Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/03/2007

Deux chansons honorent Balaruc !

medium_medium_img_ballaruc_2.2.jpg










Faisant suite à la chanson du mujol de Balaruc véritable hymne du village des remparts créée par l’association Le Truc et les Mourres de Porc, un balarucois exilé à Lyon, Henry Parramon, a voulu aussi honorer son village natal d’une sorte de « supplique pour être enterrée sur la Place du Truc ».

Petit clin d’œil à Brassens dont il était l’ami, Henry Parramon trompettiste, professeur et concertiste a remis solennellement à la commune représentée par son maire, Max Serres, le texte signé de son ode qui débute ainsi : « J’ai souvenir de mon enfance, Bercée de vague et de vent, Du littoral de ma naissance, De ce nid dominant l’étang. ..» Les balarucois aiment aussi leur hymne « Cantem ensems lo mùjol de Balaruc, Que l’an quilhat sus la glèisa dau truc ! O Monsenhor , siàs estat colhonat, Ambe de mùjols Balaruc t’a pagat. » Le Truc, un petit St Clair et à Balaruc presque autant de poètes qu’à Sète. Fiers d’être balarucois !

medium_BlVx-Deux_chansons_honorent_Balaruc.2.jpg Henry Parramon a composé une ode à Balaruc.

Marc Ayral ©

28/11/2006

Parramon et Louchart en concert

Le trompettiste balarucois, Henry PARRAMON, bien connu des mélomanes pour l’originalité de ses concerts, donnera un récital Trompette et Orgue, dans le cadre de la « Fête des Lumières de Lyon 2006 » le dimanche 10 décembre à 18h, en la Basilique Notre Dame de Fourvière. Au programme nous pourrons entendre des œuvres de G.F. Haendel : The Trumpet Shall Sound (extrait du Messie), de A. Bruckner: Ave Maria De Georges.Delerue : Cantate. Pour orgue seul, des oeuvres de Ernest Chausson : Vêpres des Vierges et de César Franck : le Choral en La mineur. Trois œuvres d’Henry Parramon seront jouées ce jour là : Je Vous Salue Marie, suivie d’une improvisation, Laudes pour trompette solo et une création dédié à Monseigneur le Cardinal Philippe BARBARIN : Notre Dame de Fourvière. Il sera accompagné à l’orgue par son ami, Jean Michel LOUCHART, titulaire du Grand Orgue de l’Eglise Saint Marcel à Paris. concert sera commenté et l’entrée est gratuite.

Marc Ayral ©

21/08/2006

Parramon chez les Déus

medium_blvx-parramon-chez-deus.jpgDimanche 20 août : Parramon chez les Déus.

Récital entre amis et vieux Balarucois. Chaude soirée estivale, grillades, vin rosé de Thau. La vrai vie! Baraquette balarucoise pour écouter du Ferrat, du Lapointe et du Brassens. C'est bien cela l'esprit des copains d'abord!

Marc Ayral ©

15/07/2006

Mon village par Henry Parramon

medium_BlVx-Charte_des_Cites_maritimes-2.4.JPG
J’ai souvenir de mon enfance / L’adolescence se passa
Bercée de vague et de vent / En osmose avec la nature
Du littoral de ma naissance / Mais les rêves à cet âge-là
De ce nid dominant l’étang / Vous transportent vers l’aventure


Route 113 on aperçoit / Quand les forains une fois l’an
Les pieds dans l’eau ce mamelon / Pour quatre jours de fête intense
Coiffé du chapeau de la foi / Venaient offrir aux habitants
Il vous garde dans son giron / Leurs seules et uniques vacances


Quelques maisons de caractères / Sur le podium bien alignés
Dont la plupart sans prétention / Des musiciens de vrais artistes
Se tiennent la main comme des frères / Interprétant tous les succès
Pour mieux résister aux frissons / Ont éveillé mon âme triste


De chaque mur sort un visage / Je fus nourris également
De ses recoins des sentiments / D’une expérience bénéfique
Une voix forte un personnage / Que m’enseigna Victor Rolland
Dont les remparts en sont garants / Bien au-delà de la musique


Pas de ruelles aux noms ronflants / Beaucoup d’espoir et point de doute
La pudeur et toujours de mise / Mille pensées sans négation
La pierre chante tendrement / Les merveilles qui vous envoûtent
Quand le mistral envoie des bises / Donnent des ailes à l’ambition


Le monument face à l’école / Tous ces villages de notre France
Me racontait de temps en temps /Ne gardent plus leurs grands enfants
Que des épopées un peu folles /Ils perdent toutes leurs substances
Avaient meurtries de pauvres gens / Et s’effeuillent tout doucement

medium_BlVx-Deux_chansons_honorent_Balaruc.jpgHenry PARRAMON