Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/01/2008

Fausse rumeur, la campagne est lancée!

La découverte du tracé précis de l'aqueduc romain dans le sous-sol des Vignés n'a pas manqué de provoquer des réactions de part et d'autres qui indiquent bien que l'enjeu n'est pas culturel ou patrimonial mais urbanistique !

Certes nous sommes en l'espèce dans des fouilles préventives d'une construction connue depuis longtemps qui ont permis de préciser certains aspects aux archéologues. Mais il est toujours amusant de voir avec quel luxe de précisions dans l'argumentaire le rédacteur (trice) de l'article du journal municipal sur le sujet parle de rumeur. "La rumeur court dans notre village : on a découvert un aqueduc romain sur le site des Vignés". Il y a confusion : Ce n'est pas une rumeur c'est un fait! Celui ou celle qui parle de rumeur voudrait peut-être que cela en soit une. A tel point que même le ML page de Sète du 10/01/08 qualifie de la sorte l'information de cette découverte. Le message est bien passé... 01c9d4a69e5f87a570d55a81836235b8.jpg
En réalité, l'échec dans la réalisation de ce projet d'urbanisation depuis 1996 laisse un souvenir amer à tous le balarucois : Propriétaires, élus, riverains... Le sujet est sensible. Alors dès que le moindre grain de sable vient gripper la machine qui va consister à installer près de 900 nouveaux balarucois et les enjeux financiers que cela comporte les tensions réapparaissent. Normal!

Si la municipalité avait en temps en en heure pratiqué le minimum d'une bonne gouvernance en consultant l'ensemble de la population sur les tenants et aboutissant d'un tel projet chacun en connaîtrait les objectifs, les plans, les équipements, les raccordements au réseau routier communal etc. etc. Mais non! Classiquement les choses se passent "en laboratoire" personne ne dit rien, vous verrez bien m'a t-on répondu!

Mais pourquoi s'interroger sur le projet puisque dans le même article du même journal municipal le rédacteur (trice) nous dit : "Toutes les précautions ayant été prises et avec l'accord des autorités seules compétentes en la matière, le projet des Vignés va enfin (sic) voir le jour à la grande satisfaction de tous ceux qui souhaitent venir s'installer dans notre beau village." (re-sic)! Dormez, dormez citoyens toutes les précautions ont été prises...
c5a1cf8b56fd6e4e5b5a044af2109d7f.jpg
Prochain article : Un patrimoine architectural et historique peut-il être mineur?

Marc Ayral

09/12/2007

L'étroiture

 

a8193e1c82325fd19984f8b7ebdfca41.jpg
Nous y sommes! Nous y sommes dans l'avant dernier virage avant le sprint final...Nous y sommes dans l'étroiture de l'entonnoir...Là, à cet instant nos candidats balarucois aux élections municipales entrent dans une période de fébrilité : Boucler sa liste, piquer les meilleurs éléments aux concurrents, intoxiquer, désinformer faire croire que l'adversaire à dit cela ou a fait cela...Tactique donc...Mais bien sûr toujours en coulisse. Les balarucois, j'ai entendu cela récemment, seraient peu enclin à s'intéresser à la Politique sauf à leur seuls et uniques problèmes de poubelles, de plots en plastiques de stationnement et autres soucis de ramassages de feuilles mortes. Par le petit bout de lorgnette en quelque sorte!

 

J'ai même entendu que la campagne devait rester "terre à terre" pour espérer gagner! Cela semble être partagé par beaucoup des candidats! Donc, le débat reste à couvert, je me répète, c'est dommage. Le seul diagnostic présenté publiquement est celui de Jean-François Durantin à partir duquel les 2 autres listes "challenger" se basent et paraissent se contenter. Passer au projet sans avoir défini le fondement du plan d'action...Curieux : Comme administrer un médicament au hasard à un malade sans savoir de quoi il souffre! La tactique du "terre à terre" à de drôles de contours...

 

Côté urbanisme, le lotissement les Vignés a été autorisé par la signature du permis de lotir, le classement de l'aqueduc romain a obligé les lotisseurs à revoir un temps leur copie, l'évacuation des eaux pluviales aurait trouvé une solution...Tout roule nous dit-on... Attendons la suite. Des questions demeurent auxquelles personne n'a répondues côté municipalité : Quid de la circulation (entrée et sortie), quid des aménagements, quid des espaces verts, etc? 900 nouveaux balarucois sont attendus d'ici 2 ans. Qu'a t-il été prévu comme services pour les accueillir quand on sait qu'actuellement rien ou si peu existe sur la commune. La belle école maternelle est l'arbre qui cache la forêt, il suffit d'aller faire un petit tour du côté de l'école primaire pour s'apercevoir des conditions très dégradées dans lesquelles enseignants et élèves vivent leurs années scolaires...

 

Dans l'étroiture, ça se bousule en coulisse. Patientons encore un petit mois. Il est souhaitable, que le débat s'ouvre et que chacun puisse poser les questions fondamentales pas simplement celles qui concernent le goudronnage de son chemin et autres questions triviales. Mais aussi comment contibuerà la déprécarisation de nombreux salariés? Quelle politique pour la jeunesse? Quelles exigences en matière d'environnement?

Et puis, la fameuse question de l'autorisation des diminutions des superficies dans le PLU des terrains de la Garrigue pour permettre la construction à partir de 2500m2 au lieu de 4500 m2 devra être enfin tranchée ouvertement, pas par une pirouette, les balarucois ne seraient pas dupes!

Aprés l'étroiture, demain l'ouverture du débat...

 

Marc Ayral