Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/07/2011

Sylvanès : splendide et émouvant concert en l’abbatiale

Emilie Boudeau et Bertrand Dazin ont chanté Pergolèse, Bach et Purcell2.jpg

Loin des sempiternelles commémorations républicaines du 14 juillet, le festival de l’abbaye de Sylvanès proposait jeudi 14 juillet une soirée dédiée aux grands noms de la musique classique. Purcell, Bach et surtout Pergolèse étaient au rendez-vous, interprétés avec maestria par l’Ensemble Baroque de Toulouse et les solistes Emilie Boudeau et Bertrand Dazin.

Michel Brun, directeur de l’ensemble instrumental, a ouvert le concert par une interprétation gracieuse, fine et subtile de la fameuse Suite en Si pour Flûte de Jean-Sébastien Bach. Si le titre est parfois oublié par certains, tout le monde a en tête les premières notes du dernier mouvement de cette suite, la fameuse « Badinerie », bien connue de tous les flûtistes !

Rejoint ensuite par la soprano Emilie Boudeau, l’une des « perles » lyriques de Sylvanès, et l’alto Bertrand Dazin, l’ensemble Baroque proposait une exécution majestueuse de pièces d’Henry Purcell, compositeur anglais du 17e siècle. Avec passion ou avec fougue, allégrement ou tragiquement, ils ont interprété des extraits des opéras ou « masques » du plus grand compositeur baroque britannique. Un intermède non prévu - la rupture d’une corde du premier violon de l’Ensemble - a aussi permis au public de savourer un solo a capella de Bertrand Dazin qui s’est prêté au jeu de l’improvisation avec humour et brio !

Enfin, la pièce maîtresse de ce programme baroque, le célèbre Stabat Mater de Pergolèse, a été rendue dans toute sa splendeur par les artistes. Œuvre tragique, tant par son sujet que par les circonstances de sa composition (Pergolèse l’a terminée quelques semaines avant sa mort, à l’âge de 26 ans), ce Stabat  Mater est particulièrement représentatif du style de son compositeur. Les deux solistes et les six instrumentistes ont su exprimer avec force et intelligence les multiples couleurs qu’elle revêt. Leurs voix s’enlaçaient, se fuyaient, se retrouvaient dans de subtiles dissonances, portées par une marche rythmique douloureuse sous la direction précise et inspirée de Michel Brun. Les quelques 500 personnes du public présent ce soir là ont positivement été emportées dans les sphères merveilleuses de la musique sacrée et attendent avec impatience le retour de l’Ensemble baroque de Toulouse le 31 juillet prochain pour l’opéra Orfeo et Euridice de Gluck.

19/08/2010

Festival off de Sylvanès : « Duo en Soprano » à Saint-Jean D’Alcas

Dans le cadre du « Off » de la 33ème édition du Festival International de l’abbaye de Sylvanès, les deux jeunes sopranos Delphine Megret et Emilie Boudeau vous invitent à un voyage musical à travers les grands noms de la musique lyrique.

Festival off de Sylvanès = « Duo en Soprano » à Saint-Jean D’Alcas.JPG

Lire la suite

30/08/2009

Sylvanès : Récital de la Masterclass

 Sylvanès-Retour récital masterclass.JPG

Comme le veut la tradition, en fin de Festival, le scriptorium accueillait ce samedi les chanteuses et chanteurs de la masterclass de

P1010734.JPG

l’Atelier Lyrique de Sylvanès pour un récital en forme de « grand oral ». Six jours à répéter, à remettre en cause ses postures, à amender

P1010741.JPG

sa technique. Dirigé par Michel Wolkowitsky devenu « rééducateur de la voix », assisté de François Cot kinésithérapeute et praticien de

P1010742.JPG

la méthode initiée par le Professeur Moshe Feldenkrais et qui consiste à une plus grande fluidité dans le mouvement des yeux, une

P1010747.JPG

meilleure rotation de la tête, un changement dans la distribution des pressions sur la plante des pieds, la réduction des tensions

P1010759.JPG

intercostales, l’aboutissement des schémas musculaires permettant une position debout harmonieuse. Du travail donc !De la méthode

P1010762.JPG

aussi, mais pas seulement ! Car l’art lyrique ne peut se contenter d’appliquer des acquisitions fût-elles complexes. L’interprétation aura été

P1010770.JPG

aussi au menu des stagiaires. Le « faire passer l’émotion », le « quitte la partition et joue », le « prend du plaisir » et enfin le « ça ne fait rien ont été les messages passés durant toute la semaine par Michel Wolkowitsky. Ce

P1010776.JPG

si tu te trompes, recommence et aime ce que tu fais »

P1010800.JPG

concert a permis d’associer débutants et professionnels en devenir et confirmés. L’hétérogénéité des niveaux n’a pas gêné le public assidu des

P1010820.JPG

spectacle de l’Aletier d’Art Lyrique, comme l’a dit l’animateur lors d’une erreur de l’une de ses élèves : « Allez, reprend, ne t’inquiète pas nous Cela n’a, donc, pas empêcher les mélomanes de goûter à leur plaisir. D’autant que du côté pianistique Eric Laur et

P1010827.JPG

sommes entre amis… »

P1010832.JPG

Christine Lajarrije faisaient montre d’une grande souplesse dans leurs accompagnements respectifs. Les moments forts de la soirée portés par

P1010845.JPG

Pascale Munuera et Roger Pujol dans le « Duo du Clair de Lune » de Massenet puis le magnifique « Air d’Elvire » de Bellini interprété par Emilie

P1010855.JPG

Boudeau soulevèrent le public d’émotion. Le tour de chant pris fin après le trio composé de Delphine Megret, Fanny Constans et Lucie Balosso-

P1010857.JPG

Bardin qui chantèrent « Matinée d’été » également de Massenet. Les duos et solos s’enchaînèrent interprétés par Chistine Dargent, Olivia Del

P1010874.JPG

Pino-Parisot, Sarah Jegou, Jérôme Lordon, Alban, Marie-Laure et Roselyne Martel, Isabelle Ribet et Guy Vourey. Un groupe de chanteuses et

P1010893.JPG

chanteurs que le public pourra retrouver pour le prochain récital de l’Atelier Lyrique en Novembre. Nous y serons !

P1010915.JPG

Texte et photos : Marc Ayral

29/08/2009

Récital des stagiaires de la Masterclass

Sylvanès = Récital des stagiaires de la Masterclass.JPG

Le scriptorium de l’abbaye de Sylvanès s’emplit en ce mardi pluvieux des voix des élèves de la Masterclass qu’anime Michel Wolkowisky. Trivialement, on pourrait dire qu’il est au four et au moulin. Diriger le festival qui s’achève dimanche (30 août), chanter comme baryton, cela a été le cas lors de la présentation de l’Oratorio d’André Gouzes le 13 août. Mais l’homme de passion montre à l’occasion de cet atelier vocal sa facette de pédagogue. Les élèves, amateurs éclairés ou professionnels confirmés sont accompagnés, quel luxe par deux pianistes magnifiques : Eric Laur et Christine Lajarrige . Cette dernière ayant, durant le festival, avec Jamal Moqadem fait montre de son talent dans « An American Night ». Du doigté pianistique, mais aussi de la part du coach.  Car une Masterclass est bien sûr un moment d’apprentissage, mais c’est aussi un temps où des messages courts des domaines techniques ou comportementaux sont énoncés. « La sécurité c’est la colonne d’air » ou « Le texte d’une une mélodie doit être compris par les spectateurs, pour l’opéra c’est moins sûr… » Ou encore : « votre voix doit sortir comme le han ou le souffle de la jouissance ! » Langage imagé, incitation, encouragement, réconfort sont les outils du manager vocal. Michel Wolkowisky sait de quoi il parle. Cela lui paraît une évidence : « Mais c’est mon métier, je l’exerce depuis près de 35 ans ». Face à lui ses élèves réagissent comme le sportif face à l’entraîneur. Ils écoutent, répètent le morceau difficile, se trompent, recommencent et réussissent enfin sous les applaudissements des autres chanteurs. La position du regard : « Quitte ta partition, regarde devant toi, ton menton vers le bas bloque ta voix » Ainsi, chaque élève rectifie sa posture, intègre une nouvelle consigne. Les dix élèves présents ce soir là  préparent le récital qu’ils présentent Samedi 29 août à 21 au Scriptorium de l’Abbaye de Sylvanès. Nul doute que parents, amis, mélomanes ou simplement visiteurs curieux auront envie d’écouter un programme éclectique que leur ont préparé maître, pianistes et élèves. A ne pas manquer. Entrée libre.

 

 

Marc Ayral

12/08/2009

Sylvanès : Emilie Boudeau dans le Stabat Mater de Boccherini

Sylvanès = retour concert Emilie Boudeau.JPG

 Les 300 spectateurs de ce mardi soir ont eu, comme l’ont dit trivialement, « le nez creux ». Venus à Sylvanès en semaine, pour écouter le Stabat Mater de Boccherini, ils n’en sont pas repartis déçus. Le « trio » Boudeau, Foncouverte, Dusan Skovran a fonctionné parfaitement. Venus de Belgrade, l’orchestre à cordes Dusan Skovran (du nom de l’ancien professeur qui l’a créé en 1965) n’a eu que 2 répétitions avec Franck Fontcouberte et Emilie Boudeau pour se « caler » sur une œuvre de Boccherini exigeante. Celle-ci étant marquée par l’ambiance pathétique voire austère, l’auteur y décrit la souffrance de Marie face à la crucifixion de Jésus-Christ. Toutefois, une empreinte d’allégresse traverse imperceptiblement les onze mouvements. Emilie Boudeau, élève de l’Atelier lyrique de l’Abbaye de Sylvanès dirigé par Michel Wolkowitsky, y démontre son potentiel. Technique et expression sont là pour l’interprétation d’une œuvre peu encline à libérer toute la force et le dynamisme de la jeune soprano. L’orchestre à cordes de Belgrade interpréta ensuite la fameuse Sérénade pour cordes d’Anton Dvorak ce fut un moment délicieux fait de gaîté et de brillance. Les mélomanes seront heureux de retrouver l’Orchestre à cordes pour le 15 août dans le Requiem de Brahms et Emilie Boudeau le 29 août pour le récital de l’Atelier lyrique.

11/08/2009

Sylvanès : Emile Boudeau : « Le chant c’est ma respiration ! »

 

 

Emilie.jpg

 Etre née à Montpellier, avoir ses racines en Sud-Aveyron à St Jean d’Alcapiès, mère médecin, père producteur laitier pour Roquefort, ne conduit pas naturellement au chant choral. La vie, d’une jeune fille qui en commençant par le piano et en qui on découvre un don pour la chant. La vie d’une jeune femme affirmant son talent d’abord à l’école de musique de l’Aveyron puis au Conservatoire de Montpellier avec une ouverture grâce à l’Opéra junior de l’Atelier Lyrique. Des études de musicologie dont elle affirme « qu’elles m’ont ouvert à une culture » un affermissement de ses acquis en passant par le conservatoire de Marseille. Voilà Emilie Boudeau en 2009, 23 ans, armée pour accéder à une carrière de soprano. Elle dit avec beaucoup de lucidité de la carrière lyrique qui est un véritable parcours du combattant : « Très longtemps vous êtes trop jeune, très vite vous êtes trop vieux ! » Mais, Sylvanès tant les Ateliers Lyriques que maintenant le Festival lui donnent la possibilité de s’exprimer. « De se au frotter au public, c’est la meilleure école, sinon on n’apprend rien ! » Puis reconnaissante, elle rend hommage à Michel Wolkowitsky : « Il m’a aidé à sauver ma voix qui était en péril ». Comme un jeune sportif de haut niveau à qui l’on demande trop, des blessures à répétition une confiance perdue. Pour Emilie, cette ornière est évitée : « Sylvanès et Michel (ndlr : Wolkowitsky) me font confiance. Croyez-moi c’est assez rare dans ce métier pour le souligner. » Emilie Boudeau fait donc partie des jeunes espoirs de l’Art lyrique français.

Emilie boudeau2.jpg

Elle sait la chance qui lui est offerte et la responsabilité en accédant à l’auditoire averti de Sylvanès. Un « Stabat mater » de Boccherini avec l’orchestre à cordes de Belgrade « Dusan Skovran » sous la direction du montpelliérain Franck Fontcouverte qu’elle connaît bien : « Il sait me laisser libre dans mon interprétation et lui aussi me fait confiance. Il sait mixer l’expressivité » Emilie surfe donc sur la vague comme on dit. On devrait dirait plane sur les notes. Normal pour une passionnée d’aviation. Ses parents pilotes lui offrent souvent la possibilité de découvrir de haut les paysages du Sud Aveyron. Et là, la jeune interprète un brin philosophe sait relativiser : « Je sais que rien n’est acquis, qu’il faut continuer à se perfectionner à suivre des Maser Class et toujours avoir en tête que de là-haut on est tout petit » Certes, prudente sur son avenir dans une carrière, elle n’en demeure pas moins une combattante, prête à se livrer à fond pour le public. A chanter, chanter, chanter passionnément. Aujourd’hui Sylvanès, demain dans le rôle de Diane dans l’opéra Baroque de Marc-Antoine Charpentier qu’elle jouera à Agde en septembre. Puis : « Nous verrons, ! » Ses ressources sont grandes et parmi ses sources elle a su trouver celle de Sylvanès.

 

Concert dans l’Abbatiale de Sylvanès : Mardi 11 août à 21h00 – Stabat Mater de Luigi Boccherini et Sérénade d’Anton Dvorak – Orchestre à cordes de Belgrade « Dusan Skovran » sous la direction de Franck Foncouberte. Renseignements et réservation : 05 65 98 20 20