Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/10/2006

Sauver Thau c'est protéger la Crique de l'Angle

medium_criq_angle.jpgTous les "partenaires" élus, riverains, conchyliculteurs, promeneurs, chasseurs, touristes, ont pris conscience à des dégrés trop disparates du risque que représente pour la santé de l'étang de ne rien faire ou si peu pour protéger de manière pérenne la Crique de l'angle. Les pluies d'automne qui lessivent les sols, qui grossisent le cours de l'Avène (La Vène), qui drainent les nombreux effluents de la zone commerciale de Balaruc Loisirs, ainsi que ceux des assainissements personnels des trop nombreuses constructions du versant ouest de la Garrigue balarucoise ajoutés à ce que certains ont imaginé comme "le nec plus ultra de l'écologie" -les assaisnissements par lagunage- accroissent le risque de départs d'efflorescences d'alexandrium (bloom).
En cela les études d'Ifremer, souvent contestées par la rudesse de leur conséquence, mais les chiffres sont têtus, montrent que la Crique de l'Angle est un bouillon de culture. Un "kyste d'Alexandrium" selon leur expression.
Face à cela, contrat de baie, schéma de mise en valeur de la mer, semblent peu peser sur la rapide dégradation des milieux. Seule un volonté coordonnée de tous les acteurs peut dans un délai moyen permettre que les bonnes décisions soient prises. Arrêt de la cabanisation, inetrdiction de toutes circulations automobiles côté Balaruc le Vieux comme côté Bouzigues-Poussan. Surveillance accrue afin que les incivilités nombreuses qui portent atteintes au milieu soient sanctionnées. Classement du site en réserve.
Il est encore temps avant que Thau devienne un bassin mort comme Berre. Aux élu (es) ou futur (es) d'en prendre conscience et surtout d'agir très vite.

Marc Ayral ©