Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/05/2006

Des terres rouges pour les Près St Martin.

medium_blvx-des-terres-rouges-pour-les-pres-st-martin.jpgNombreux sont les balarucois interloqués et à se demander quel est l’important chantier de terrassement qui se déroule sous leurs yeux aux « Terres Rouges »?

Situées entre le magasin de bricolage et la route nationale 300 ce tènement particulier, essentiellement composé d’argile a une particularité intéressante pour les techniciens de la Cabt : Elle est semi imperméable. Ainsi les engins sont en train de récupérer cette terre sur un terrain qui appartient à la société Barbaud qui souhaite agrandir son magasin. Pour la collectivité c’est une aubaine dans la mesure où la Cabt s’est lancée dans un processus de réhabilitation des différentes décharges à ciel ouvert de son territoire. Ce matériau sert à recouvrir la dernière des 3 décharges à traiter après celles de Villeroy à Sète et de Goudas à Marseillan, c’est au tour des Près St Martin à Frontignan. Au total, 90.000 m3 de terre seront déplacées en 2 phases. D’abord, jusqu’en fin juin ou les pelleteuses profileront le tas de déchets et l’éloigneront des premières habitations pour atteindre une distance de 20 m. La première couche printanière et la seconde déposée de septembre à fin octobre permettront d’obtenir une couverture en forme de dôme d’une épaisseur d’un mètre qui pourra ensuite être mis en végétation. L’ensemble de l’opération de réhabilitation sur les 3 décharges est de 2.6 millions d’euros dont 1.5 est à la charge de la Cabt.

Marc Ayral ©

01/05/2006

La politique d’assainissement arrêté en conseil municipal.

medium_blvx-la-politique-d_assainissement.jpgSuite à l’enquête d’utilité publique dont l’étude du cabinet « Entech » a été le préalable, les élus balarucois ont défini leur politique en matière d’assainissement de la commune.

Ce projet intitulé plan de zonage assainissement consista à définir quel est le mode d’assainissement choisi selon le quartier ou la spécificité du site communal. Deux options se sont offert à la délibération des conseillers municipaux : l’assainissement collectif (tout-à-l’égout) ou l’assainissement personnel (fosse sceptique plus champ d’épandage). Chacun de ces 2 techniques à ses avantages et inconvénients au regard du coût pour la collectivité (assainissement collectif) ou de l’impact sur l’environnement (assainissement personnel). L’étude du cabinet ENTECH mettant en lumière les risques encourues dans la sensibilité du milieu –de plus circonscrit par un périmètre de protection rapprochée (PPR)- du champ captant de la source d’Issanka et des deux forages de Belbezet. Ce PPR, définit par la loi du 3 janvier 92, a pour objectif de protéger le captage d’eau de la migration souterraine des substances polluantes. Ainsi, les activités, installations ou dépôts peuvent être réglementés ou interdits s'ils risquent de nuire à la qualité des eaux (épandage, labour, fertilisation). Les élus sont favorables à l’assainissement collectif sur le quartier proche du terrain de sport (derrière Balaruc Loisirs) qu’ils destinent à l’urbanisation sur sa partie haute. Par ailleurs, dans les 3 autres zones dites des Garrigues le choix de l’assainissement autonome a été acté. Le dispositif de fosses et de tranchées filtrantes sera possible sur les zone 2 et 3. En zone 1, le choix technique s’est porté sur le filtre à sable non drainé. Dans ces deux derniers cas de figure la responsabilité municipale est accrue. Dans le code des collectivités territoriales il est indiqué que le maire a un rôle de « police des réseaux » à exercer auprès des utilisateurs de dispositifs d’assainissement non collectif tant en terme de prévention (curages périodiques) que de répression (si absence d’entretien ou risque de pollution). Chacun ne peut ignorer l’importance d’une bonne maîtrise des effluents du bassin versant que ce soit ceux issus de l’assainissement, que ceux –non sans risques- de l’écoulement du pluvial qui au final se déversnt dans l’Agau puis dans les eaux saumâtres de la fragile Crique de l’Angle.

Photo : Balaruc le Vieux dominant la Crique de l’Angle

Marc Ayral ©

11/02/2006

L’assainissement version protection de la nature

medium_blvx-assainir-pour-proteger-la-nature.jpgUne enquête d’utilité publique est ouverte depuis le 30 janvier et jusqu’au 2 mars. Elle consiste à définir le projet de zonage de la commune.

Cela veut dire que la commune sera divisée en zone par type d’assainissement à mettre en œuvre. Lancée par la communauté d’agglomération, l’étude a été réalisée par le cabinet Entech. Le dossier ainsi constitué comprend tous les éléments permettant à chaque balarucois de prendre connaissance de l’ensemble du problème de l’assainissement et de l’impact sur l’environnement. Ainsi, les experts ont analysé la typologie de l’habitat en tenant compte de l’influence sur l’assainissement autonome (fosses septiques) et les conséquences sur l’assainissement général du village. Dans ce cadre, la nature des sols a été observé particulièrement aux endroits où sont implantés les assainissements personnels et les effets qu’ils ont sur l’eau, les nappes phréatiques, la source d’Issanka, la Crique de l’Angle. Une cartographie a été établie, en fonction de la nature des sols, permettant d’indiquer l’aptitude ou pas à l’assainissement personnel. Ce projet de grande importance pour l’équilibre écologique de la commune peut être consulté en mairie aux heures d’ouverture habituelles, chacun pouvant y annoter ses observations. De plus, le commissaire enquêteur, Jacques Lanquetin, recevra personnellement les remarques du public le jeudi 2 mars de 15h30 à 17h30 en mairie. Pour tout renseignement : 04 67 18 40 00.

Marc Ayral ©

15/02/2004

Le Jardin des immondices

Que faut-il faire? En janvier 2002, un article se faisait écho du jardin des immondices bien connu des balarucois et des poussanais qui aiment à se promener sur l'ancienne voie ferrée en bordure de La Vène!

Ce jardin, dont le propriétaire est récemment décédé est abandonné à son sort. Dépôts de bacs en polystyrène, tuyau d'arrosage et bric à brac sont ballottés au gré du vent et se retrouve dans le moins pire des cas dans la vigne située en contrebas et plus grave, par fort mistral dans les eaux de La Vène toute proche. L'argument selon lequel beaucoup de maux de l'étang viendrait de la Crique de l'Angle, pourrait se confirmer de visu en se promenant dans le secteur. Pourtant, l'arsenal juridique existe pour les élus attentifs aux problèmes de l'environnement. Au delà des discours il faut passer aux actes! Le pouvoir de police du Maire l’autorise à adresser au propriétaire du terrain une mise en demeure pour exiger, outre l'enlèvement des déchets, la clôture du terrain pour éviter l'effet de massification bien connu : "Je dépose mes gravats parce que d'autres l'ont fait avant moi!" La commune est en droit de faire enlever les déchets et effectuer les travaux de réaménagements au frais du propriétaire. Ceci dans le cadre d’une procédure très cadrée, mais tout à fait opérationnelle. La conclusion de l'article paru dans nos colonnes en janvier 2002 était : "Alors, que chacun prennent ses responsabilités, élus, propriétaires et citoyens pour que nous puissions vivre la nature avec envie et non avec dégoût." Espérons que cette fois-ci les édiles poussanais se sentiront concernés.

Marc Ayral ©