Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/08/2017

Montagnol-Cénomes ré-ouvre une voie, celle des services de proximité

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Ce jeudi 25/08/17, à Cénomes, à l’extrême sud de l’Aveyron, lovée au bas du col de Notre-Dame qui ouvre la voie vers la Méditerranée, Claude Chibaudel, le maire de Montagnol-Cénomes, avait invité tous les élus et toute la population à plusieurs inaugurations de services au public. Evènement rare, dans un territoire rural qui craint de manière permanente la fermeture de l’école, le départ de la permanence du Trésor Public, la fermeture d’une gendarmerie, la fermeture d’un commerce, l’arrêt de l’activité d’un artisan, le retrait d’un distributeur de billet et tant d’autres choses qui font le bien vivre et permettent le maintien des populations voire le développement local. Ici, donc à Cénomes, si Jean-Claude Luche, Alain Marc, Arnaud Viala, Alain Fauconnier, Christian Font, Christophe Laborie, Gilles Tulsa de la CCI Aveyron étaient réunis aux côtés du Sous-préfet Bernard Breyton c’est exactement pour mettre en exergue le travail entrepris par le maire pour faire revivre une partie de ces services. Cénomes, dans le passé était le village étape des héraultais qui montaient rejoindre leurs résidences secondaires. Ils s’y arrêtaient pour acheter à l’épicerie-bar les quelques courses utiles aux premiers repas. Ils y faisaient le plein d’essence, pendant que les enfants jouaient à s’arroser de l’eau de la fontaine du carrefour. Mais avec l’ouverture de l’A75 beaucoup de sétois, de clermontais, de biterrois ou de montpelliérains n’empruntaient plus cet itinéraire. Peu à peu, l’activité déclinant, ces commerces ont fermé. Mais c’était sans compter sur l’abnégation de Claude Chibaudel et sa ténacité à recueillir toutes les subventions nécessaires et trouver les partenariats pour rompre à cette vicieuse fatalité. Ainsi, ce sont un bar-restaurant multiservices et alimentation, une station libre-service de carburants et de recharge de véhicules électriques, une aire de stationnement et de vidange pour camping-car et la rénovation de La Poste qui ont été inaugurés. Les élus réunis et le Sous-préfet n’ont pas manqué de louer les mérites du premier édile local sur sa volonté à « faire sortir ces dossiers ». Ils ont aussi rappelé que l’atteinte de l’objectif des 300.000 habitants dans l’Aveyron en 2030 passait par des initiatives locales comme celle de Cénomes. Ils ont aussi martelé "que c’est d’abord à chacun des élus et à la population à engager des initiatives en ce sens". Autrement dit « A vous de jouer ! » Chiche !

28/03/2017

Sylvanès : Rencontre régionale du Tourisme et des loisirs en Occitanie

paroles du sud,marc ayral,jean-louis guilhaumon,tourisme

Ce mardi 28 mars s’est tenu à Sylvanès la 12ième rencontre du tourisme et des loisirs. Cette réunion organisée à l’initiative de la Région Occitanie dont Jean-Louis Guilhaumon est vice-président en charge le tourisme et du thermalisme. Il exprime l’ambition de la collectivité : « La présidente Carole Delga nous a donné un cap, celui d’installer la destination Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dans le top 10 des destinations touristiques en Europe. Mais avant cela l’élu a mis en œuvre une grande et large concertation des acteurs du tourisme afin de proposer à la fin de la démarche participative un Schéma Régional de Développement Touristique et de Loisirs. » Ainsi, le mardi matin, l’élu gersois a rencontré le président du département Jean-François Galliard qui était accompagné du président du Comité départemental du Tourisme, Jean-Louis Calmelly. : « Le but de cette réunion préalable à laquelle a participé également les élus qui s’occupent du tourisme au sein des Communautés des communes était de tracer les 5 pistes de co-construction de notre projet commun. D’abord soutenir les entreprises touristiques dans une concordance territoriale, travailler sur la mise aux normes des hébergements, proposer une ingénierie de projet, mettre à disposition un observatoire de l’économie touristique, et très important renforcer voire créer un véritable marketing de destination. J’ajoute aussi, l’importance de la formation des acteurs à laquelle nous nous consacrerons fortement. » Les 13 réunions départementales s’achèveront en Lozère et à l’issue de celles-ci et dans un souci de « synergie renforcée », les 3 collectivités porteuses de la compétence tourisme devront comme l’a exprimé récemment la Présidente Delga : « permettre à l’innovation d’être sa colonne vertébrale pour s’adapter aux nouvelles attentes et faire face à une concurrence mondiale de plus en plus forte. » Il est vrai que le tourisme avec 14 Md € de consommation touristique soit 10 % du PIB régional, 108 000 emplois et 1,42 Md d’€ investissements, est la 2ème industrie de la région devant le BTP et l’aéronautique et talonnant le secteur « agriculture–agroalimentaire ».

paroles du sud,marc ayral,jean-louis guilhaumon,tourisme

La présence de nombreux élus aveyronnais descendus dans le Sud-Aveyron pour débattre de tous ces sujets marque l’importance accordée ici à l’économie touristique.


22/10/2016

Inventons un axe de développement Aveyron-Méditerranée

paroles du sud,marc ayral,aveyron,sète


Rassurez-vous je ne vais pas faire la chronique des déplacements de la Présidente de la Région Occitanie, Carole Delga (qui était hier (21/10/16) à Sète et non à Montpellier comme indiqué par erreur dans ML Millau. Mais si vous avez intérêt pour le sujet, je souhaite mettre en exergue la création du "parlement de la mer" instance de concertation du monde maritime languedocien. Ceci aussi, pour me permettre de préciser que lors de l'élaboration, par les services de l'Etat, du Plan Aveyron 2030, aujourd'hui un peu oublié, j'avais eu l'occasion de proposer de nouer des liens économiques forts avec le Port de Sète. CCI Aveyron, Département, Sud-Aveyron, PNR, Ville de Millau, et tous les acteurs du monde économique et politique pouvant en synergie élaborer un plan de développement fort. L'Aveyron cherche son développement sur l'axe Ouest-Est grâce à la RN 88, sûrement que les Sud-Aveyronnais, à ce sujet, voient les choses de loin et pensent que de manière complémentaire, l'Axe Sud ne doit pas être délaissé. L’accès à la Mer et au Port de Sète en particulier est une potentialité trop longtemps délaissé, croyant que Toulouse est la seule voie possible de la prospérité. Un autre équilibre est à inventer.

Article ML édition du 22/10/16

11/03/2016

AG FACE Aveyron : des actions contre l'exclusion

paroles du sud,marc ayral,aveyron

09/03/2016

FACE Aveyron : Alain Picasso succède à Marc Ayral

paroles du sud,marc ayral,aveyron


L'Assemblée Générale de FACE Aveyron s'est tenue, mardi 08/03/16 dans les locaux de la Chambre des Métiers. Merci à Christine Sahuet, la Présidente, de nous y avoir accueilli. Aprés 8 mois d’existence, le Club d'entreprises a réussi à fédérer 32 entreprises pour agir dans le domaine de la lutte contre l'exclusion. Les actions ciblées sont basées sur la Responsabilité Sociale et Sociétale de l'Entreprise (RSE). Marc Ayral, le président sortant, a tracé le bilan de ce premier exercice : Structuration du Club, montage des actions TAF'Sports, TEKNIK, Tourisme et Handicap, Soutien au Chantier d'Insertion de l'Aveyron, Café Egalité. Ayant décidé de faire valoir ses droits à la retraite, Marc Ayral, Délégué du Groupe et La Poste, et président de FACE Aveyron a informé l'assemblée qu'il ne solliciterait pas un second mandat. C'est Alain Picasso le Directeur de l'agence EDF qui à l'issue de la réunion a été élu Président du Club d'Entreprises, Pierre Desclaux de La Lyonnaise étant son Vice-Président.

paroles du sud,marc ayral,aveyron

01/03/2016

Présence postale : CDPPT Aveyron, ma dernière!

paroles du sud,marc ayral,cdppt


Aujourd'hui j'anime ma dernière Commission de Présence Postale Territoriale. la 17ième et donc dernière depuis 2011. 600.000€ investis par an par La Poste et les élus de la CDPPT, cela fait au total oui avez bien calculé, 3 M€! Pour un réseau très dense de points de contact : 65 bureaux de poste dont une Maison de service public et 2 facteurs guichetiers, 107 Agences Postales Communales et 21 Relais Poste Commerçant. Je suis fier, j'ose le dire d'avoir participé avec les élus sous la présidence de Pierre Pantanella et des 3 directeurs régionaux successifs, François Thez, Richard Grasa et Gérard Durant à cette oeuvre d'utilité publique.

28/02/2016

Crises agricoles? A qui la faute?

paroles du sud,marc ayral,sylvanès


Juste pour se souvenir que Gauche et Droite ont du mal à trouver la solution des crises agricoles successives depuis de nombreuses années. Cela n'excuse pas le pouvoir actuel, ni les précédents mais laisse à penser qu'aucune solution simple et populiste ne les résoudraient. Les aggraveraient même! Les agriculteurs quelles que soient leur production doivent aussi s'interroger sur les attentes grandissantes des consommateurs en matière de traçabilité, de qualité, d'impact environnemental; bref de leur propre responsabilité sociale et environnementale. Répéter en boucle le slogan : "Faut pas oublier que c'est nous qui nourrissons la population" est une antienne tellement évidente qu'elle est surtout défensive et ne résout rien. La coopération, les circuits courts, le bio, le raisonné, l’acceptation que la consommation de viande va inéluctablement baisser devra faire partie de la résolution des crises. Comme la remise en cause de l'hyper syndicat productiviste et premier maillon du système libéral qui broie les agriculteurs paysans. Laissés au bord de la route par le leurre d'une agriculture qui ne voit que la dimension économique au détriment des enjeux agro-environnementale. Les 2 sont indissociables, les consommateurs le demandent, c'est irréversible. Crise ou pas.

10/02/2016

Une agriculture à l’agonie par Léon Maillé

paroles du sud,marc ayral,léon maillé



Je reproduis ici la chronique de Léon Maillé -le sage du Larzac- (paru ce jour dans Centre Presse) à propos des récentes manifestations d'agriculteurs orchestrées par la FNSEA; Je ne doute pas, qu'en plus de cela, le passage sur le Lévézou d'un ancien président de la République, les agriculteurs aveyronnais auront trouvé la voie de la sagesse, la vrai : L'agriculture biologique!

"Barrages de routes et dégradations : les agriculteurs manifestent.Veaux, vaches, cochons,lait, rien ne se vend à prix correct. Du coup, uneagriculture, la productiviste, est à l’agonie. Finis les quotas,vive le libéralisme… Et le marché se noie sous les excédents.Les pontes du syndicat majoritaire (ndr : La FNSEA) font rêver à l’exportation ; mais une frontière ça peut se fermer, exemple celle de la Russie. Alors les prix à la production s’écroulent, mais pas dans les magasins. La dure loi du business…Pendant ce temps, il ne se passe pas de jour sans que les médias nous présentent d’autres paysans, fiers d’une agriculture qui leur assure un revenu correct. Pas de la bidoche, mais du cochon de qualité, parfois élevé en plein air ; pas de vaches à l’auge et à l’ensilage, mais au pré ; pas de lait de vaches cloîtrées à l’étable, payé à 25 centimes le litre, mais du lait bio (la France doit en importer) payé au producteur à 50 centimes. Les lobbies qui vivent sur le dos du paysan lui font toujours croire que sans labour profond, engrais et pesticides, on crèvera de faim en Europe. Or 70% de ce qui est mangé dans le monde est produit par de petits paysans, dont 1,5 milliard, l’écrasante majorité, n’a pas de tracteur. Au cours de l’émission «Le 13h 15 » du 31 janvier sur France 2, on nous a présenté des paysans montrant au ministre Le Foll une tranche de «terre vivante », expliquant que si leur sol s’est régénéré, c’est grâce à des méthodes nouvelles d’agro-écologie. Résultat : de très bons rendements (sans labour ni chimie). Époustouflant. Mais pourquoi tous les paysans ne font-ils pas pareil ? Parce qu’on les manipule toujours (y compris dans les écoles d’agriculture), prétextant que sans la chimie, ils n’y arriveront pas. Qu’ils regardent alors le film génial «Demain ». Ils y constateront entre autres comment un jardin de 1000 m2, au bout de quatre ans d’application de la permaculture (une plante nourrit et protège l’autre), a produit 39 000 € de légumes! Pendant que des paysans, effectivement malheureux, crient leur désespoir, des espoirs sont tout à fait possibles en s’émancipant des lobbies et de l’agro-business » Léon Maillé