechua et des compositions modernes inspirées du folklore andin.
Après le repas du festival partagé dans l’ancien scriptorium, la soirée se poursuit dès 21 h dans l’abbatiale avec le « mystère des voix russes ». Spécialisé dans le chant orthodoxe ancien, le Chœur Sirine est reconnu depuis de nombreuses années comme la formation la plus originale et la plus authentique du paysage choral russe. Fondé en 1989 à Moscou par Andrey Kotov, le Chœur Sirine présente les traditions musicales de l'ancienne Eglise russe et les chants spirituels qui mettent en musique les thèmes sacrés avec la force et la verve du matériau musical populaire. La présence de Vladimir Degtiarev, Maître Sonneur de la Ville de Yaroslavl donnera à ce concert une dimension exceptionnelle associant aux voix du chœur, la tradition millénaire des cloches d'une des plus anciennes villes de Russie.


Programme en ligne sur www.sylvanes.com. Réservations au 05 65 98 20 20.
Tarif concert 17h : 30 € /25 € /16 € - Tarif concert 21h : 23 € /20 € /16 € - Tarif 2 concerts : 50 € - gratuit moins de 13 ans -

Festival de Sylvanès : Lumières d’une œuvre « retrouvée »

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

Le samedi 9 août à 21 h, dans l’abbatiale de Sylvanès, les neuf interprètes de La Main Harmonique proposent un audacieux dialogue entre les Sacrae Cantiones de Carlo Gesualdo, seigneur compositeur de la Renaissance italienne, et une œuvre contemporaine pour voix et harpe de Caroline Marçot.
Emmené avec passion par Frédéric Bétous, L’ensemble La Main Harmonique poursuit son exploration des chefs-d’œuvre polyphoniques de la Renaissance peu présentés en concerts. Ils interprètent une œuvre inédite, le deuxième livre des Sacrae Cantiones, un monument de la musique récemment restauré. Le patient travail de recherche effectué en 2013 avec le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours a permis une redécouverte fidèle de l’œuvre qui était en partie perdue. Carlo Gesualdo, fascinant compositeur de la Renaissance, prince ténébreux à l’existence mouvementée, a laissé une profonde impression avec ses œuvres, notamment ses madrigaux. Au terme de sa vie, il s’était consacré à la production d’œuvres religieuses dont les Sacrae Cantiones font partie. Dans ce livre, qui n’est pas destiné au cadre liturgique, le compositeur fait preuve d’une grande liberté et d’une maîtrise des techniques savantes.
En écho aux Sacrae Cantiones, la Main Harmonique a passé commande à Caroline Marçot pour prolonger le dialogue entrepris avec l’œuvre de Gesualdo. A partir d’un choix de textes spirituels, la compositrice, elle-même artiste lyrique et passionnée de polyphonie, offre avec « Ma » pour voix et harpe, une vue complémentaire à celle du maître de la Renaissance, une approche apaisée et lumineuse, empreinte de réconciliation et de paix.

Renseignements au 05 65 98 20 20 et www.sylvanes.com.

28/07/2014

En plein cœur de l’été, Sylvanès donne de la voix dans des airs d’opéra et des polyphonies de la Renaissance

sylvanès,festival,paroles du sud

Le samedi 9 août le Festival international de l’Abbaye de Sylvanès se déplace au prieuré de Comberoumal (près de Millau) pour le récital « Duetto Gracioso » à 17 h avec Sophie Hanne, mezzo soprano, Émilie Boudeau, soprano, et Sabine Liguori-Delmas, piano. A 21 h, retour à l’abbaye à Sylvanès pour le concert de La Main Harmonique qui proposera un dialogue entre les Sacrae Cantiones de Carlo Gesualdo, seigneur compositeur de la Renaissance, et une œuvre contemporaine de Caroline Marçot.

A 17 h, Émilie Boudeau

sylvanès,festival,paroles du sud

et Sophie Hanne interpréteront de nombreux airs d’opéras et des mélodies dans le prieuré du XIIe siècle. Elles se glisseront successivement dans les habits des amants Néron et Poppée pour le sublime duo final du Couronnement de Poppée, des sœurs Olga et Tatiana d’Eugène Onégine de Tchaïkovski, des femmes éplorées par la mort du Christ du Stabat Mater de Pergolèse.
Le soir à 21 h , l’ensemble La Main Harmonique, dirigé par Frédéric Bétous, poursuivra pour l’auditoire son exploration des chefs-d’œuvre polyphoniques de la Renaissance peu présentés en concerts. Ils interpréteront une œuvre inédite, les Sacrae Cantiones (Livre à VI et VII voix), un monument de la musique récemment restauré. Le patient travail de recherche effectué en 2013 avec le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours a permis une redécouverte fidèle de l’œuvre qui avait été en partie perdue. La Main Harmonique interprétera ensuite une composition de Caroline Marçot pour prolonger le dialogue entrepris avec C.Gesualdo. À partir d’un choix de textes spirituels, la compositrice offre avec « Ma », pour voix et harpe, une vision complémentaire à celle du maître de la Renaissance.

Pratique : Programme en ligne sur www.sylvanes.com. Réservations au 05 65 98 20 20.
Récital « Duetto Gracioso » à 17 h au prieuré de Comberoumal. Tarifs 17h : 20 € /16 € /12 € - gratuit moins de 13 ans.
Concert Sacrae Cantiones à 21 h à l’abbatiale de Sylvanès. Tarifs 23 € /20 € /16 € - gratuit moins de 13 ans

22/07/2014

Mélange coloré à Sylvanès le dimanche 3 août

Ny Malagasy Orkestra,sylvanès,paroles du sud

Le Festival de l’abbaye de Sylvanès proposera dimanche deux concerts pour un métissage des plus originaux. C’est le Chœur de l’Académie baroque qui interprétera les Vêpres pour l’Assomption de la Vierge d’Antonio Vivaldi sous la direction de Jean-Michel Hasler le 3 août à 17 h. Après un voyage à l’autre bout de la planète bleue et des codes musicaux, c’est Ny Malagasy Orkestra qui jouera un répertoire inspiré des traditions séculaires de l’Île Rouge sous la direction de Justin Vali à 21 h en plein air.
L’Académie de Chant choral Baroque a lieu depuis plus de 20 ans à l’abbaye de Sylvanès. Cette année, les répétitions concerneront un chœur uniquement féminin. Après une semaine de stage intensif, les choristes se produiront avec le soutien des ensembles Chronochromie, Jeune chœur du Limousin, et de l’ensemble instrumental de l’Académie baroque sur des instruments anciens. Les Vêpres pour l’Assomption de la Vierge ont été écrite par A. Vivaldi dans les années 1710 pour les jeunes filles de l’Ospedaletto de Venise, institution qui recueillait des jeunes orphelines et leur assurait une éducation musicale de haut niveau. Les jeunes filles chantaient les offices à l’église de la Pietà. Toute l’Europe se bousculait pour venir entendre leurs voix d’anges. Les musiciens de Ny Malagasy Orkestra ont parcouru les Hauts Plateaux de Madagascar pour récolter les musiques des Anciens, retrouver les rares interprètes en mesure de jouer certains instruments : le jejo voatavo (un luth-calebasse joué pour les récitations de contes, satires ou lors les fêtes), le violon lokanga du pays Antandroy, le kabôsy (luth court joué par les bouviers)... En partenariat avec un ethnomusicologue ils ont réhabilité des modes d’expression propres à Madagascar : le rare yodel des Mikea (peuples de la côte Ouest), la musique des rituels de possession du Sud ou les voix Antanosy à la couleur orientale ou encore les polyphonies Zafindraony de 5 à 8 voix, et les polyphonies de brousse. Le tout, réinventé au creuset de leur propre sensibilité, offre une riche palette de sonorités, rythmes, couleurs.

Programme en ligne sur www.sylvanes.com. Réservations au 05 65 98 20 20.
Tarif concert 17h : 30 € /25 € /16 € - Tarif concert 21h : 23 € /20 € /16 € - Tarif 2 concerts : 50 € - gratuit moins de 13 ans -

Festival Off de l’Abbaye de Sylvanès : les élèves de Michel Wolkowitsky en récital

Le samedi 26 Juillet, dans le cadre du Festival Off de l’Abbaye de Sylvanès, les élèves de la classe de maître de chant lyrique offriront un récital de fin de stage dans le Scriptorium.

masterclass,sylvanès,paroles du sud


Pendant une semaine, du 21 au 26 Juillet, dix stagiaires chanteurs suivent les enseignements de Michel Wolkowitsky aussi directeur artistique du Festival international de Sylvanès. Les stagiaires sont élèves de conservatoire, professeurs de chant, professeurs d’éducation musicale. Ils viennent parfaire leur vocalité et leur interprétation sous la direction de Michel Wolkowitsky dont l’enseignement vocal et musical est recherché. C’est Eric Laur, chef de chant habituel de l’atelier lyrique, qui accompagne les stagiaires au piano.

Pratique : Récital le samedi 26 Juillet à 17 h. Scriptorium de l’Abbaye.
Participation libre.



Photo archives : Michel Wolkowitsky au centre et Eric Laur à sa droite lors de la Master Class du 29 08 2009

Dimanche 20 juillet à Sylvanès : de l’intériorité à la festivité

choeur du new college d'oxford,sylvanès,paroles du sud

Ce deuxième dimanche du 37ème Festival International de Sylvanès s’est ouvert à 17h avec le chœur du New College d’Oxford, sous la direction d’Edward Higginbottom. Revêtus de leurs religieuses robes cramoisies, les choristes sont entrés en scène sous le sceau d’une religiosité qui, tel un diapason, a donné le ton du concert. De la voix musicale à la voie intérieure, il n’y avait qu’un pas ; il a été franchi. Le célébrissime Miserere d’Allegri en a probablement constitué le point d’orgue. Jouant de l’acoustique, plaçant le soliste sur l’escalier des matines et le petit chœur au fond de la nef, Edward Higginbottom ne s’est-il pas aussi joué du visible et de l’invisible ? On aurait tôt fait d’employer la traditionnelle formule « voix des anges ». Mais c’est bien la voix de l’Homme, en ces jeunes hommes, qui s’est manifestée dans toute sa splendeur. Traversant l’église pour emprunter le chemin du retour, les choristes ont reçu une nouvelle salve d’applaudissements du public resté pour le concert de 21h. Sans nul doute, leur jeune âge couplé à leur talent touche autrement notre sensibilité.

urs karppatz,chœur du new college d'oxford,sylvanès,paroles du sud,


Voyage. Tel fut le maître mot du concert de 21h avec Urs Karpatz, dirigé par Dimitri Benatre. De l’Inde du Nord Est à l’Europe centrale, le périple a été des plus enthousiastes, piqueté d’une virtuosité époustouflante, coloré de la sonorité singulière du cymbalum et agrémenté d’éclatants sourires des musiciens. Cette joie débordante s’est déversée avec bonheur sur un public fasciné. En clôture de concert, les artistes esquissèrent un mouvement vers le parvis de l’église que la fine pluie retint d’accomplir tout à fait. De sorte qu’il fut nécessaire aux artistes, pour sortir de scène, de traverser le public qui les avait suivis au pas de danse. C’est alors qu’avec humour, l’un des violonistes a entamé une sonnerie d’alarme reprise par l’accordéoniste. Et c’est ainsi que la soirée s’est achevée dans les éclats de rire.

Sylvanès : Omo Bello, un voyage sur la ligne du « beau chant »

omo bello,sylvanès,paroles du sud

omo bello,sylvanès,paroles du sud

Omo Bello et Clément Mao-Takacs ont proposé au public de Sylvanès samedi 19 Juillet un programme composé intelligemment à travers le Bel canto italien.
Omo Bello, habituée de Sylvanès, revient en récital après avoir remporté en janvier le premier prix du « Paris international Opera Competition ». Le Bel Canto, ou « beau chant », dont l’apogée se situe au XIX° siècle avec G.Rossini, V.Bellini, G.Donizetti, est le répertoire qui met le plus la voix en valeur. Omo Bello a voulu nous conduire en amont et en aval de la grande époque du Bel Canto en interprétant « Se tu m’ami » de G.B.Pergolesi ou quatre pièces de P.Tosti particulièrement expressives.
La chanteuse, rayonnante, a laissé s’épanouir ses qualités d’interprétation grâce à l’acoustique de l’abbatiale qui, selon elle, lui laisse une liberté totale. Entrant rapidement dans les rôles, elle fut tantôt enjouée, malicieuse, ou émouvante et mélancolique.
Clément Mao-Takacs au piano, était au service de la voix de sa partenaire. Des morceaux pour piano seul ont laissé éclater le jeu fin, léger et la culture musicale de celui qui est aussi chef d’orchestre. Il avait choisi de mettre en valeur des pièces de compositeurs italiens plus connus pour leurs airs d’opéra, avec In Sogno d’A.Catalani. Selon Clément Mao-Takacs, dans l’esprit du Bel Canto mais aussi en « contraste » avec les morceaux « très sucrés et délicats » du programme, ces morceaux exprimaient un chant perceptible puis peu à peu « englouti » dans l’obscurité grandissante du début du XX° siècle avec Il Raggio verde de M.Castel-Nuovo Tedesco.
Le public conquis a fait revenir trois fois les musiciens, qui ont interprété le célèbre « O mio babbino caro » de G.Puccini. Les talentueux artistes joueront ce même programme lors de leur tournée dans les plus grandes salles d’Europe à la saison prochaine.

08/07/2014

Festival de l’Abbaye de Sylvanès : Une ouverture en fanfare ce dimanche

paroles du sud,sylvanès,festival,abbaye

L’Abbatiale de Sylvanès ouvrira grandes ses portes ce dimanche 13 Juillet à 17 h pour le premier concert de la 37e édition du festival international de l’abbaye de Sylvanès, Musiques sacrées – Musiques du Monde. L’ensemble Antiphona dirigé par Rolandas Muleika, interprètera des pièces baroques, dont les Fanfares de Jean-Joseph Mouret ainsi que le célébrissime Te Deum de Marc-Antoine Charpentier au ton « joyeux et guerrier », fameux générique de l’Eurovision. Le lendemain, lundi 14 juillet à 17 h, l’abbatiale vibrera au son de la Messe Jazz du compositeur lituanien Vytautas Miškinis.

Ces deux concerts illustrent la vocation et l’originalité du Festival international de l’Abbaye de Sylvanès. Le grand répertoire sacré choral et orchestral est en effet depuis presque 40 ans l’identité du Festival. Il séduit les mélomanes exigeants, amoureux de pièces inédites, comme celles exhumées par l’ensemble Antiphona. Six solistes, vingt choristes et douze instrumentistes sous la direction du passionné Rolandas Muleika seront sur scène dimanche pour restituer, comme à leur habitude, avec brio, l’esthétique de la musique baroque.

Un trait d’union entre jazz et spiritualité le 14 juillet
La musique sacrée n’est pas seulement celle des siècles passés. Elle est toujours en élaboration à Sylvanès. C’est ce que prouve la Messe Jazz, ou Light Mass du compositeur contemporain Vytautas Miškinis donnée le lendemain en l’abbatiale qui marquera le festival d’une note inédite. L’Ensemble vocal Unité, chœur amateur de haut niveau, dirigé par Christian Nadalet, chantera cette œuvre unique qui allie jazz et spiritualité. Dans cette œuvre empreinte des idéaux universels de fraternité, le compositeur accorde à la liberté rythmique des musiques traditionnelles, la pulsation vitale du jazz. Tempo obsédant, mélodie inspirée et sens profond de la vocalité entraînent un dialogue entre le chœur et le brillant quartet instrumental – piano, accordéon, contrebasse et batterie. La poésie s’élèvera encore sous les voûtes de l’abbatiale par des pièces « a cappella » d’Eric Whitacre et de Camille Saint-Saëns qui plongeront le public dans une méditation libre et aérienne.

Un festival fidèle à une tradition d’ouverture et de fraternité jusqu’au 24 août
Le Festival international de l’Abbaye de Sylvanès accueillera cette année la jeune étoile de la scène lyrique Omo Bello (19 juillet), lauréate du prestigieux premier prix du « Concours international d’Opéra de Paris », ainsi que le réputé Chœur du New College d’Oxford (20 juillet).
Cette année encore, sous le signe de la « Fraternité », la programmation reste fidèle à sa tradition d’ouverture aux autres cultures. Le public sera tour à tour transporté d’Inde en Europe centrale avec les voix tsiganes d’Urs Karpatz (20 juillet), de Russie en Syrie avec le chœur Sirine de Moscou (10 août) et les Derviches Tourneurs de Damas (27 juillet). Le voyage se poursuit sur l’Ile rouge avec l’orchestre Ny Malagasy de Madagascar (3 août) qui ravive des musiques traditionnelles. Sans oublier l’ensemble corse A Vuciata et le chœur d’hommes basques Vox Bigerri qui uniront leurs voix pour le concert de clôture le 24 août.

Programme en ligne sur www.sylvanes.com. Réservations par courrier en envoyant le bulletin de réservation, par téléphone au 05 65 98 20 20.
Tarifs des concerts du 13 juillet et 14 juillet : 25 € /20 € /16 € - gratuit moins de 13 ans