Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/08/2007

Berger des Pyrénées ou Labrit?

medium_blog10.JPG

Souvent lorsque nous croisons des randonneurs il s'exclament : "Qu'ils sont beaux vos labrits!" Essayant d'être pédagogiques nous leur indiquons que ce sont des Bergers des Pyrénées et non des Labrits. Mais les personnes restent perplexes. Un jour même l'un d'eux nous a dit comme argument suprême : "Moi je suis des Pyrénées, je sais de quoi je parle..." Depuis, las pour les "ceux qui savent" ce sont des labrits et pour "ceux qui connaissent simplement" ce sont des Bergers des Pyrénées. Ce petit mémo je l'adresse aussi à Virgine Hayette qui dans un post m'a invité à lui préciser la différence. Qui mieux que Joël Herreros grand spécialiste des cette race peut conforter "ceux qui connaissent simplement" et déjuger "ceux qui savent".Extrait de son livre "Bergers des pyrénées paru aux Editions de Vecchi"
medium_blog2.JPG

"Mon Dieu, qu'il est joli votre Labrit! Il va falloir vous y faire' Pour la grande majorité des gens, votre chien sera un Labrit! Il faut avouer que bien des bergers entretiennent la confusion en appelant leur chien du petit nom de Labrit. Bref, même avec le récent succès de la race. La confusion reste profondément ancrée dans les esprits. Elle ne date pas d'hier: en 1922, M. Dhers soulignait déjà dans la revue L'éleveur que « certains désignent encore le Berger des Pyrénées sous le nom de Labrit ou le confondent avec celui-ci."
medium_blog8.JPG

En réalité, le terme de Labrit est le nom d'une localité des Landes proche de Mont-de-Marsan et résulte d'une déformation d'Albret (pays du bon roi Henri V. Mais pourquoi cette confusion? « Il y a, dans cette région infra pyrénéenne, un chien qui ressemble assez à notre véritable Berger des Pyrénées dont il descend vraisemblablement, explique Dhers. Mais il a plus de taille que celui-ci. Ce n'est plus un chien de montagne, mais un chien de plaine, un chien qui a été grandi par la plaine. »
medium_blogtdb.JPG

Le docteur Luquet* confirmera ses propos et présentera le Labrit comme un « berger des Landes descendant vraisemblablement des Bergers des Pyrénées ayant grandi dans la plaine. » La description qu'il en dresse est la suivante: " Un chien de berger assez peu sélectionné et de type pas très fixé, notamment dans la taille, du poil hirsute de chèvre, aux oreilles droites ou semi-tombantes. A la queue basse se terminant en crochet et toujours ergoté. Les couleurs dominantes sont le fauve, le gris foncé, le noir. Il y a aussi des robes tachetées. » À la suite de l'exposition de Dax en 1930, un standard sera rédigé par le vétérinaire Chêne et Léon Boulet. Le Berger des Landes diffère du Berger des Pyrénées par une taille plus élevée, un corps bâti en cob (inscriptible dans un carré alors que le Berger des Pyrénées s'inscrit dans un rectangle), un poil plus court et un chanfrein plus allongé. Ce standard ne permettra pas à la race d'accéder à la reconnaissance officielle, et le Labrit, contrairement au face rase, passera aux oubliettes de la cynophilie.
medium_uei-bébé-_-somi.jpg

Aujourd'hui, cette race n'existe malheureusement plus. En revanche, le Berger basque d'un type très proche des descriptions du Labrit des Landes ne devrait pas tarder à être homologué par la cynophilie espagnole."

* Les Chiens de berger français.

Photos : Somi de l'Oustaou de Padel, 6 ans et Uei de l'Oustaou de Padel 4 ans.

Marc Ayral

10/12/2006

Sòmi et Uèi : Autour du Castellas de Montpeyroux

medium_motpeyroux.jpgLongue de 14 km, la randonnée autour du Castellas de Montpeyroux nous a permis (chiens et maîtres) de se relancer dans la pratique de la rando après quelques semaines d'arrêt. A 40 km au Nord-Ouest de Montpellier le circuit montant par l'imposante forteresse qui domine Montpeyroux pour rejoindre ensuite les Garrigues et la belle forêt domaniale des monts de St Guilhèm-le-Désert. Le château (Castellas) est un esemble fortifié qui domine Montpeyroux (excellent vins à découvrir). C'est le berceau de la famille du même nom. Il a été occupé jusqu'après la première guerre mondiale par des nones.
Somi et Uèi dominant le Castellas de Montpeyroux.

Marc Ayral ©

16/02/2006

De Salvergues à Salvergues : Bel Espinouse!

medium_Salvergues_0.jpgSalvergues : Hameau aux confins des départements de l'Hérault, du Tarn et de l'Aveyron. A cette époque de l'année, village fantôme! Heureusement le beau temps est là! La belle luminosité de ce début de journée nous donne beaucoup de courage avant d'entamer cette randonnée longue de 5h. La route qui nous a conduit à Salvestre en passant par Rosis est bordée d'une couche épaisse d'une neige tombée il y a une semaine. Le froid, l'altitude de 1100m l'ont bien conservée.
Chaque pas dans cette neige nous renvoie la douce musique du tassement de ses cristaux. A l'approche de la source de l'Agout des traces de cerfs, chevreuils, sangliers apparaissent évidentes à nos yeux pourtant peu exercés à les reconnaître! medium_A-la-source-del_27agout.jpgEn quelques centaines de mètres l'Agout devient une large rivière de 4 m. Epicéas, fougères, hêtres entourent de larges pâtures. Un instant nous cessons de marcher et sans bruit pouvons sans peine apercevoir un magnifique cerf qui file à 100m de nous. Plus tard, deux biches viennent, à quelques mètres, nous observer. Comme pour s'assurer que nous n'avons pas d'intentions belliqueuses. De retour à Salvestre, 5h entre la neige, la lande et un ciel d'azur maintenant voilé par quelques stratus. Belle journée!

Marc Ayral ©

04/12/2005

Au Goufre de l'Oeil doux

medium_OEIL_DOUX.jpgEntre la mer et les combes karstiques de la Clape, à quelques encablures de Vendres à l'Est et de Narbonne-Plage à l'Ouest, le "clou" de cette balade est la vue plongeante sur le "gouffre de l’œil doux" site naturel exceptionnel aux eaux verts émeraude. Comme son nom l’indique il semble que la nature ait voulu répondre aux regards qui viennent l’admirer et savent le protéger. Ce petit lac d'eau douce de forme circulaire, profond d'une trentaine de mètres, est apparu à la suite de l'effondrement d'une voûte de roche calcaire. L'eau du gouffre proviendrait de rivières souterraines du massif de la Clape. Du haut des falaises de l'Œil Doux, la vue embrasse un vaste panorama sur le Massif, les étangs et la mer.

Marc Ayral ©

03/12/2005

Le "Camin Farrat" à Soubès

medium_somi.jpgLe "Camin Farrat" le chemin de fer, ce nom d'une draille vient du fait que cette longue pente en lacets est soutenue tout les 10 mètres par des traverses rocheuses. medium_uei.2.jpgCe chemin était emprunté il y a encore quelques dizaines d'années par les bergers pour monter leurs troupeaux de brebis à l'estive sur le Larzac.
Somi photo du haut, Uei à droite fuyant le ruisseau, le peur de l'eau!

Marc Ayral ©

07/11/2005

A Cucugnan

medium_cucugnan.jpgDans leur élément, pas si loin des Pyrénées. Les Corbières méridionales ont accueilli Somi et Uèi. De Padern à Cucugnan. Ce fameux village qui reste célèbre grâce au conte d'Alphonse Daudet. Celui-ci s'est d'ailleurs contenté de traduire, en1869, un texte rédigé en occitan par Joseph Roumanille.
Au milieu d'une large vallée dominée par les chateaux -improprement appellés "Cathares"- de Quéribus et de Peyrepertuse, sur son truc le charmant village de Cucugnan.

Dominant Cucugnan

Marc Ayral ©

01/11/2005

Au bord du Canal du Midi : Le Somail

medium_somail.jpgEmpruntant le chemin de halage du pont de Ginestas, au lieu-dit La Cairade quelques kilomètres après, trois ou quatre pas plus, au détour de la Garrigue de l’Estagnol, le vieux port fluvial du Somail nous accueille. Certes, l’automne est là, les touristes ont amarré leurs pénichettes et il y a bien longtemps que les barques de postes ne passent plus, ni les péniches qui rouillent tristement. Cette « ancienne avenue de la fortune » comme écrit Claude Marti « n’est plus qu’un boulevard d’eau ombragé de platanes où naviguent les matelots de la lente découverte… » et de conclure avec nostalgie : « Garda dins l’uèlh camps, pechs e serras coma si débiàs pas tornar… »
Sur le pont du Somail.

Marc Ayral ©

Le long des chemins du Minervois!

medium_minervois.2.jpgCoincé entre l’Aude et la Montagne Noire, des vignes à perte de vue comme une mer démontée qui érode les collines calcaire, enserrant des îlots d’amandiers et de pins parasols ! Tel se présente à vous le Minervois, le Mernerbès en occitan. Ici, c’est le pays du doux et du fort. Du doux avec un muscat rare celui de St Jean, des figues ou des grenades que l’on peut ramasser au cul d’un talus. Du fort avec ce vin rouge typique issu de carignan. Sans oublier la lucques, la reine des olives. Le Minervois un terroir de sucs et de caractères à commencer par celui de Marcelin Albert : Le rédempteur !

Entre vignes et oliviers nos deux bergères assises sur un banc de pierre

Marc Ayral ©

30/10/2005

De retour de randonnée!

De retour de randonnée, voilà Uèi venue près de son maître pour y recevoir quelques caresses reconnaissantes! medium_uei2.jpgAprès la journée pluvieuse passée à marcher autour du Castellas de Montperoux mes deux chiennes étaient contentes de retrouver leur panier. Après quelques semaines d'arrêt, nous revoilà partis à la découverte des nombreux sentiers de randonnée du Languedoc. La rando d'aujourd'hui d'une durée de 4 heures partant de Barry (mot occitan Barri, qui veut dire faubourg) nous a conduit au château voir message précédent. Les 2 chiennes comme à leur habitude y ont excellé dans l'ouverture de la marche, dans le signalement des bifucations, dans l'alerte à l'approche d'un inconnu! Belle balade pour se remettre en forme, avant que d'attaquer dans quelques semaines des randonnées de 5 à 6 heures à dénivelés plus fort.
Uèi, apeurée par le photographe!

Marc Ayral ©

Sòmi : une lignée de champions!

medium_somi2.jpgVoilà à peine quelques jours que ce blog est créé et je me dis que je manque à tous mes devoirs. En effet, il est nécessaire de rappeller, tant pour le connaisseur des Bergers des Pyrénées que pour le béotien, que Sòmi de l'Oustaou de Padel a la lignée suivante : Elle a pour père Moebius de la Capely et pour mère Ibarolle de l'Oustaou de Padel, sa soeur n'est autre que la championne du Monde 2004, c'est à dire Sardoune de l'Oustaou de Padel. Il n'y qu'a regarder les photos pour retrouver les airs de famille. Sòmi, ne concourt pas mais en aurait, sans nul doute toutes les facultés.
Sòmi sur le plateau enneigé des Monts de Lacaune (1225m d'Alt)

Marc Ayral ©