Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/05/2007

Restons « groupir » !

Les affres d'une défaite ont tendance à morceler plutôt qu'à rassembler. Ainsi est l'humain. "Les rats quittent le navire" disent certains. Bien vilaine expression. Certes il y a eu les trahisons des Besson, Allegre et consort, mais que restera t-il d'eux dans quelques années. Entre temps nous aurons reconstruit patiemment la vrai Gauche que les gens attendent. Méfions-nous des circonstances très fugaces. L'ouverture au Centre-droit en est une. Chacun des leaders du PS s'est prononcé comme "disponible". Tant mieux nous aurons besoin des meilleurs pour dénouer l'écheveau.

La Gauche de la Gauche comme à son habitude essaye de tirer partie d'une situation qui selon eux est "un désaveu de la politique droitière du PS". Ce n'est pas avec le à peine 4% de Dominique Voynet et Marie-George Buffet, le un peu plus de 4% de Olivier Besancenot que l'on doit exclusivement construire la nouvelle Gauche. Faut-il un parti rassemblé à Gauche du PS? Je n'en sais rien, qu'ils s'en débrouillent. Les idéologies marxistes ont pourtant depuis belles lurettes fait preuve de leur nocivité sur l'humain. Alors, espérons, sans illusion, que la LCR et le PC abandonneront définitivement ces impasses. Car les donneurs de leçon qu'ils sont quelquefois auraient eux aussi à effectuer une mue salvatrice pour tout le peuple de Gauche. Leur contribution en serait alors forte, sincère, oxygénante, enfin débarrassée des dogmes.

De même à l'opposé, les sociaux-démocrates, dont je suis ont-ils intérêt à pousser le bouchon dans ce sens encore et encore. Notre dogme à nous, le compromis social est-il objectivement possible dans notre pays ? On a bien vu que les méthodes de personnalités exceptionnelles comme Michel Rocard et Jacques Delors basée sur la concertation et le dialogue ne pouvaient permettre à elles seules l’avènement d’une démocratie similaire à celles installées en Suède ou en Allemagne. La France a une histoire différente. Les 14 ans des mitterrandisme ont perturbé durablement la position de la Gauche. La « société mixte » de François Mitterrand n’était pas la social-démocratie et son pouvoir monarchique poussé à la caricature bien loin de la nouvelle autogestion proposée par Ségolène Royal.

Alors que faire ? « Rester groupir » Ne pas s’envoyer des fions à la tête entre courant de toute la Gauche. Même si j’ai été le premier à le faire ! Je suis en thérapie ! Rester « groupir », en effet pour débattre sur ce que devra être une grande et large et belle et unanime et rénovée et humaine et proche et unie Gauche en attendant notre prochain 10 mai ! Restons « groupir » !

Marc Ayral ©

30/04/2007

Jacques Delors appelle les électeurs de François Bayrou à voter pour Ségolène Royal

medium_Jacques_Delors_et_Segolene_Royal_avril_2007.jpgPARIS (Reuters) -

"L'ancien président de la Commission européenne Jacques Delors appelle les électeurs de François Bayrou à voter pour Ségolène Royal au second tour de l'élection présidentielle le 6 mai.

"Il y a urgence, c'est cela que je veux dire aux électeurs de François Bayrou", explique-t-il dans une interview au Journal du Dimanche.

"Il faut se compromettre dès maintenant. je pense, en premier lieu, aux 15% de Français qui connaissent une vie très difficile et à qui il faut apporter confiance et moyens d'existence", ajoute Jacques Delors, que Ségolène Royal a rencontré mardi dernier.

Il estime que l'essentiel de l'analyse politique de François Bayrou sur la situation de la France est partagé par Ségolène Royal. Quant à l'économie, sur laquelle les programmes UDF et PS divergent, Jacques Delors demande aux centristes d'examiner le bilan du pouvoir sortant.

"Nicolas Sarkozy s'efforce de ne pas en parler, mais il est quand même le candidat sortant. Si la France est dans cet état, c'est bien à cause des gouvernements de droite dont il a été un des membres éminents", dit-il."


Marc Ayral ©

16/03/2007

Ségolène Royal...Libre et déterminée!

medium_aaaaaaa.jpgGrand moment auquel on a assisté jeudi soir (15/03/07) sur France 2.

Les observateurs attentifs de la vie politique, quels qu’ils soient, simples citoyens ou commentateurs avertis n’ont pu qu’assister avec quelles maestria, force de caractère, détermination, volonté et rare lucidité de Ségolène Royal à mener le débat. Car, en effet, elle a mené le débat. Même les incursions, quelquefois pénibles, d’Arlette Chabot, lui demandant sans cesse de se presser, de faire court, n’ont en aucune manière déstabilisée une Ségolène maniant avec maintenant grande maturité le verbe, l’expression et le contenu. La forme y était le fond aussi. Que M. Allègre et Besson se trompent peu lui importe ! Toute sa vie durant elle a du lutter contre les « petits bras aigris » de Droite et surtout de Gauche. Très fier, j’ose le dire de soutenir cette femme qui contre tous les coups qui lui sont assénés depuis 6 mois de campagne et malgré eux, est là, face à nous courageuse et digne. Un authentique chef d’Etat. Les brêles de Droite et de Gauche en sont pour leur frais. Réaliste, elle sait que la « bataille » n’est pas gagné.

Mais elle continue, d’autant plus heureuse d’être notre représentante qu’une caution morale et politique d’une grande valeur lui a apporté son total et sans réserve soutien : medium_adelors.jpgJacques Delors. Le Deloriste-Rocardien que je suis en ressent une grande fierté. Même si je sais que le second est réservé. Mais lui aussi changera son appréciation.
Ségolène libre, pour une "Autre Politique", pour tous les Français. 5 semaines pour convaincre les indécis !

Marc Ayral ©