Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/07/2007

Le Muge gardien des petits balarucois

medium_BlVx-le_muge_girouette1.JPG

C'est un "gentil roumegous" comme disent les anciens! Désormais le muge, lo mujol en occitan trône au faîte du toit de l’école maternelle qui ouvrira ses portes à la prochaine rentrée scolaire.
medium_BlVx-le_muge_girouette2.JPG

Mais pourquoi ce symbole ? Au Moyen-Âge les Seigneurs Evêque de Maguelonne avaient selon des écrits anciens donné à "la communauté de Balaruc un droit de pêche sur l'étang moyennant une redevance annuelle de 45 livres payée aux évêques de Maguelonne". Ce droit obtenu par l'impôt ne fut jamais ou si peu réévalué et les balarucois ne le payèrent que 50 livres par an jusqu'au XVIIème siècle. L'évêque de Maguelonne intenta un procès aux pêcheurs qui dura quarante ans et se conclut en faveur des balarucois. Cette taxe fut semble-t-il appelée la "dîme du muge" ou "l'impôt du muge". C'était une manière pour les autochtones de clamer le peu valeur de cette taxe par rapport aux gains qu'ils pouvaient en fait exploiter des eaux poissonneuses de l'étang. Ils se moquaient et on entendait, à l'époque, "Le muge pour l'évêque, le loup et la dorade pour nous!" En hommage à leur poisson fétiche les balarucois l'érigèrent en forme de girouette tout en haut du clocher de l'église St Maurice. Il y resta jusque dans les années 1970 où usé par la rouille, il disparut du ciel balarucois. Ainsi, le vieux muge girouette, puis son successeur fait de fer et de toile créé en 2002 medium_BlVx-retour_médiévales_2007-2.2.jpgne seront plus les seuls à entretenir la mémoire collective. Aujourd’hui, le petit muge, ami des enfants, accompagné pour la circonstance par cinq gallinacés et un petit escargot jouera aussi ce rôle : Apprendre et se souvenir que les racines balarucoises sont profondément ancrées entre vignes et étang.

Marc Ayral

31/12/2006

Occitanie : Un état? une nation? un pays? un espace culturel? un mythe?...

medium_fr-occitanie.JPGMas perqué, perqué (mais pourquoi, pourquoi)
M'an pas dit a l'escòla (ne m'ont-ils pas dit à l'école)
Lo nom de mon Païs? (le nom de mon Pays)
Qu'aviâ tuat mon Païs (qu'ils avaient tué mon Pays)
La lenga de mon Païs ? (la langue de mon Pays)
La lenga de nòstre Païs? (la langue de notre Pays)


Ainsi résonnait la voix du chanteur occitan Claude Marti au début des années 70. Cette note pour préciser encore les principaux élements de ce qui a constitué -hier et aujourd'hui- l'Occitanie. Je laisse le stylo à Maurici Andrieu artiste dramatique, historien local, journaliste et présenteur d'émissions en occitan sur F3.


"Un état, certes non; du moins pas pour le moment.
Une nation, peut-être; si, distincte de l'état, la nation représente un peuple doté d'un fond linguistique et culturel commun et surtout d'un esprit et d'aspirations communes.
Un pays, à coup sûr; entre la Méditerranée et l'Atlantique, des Alpes aux Pyrénées; pays ouvert et de passage que certains ont voulu appeler l'isthme gaulois; pays montagnard aussi surtout, véritable conservatoire de groupes humains et de traditions qui remontent pour la plupart à la plus ancienne préhistoire, préindoeuropéenne.
Espace culturel, incontestablement; celui où se parlait, où se parle encore, bien que très occultée, la chantante langue d'oc, porteuse de mille ans de littérature et qui a été la langue de la poésie pour toute l'Europe, jusqu'en Hongrie, aux 12e et 13e siècles, et qui reste la clef la plus efficace pour aborder les autres langues latines vraies que sont l'italien, l'espagnol, le portugais et le roumain--sans parler du catalan, la langue jumelle, que certains considèrent comme une simple variante de l'occitan, ce qui définirait un vaste complexe linguistique et culturel étendu de Valence du Rhône à Valence d'Espagne, et même au-delà jusqu'à Alicante, et de Bordeaux à Nice, en se moquant des frontières d'état, se répandant dans le Val d'Aran et dans les vallées du Piémont italien, sans compter les îles Baléares, l'Alguer en Sardaigne et Guardia Piemontese en Calabre.
Et il faut savoir que, bien que souvent appelée romane, comme au moyen-âge, la langue occitane est enseignée, entre l'Europe et l'Amérique, dans plus de cent universités et même jusqu'au Japon.
Mythe? Qui sait?... Il y a bien des gens qui disent que l'Occitanie n'existe pas et n'a jamais existé! Et c'est bien là justement le miracle, car sans avoir jamais bénéficié d'aucune structure d'état souverain, en permanence envahi, occupé, soumis, déchiré, asservi, par les Gaulois, les Romains, les Wisigoths, les Francs et finalement par les Français, cet espace occitan, ce pays que l'on pourrait croire virtuel, se dresse éblouissant et plus vrai que s'il était enfermé entre des frontières officielles reconnues de tous.
medium_carcassonne_2.jpgConcrètement, l'Occitanie représente le tiers sud méditerranéen de l'état français, soit trente-deux départements, sauf les Pyrénées Orientales catalanes et la moitié basque des Pyrénées Atlantiques. Treize à quatorze millions de personnes l'habitent dont huit comprennent la langue occitane, cependant que seulement trois à quatre millions de ces dernières la parlent, sous la forme de l'une de ses six variétés dialectales: gascon, languedocien, provençal, limousin, auvergnat et vivaro-alpin. Il faut leur ajouter, dans l'état espagnol, le Val d'Aran, autonome à l'intérieur de l'autonomie catalane, le seul endroit au monde où l'occitan, dans sa forme gasconne, soit langue officielle, et dans l'état italien, une dizaine de hautes vallées du Piemont, du côté de Coni.
Historiquement, l'espace occitan a été presque de tout temps en opposition avec l'espace français, du fait d'un peuplement différent ou de condtions politiques contraires, déjà dès la préhistoire ou, plus près de nous, avant même la naissance de la langue occitane vers 800-850, avec les cinq tentatives de mise en place d'un royaume d'Aquitaine indépendant des royaumes francs d'Austrasie et de Neustrie, entre 555 et 852.
Cette entreprise indépendantiste fut bientôt reprise par les ducs d'Aquitaine et surtout, à partir de 920-950, par les comtes de Toulouse qui dominaient un vaste territore, d'Agen à Forcalquier, où au contact de la civilisation arabo-andalouse voisine, non seulement s'épanouirent, en premier en Europe, les sciences et techniques héritées par les Perses de l'antiquité grecque, mais où naquit encore l'art poëtique des troubadours qui inventèrent la "fin" amour -- l'amour courtois -- et les vertus qui l'accompagnaient: mesure, largesse, égalité, jeunesse et joie.
Cest dans ce contexte d'ouverture et de tolérance que se developpa l'hérésie cathare qui servit de prétexte à la croisade albigeoise (1209), à la création de l'Inquisition (1229) et à l'annexion par le roi de France des terres de Toulouse (1271) qui devança de beaucoup celle de l'Aquitaine et de la Provence et qui anéantit la civilisation des troubadours.
Sa destinée politique étant stoppée pour longtemps, il restait encore à l'Occitanie une resplendissante vocation culturelle et littéraire, avec trois renaissances avérées dont la dernière, depuis les années 1970 se teinte à nouveau de politique, avec une revendication autonomiste parallèle à une éclosion nouvelle de la chanson, personnifée par Claudi Martí, Rosina de Pèira, Miquèu Montanaro, Jan Maria Carlotti, Jan dau Melhau et bien d'autres (ndlr : Massalia Sound System, Moussu T, Fabulous Tobadors, les Goulamas, Les Mourres de Porc, Fai tirar Marius, etc.). Renouveau aussi du théâtre, illustré par de nombreuses troupes d'amateurs et par les professionnels de "La Carrièra", "La Rampe", medium_la_20rampe.jpg"Comèdia dell'Oc", "La Gargamelle" ou la "Comédia Occitana Tolzana." La création d'écoles occitanes -- les calandretas -- et de sections bilingues occitan-français dans les établissements de l'éducation nationale, cependant que paradoxalement la pratique publique de la langue recule.
Un espoir: la signature par l'état français de la charte européenne des langues minorisées et l'entrée dans l'Europe qui obligera sans doûte ce même état à reconnnaître sa diversité linguistique et culturelle."


Marc Ayral ©

30/12/2006

Réponse à Ulysse et Jacques : "Femna e ome d'oc as dreit a la paraula. Parla!"

medium_differents_dialectes_oc.jpgSur la note "Per la lenga occitana, Oc!" les commentaires des amis, Ulysse et Jacques, m'ont donné envie d'écrire cette note :

La différence qui pénalise l'occitan c'est le sentiment d'appartenance à la culture du même nom. Basques, corses ont une très forte identité. Défendue becs et ongles. Quelquefois par de moyens illégaux...Le centralisme, le "julesferrisme" poussé à son paroxisme à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème ont laminé les dilectes occitans. La non-violence cathare perdure dans l'âme occitane, preuve l'hymne occitan* est un chant d'amour, c'est très différent de "marchons, marchons qu'un sang impur..."
Quand on sait que partout ou le bilinguisme a été pratiqué dès le plus jeune âge, la capacité des enfants à apprendre de nouvelles langues étrangères était meilleure. Tant d'exemple existe en Europe : Espagne, Irlande, Pays Scandinaves.
Il ne reste plus, qu'à ceux qu'on appelle du qualificatif réducteur "d'occitanistes", à essayer armés de leur seules bonnes intentions à ramer contre le courant de la mondialisation, machine à laminer les cultures. Les élus détournent le regard. Nous représentons rien! Alors tant pis tant que les moindres "mercé" adieussitaz" "qu'es aquo" "bonjorn" survivront nous devront continuer à l'ouvrir fort. "Femna e ome d'oc as dreit a la paraula. Parla!"
Tous à Béziers le 17 mars! Au delà de l'occitan, c'est les valeurs d'une république ouverte et généreuse qui sont ce jour là à défendre.

*L'hymne occitan : SE CANTA
medium_secanta.JPGTraduction :
SE CANTA
Devant ma fenêtre
Il y a un oiselet
Toute la nuit il chante
il chante sa chanson.

REFRAIN
S'il chante qu'il chante
ce n'est pas pour moi
il chante pour mon amie
qui est loin de moi.
Ces montagnes
qui sont si hautes
m'empêchent de voir
où sont mes amours.

REFRAIN
Si je savais où les voir
où les rencontrer
je franchirais l'eau
sans peur de me noyer.

REFRAIN
Hautes, elles sont si hautes!
Mais elles s'abaisseront
et mes amourettes
se rapprocheront

REFRAIN
---------
Qui est auprès de moi

Marc Ayral ©

29/12/2006

Per la lenga occitana! Oc!

medium_manif_carcassona_3.jpgAprès Carcassonne, Béziers :
Après le succès de la manifestation de Carcassonne, qui a rassemblé plus de 10 000 personnes le 22 octobre 2005, le collectif "manifestar per l'occitan" appelle à une manifestation le 17 mars 2007 à Béziers.
Nous étions plus de 10.000 à Carcassonne en 2005 pour manifester pour l'occitan.
Nous serons plus encore à Béziers le 17 mars 2007 !
Pour l'avenir de l'occitan, pour son droit d'exister et de se développer... Pour réveiller tous ceux qui n'ont pas encore compris que notre langue veut vivre! ... et qu'il faut des actes pour cela! Pour une journée revendicative, placée sous le signe de la fête et de la rencontre... Vous pouvez noter la date dans vos agendas et faire circuler le message.


medium_manif_carcassona_00.2.jpg

Anem ! Per la Lenga Occitana Òc !
MANIFESTACION A BESIÈRS
dissabte 17 de març de 2007


Caras amigas, cars amics,
La manifestacion de Besièrs se prepara. Dempuèi quauques meses ja lo Comitat de la Crida
« Anem Òc! » s'amassa regularament. Sèm dintrats ara dins la fasa de mobilizacion. Avèm
besonh de totes per far de Besièrs una granda capitada. Lo 17 de març devèm èstre encara
mai nombroses que lo 22 d'octobre de 2005 a Carcassona. Devèm mostrar nòstra
determinacion a obtenir una politica en favor de la lenga occitana e a obtenir la mesa en plaça
de mesuras que repondràn a nòstras reivindicacions.
Lo collectiu organizator vos convida a prendre d'iniciativas per far conéisser la manifestacion.
● Vos convidam tanben a nos prepausar d'animacions, d'accions que poiràn mediatizar la
jornada del 17 de març. Cadun dins son vilatge, dins sa vila pòt far quicòm.
D'unes nos prepausan de menar tala o tala accion qualques jorns abans lo 17 de març.
D'autres nos prepausan de causas pel jorn de la manifestacion. Totas las idèas seràn
planvengudas.
● Cadun pòt contactar d'elegits e lor far signar lo tèxte de la crida que trobaretz sus
www.manifestarperloccitan.com.
Cadun pòt reculhir lo sosten e la participacion de las associacions localas de son endrech, de
personalitats, de responsables sindicals o associatius... Pensatz de comunicar aqueles sostens
al comitat d'organizacion, per corrièr a l'adreça çai-dessús o per email a :
anem.sostenguem@free.fr
Un coordinator, Miquèl Còsta, es disponible per vos informar e per vos permetre de dispausar
del material necessari (afichas, desplegants...).
Donarem al mai lèu d'informacions suls eveniments que seràn organizats per mediatizar la
manifestacion. N'i aurà d'importants.
Ja la mobilizacion s'anóncia fòrta e divèrsa. Vendrà de totas las regions occitanas. Aquò farà
una manifestacion que deu arribar a las aurelhas de totes los candidats a las divèrsas
eleccions, a las aurelhas de totes los responsables politics. Devèm èstre ausits. Ja sabèm que
Carcassona obliguèt de responsables a se pausar de questions e a metre en plaça de causas
novèlas en favor de la lenga. Cal encara aumentar la quichada. Lutam per quicòm de juste,
d'important per l'avenir de nòstre país e del monde, per l'avenir dels occitans.
Mercés de vos mobilizar tre ara e de començar de preparar lo viatge per Besièrs. Una granda
fèsta amb fòrça artistas occitans clavarà la manifestacion lo ser del 17 de març. I aurà de qué
manjar, de qué far la fèsta e mostrar que sèm vius e determinats.
Lo collectiu : IEO – Felibrige - FELCO - Calandreta - Òc-Bi - Conselh de la Joventut
L' amassada que ven del Comitat d'organizacion se debanarà a Besièrs lo 16 de decembre a
9 oras al CIRDOC. Es una amassada qu'es dubèrta. Podètz venir o nos podètz tanben
mandar de prepausicions abans aquel acamp.

medium_manif_carcassona_1.jpg

14, Avenguda Estève d'Orves BP 60011 34501 BESIÈRS Cedex
14, Avenue Etienne d'Orves BP 60011 34501 BEZIERS Cedex
Tel/fax 04 67 31 18 91 / 06 86 00 66 39 www.manifestarperloccitan.com

Marc Ayral ©

11/06/2006

PETITION CONTRE LES LOISIRS MOTORISES DANS LES ESPACES NATURELS

medium_dscn2962.jpg4x4, quads, motos trials, motos-neige... La pénétration de nos espaces naturels par les pratiquants de loisirs motorisés s'intensifie d'un bout à l'autre du territoire.Cette invasion provoque dans l'opinion un mécontentement grandissant. Les conflits d'usage se multiplient. C'est pourquoi, par circulaire, le 6 septembre dernier, la Ministre de l'Écologie et du Développement durable, Nelly Olin, a jugé nécessaire de rappeler la loi et d'appeler les Préfets et les services de l'État à plus de vigilance.
En réaction, le lobby des loisirs motorisés - pratiquants et marchands confondus - a lancé une campagne agressive et mensongère pour exiger le retrait de la 'circulaire Olin'.

Face à cette offensive en règle, la " majorité silencieuse " que nos associations représentent, est en devoir de faire entendre sa voix. Nos organisations rappellent :

La circulaire n'est pas créatrice de droits nouveaux ; elle éclaire seulement l'application de la loi selon les nouveaux usages et la jurisprudence
La loi du 3 janvier 1991 qui encadre strictement la circulation des véhicules à moteurs dans les espaces naturels répond à une demande sociale majoritaire
Nous encourageons toutes les pratiques de loisir de pleine nature qui excluent l'usage du moteur - telles la marche, le vélo, l'équitation - et qui s'expriment dans le respect du milieu naturel
Convaincus de la nécessité et de l'urgence de mettre un frein à l'invasion de nos espaces naturels par les loisirs motorisés, aux incivilités qui la fondent et aux exaspérations qu'elle provoque, nos organisations apportent ici au Ministère de l'Écologie et du Développement durable, sur ce dossier, le témoignage de leur soutien.

Elles invitent tous les citoyens attachés au calme, à l'air pur et à l'intégrité des paysages de France à signer en nombre cette pétition. Pour cela rendez-vous sur le site : http://petition.stmedd.free.fr/index.php

Photo : Le Bugarach (Aude)

Marc Ayral ©

15/05/2006

800 kg de déchets en moins !

medium_blvx-800-kg-de-dechets-en-moins.jpgL’association Le Truc a organisé un grand nettoyage de printemps des déchets de la Crique de l’Angle.

Les membres de l’association Le Truc ont nettoyé, ramassé les déchets éparpillés sur le site. On sait maintenant, après plusieurs études scientifiques que ce lieu, outre sa beauté est l’objet de nombreuses d’atteintes à l’environnement. « Il est temps que cela cesse ! » apostrophe Jean-Marie Doire animateur du Truc. Il poursuit : « Une petite équipe d’une dizaine de balarucois mobilisée a ramassé en 3 heures 800 kilos de déchets divers, c’est dire que l’endroit est le réceptacle de beaucoup de dépôts : volontaires ou rejetés par l’étang. » Avec ce Printemps de l’Environnement de Balaruc le Vieux, Le Truc enregistre une prise de conscience de l’importance de participer activement à la protection du patrimoine naturel. En conclusion l’animateur « truciste » pense que : « malgré la modestie de l’organisation « Le printemps de l’environnement de Balaruc le Vieux » est sans doute annonciateur et fondateur d’un mouvement citoyen encore plus large, notre avenir en dépend ». Pour tout renseignement : Jean-Marie Doire : Ass. Le Truc de Balaruc mèl. : truc.balaruc@wanadoo.fr - Tél. : 06 13 69 40 14.

Marc Ayral ©

08/05/2006

Le Truc joue l’Ajax !

medium_blvx-le_truc_joue_l_ajax.jpgL’association Le Truc organise une ramassage des déchets de la Crique de l’Angle.

Tels le chevalier Ajax les membres de l’association Le Truc ont décidé de nettoyer, ramasser les déchets éparpillés sur le site très sensible de la Crique de l’Angle. On sait maintenant, après plusieurs études scientifique que ce lieu, outre sa beauté est le réceptacle de beaucoup des travers de l’incivisme et de nombreuses atteintes à l’environnement : On se souvient qu’en 1999 une entreprise de TP y déposait sans vergogne tous ses déchets issus de démolitions. Mais aussi, les balarucois et poussanais gardent en mémoire que l’abandon d’un terrain horticole entre l’Avène et l’ancienne voie ferrée jetait aux quatre vents plastique de bâches et polystyrène de bacs de plantier. Nul ne peut avoir omis, les carcasses de voitures, déchets verts, gravats dont certains se débarrassent sans passer par la case déchetterie. « Il est temps que cela cesse ! » apostrophe Jean-Marie Doire animateur du Truc. Le schéma de gestion de l’eau devra se pencher sérieusement sur ce problème dans la cadre de la large concertation engagée dans le cadre du schéma de cohérence territoriale. « Nous avons été consultés pour participer à cette concertation, c’est avec détermination et enthousiasme que nous y participerons. Le Dr Frédéric Boj spécialiste de ces questions participera aux travaux des commissions animées par le Syndicat mixte du Bassin de Thau » précise Jean-Marie Doire. Il poursuit : « Depuis 2001, année de création du « Truc », des alertes, sous toutes ses formes ont été lancées pour sensibiliser et permettre à chaque citoyen balarucois d’être acteur convaincu de la protection de l’environnement. Les retours en étaient très timorés. Aujourd’hui avec ce Printemps de l’Environnement de Balaruc le Vieux, j’ose dire que l’on commence à avoir des retours encourageants. Les balarucois prennent conscience de l’importance de participer activement à la protection de notre patrimoine naturel. » Malgré la modestie de l’organisation « Le printemps de l’environnement de Balaruc le Vieux » est sans doute annonciateur et fondateur d’un mouvement citoyen encore plus large. « Notre avenir en dépend » conclu Jean-Marie Doire. Pour participer au nettoyage de la Crique de l’Angle
Rendez-vous devant l’ancien Camping - Samedi 13 Mai 2006 à 9h30. Munissez-vous de gants résistants (type bricolage) et de cagettes (type cagette de fruits) pour le transport des bouteilles. Les sacs poubelles seront fournis. Attention : Les enfants restent sous la responsabilité des parents ! Un "apéro’" récompensera les participants ! Pour tout renseignement : Jean-Marie Doire : Ass. Le Truc de Balaruc mèl. : truc.balaruc@wanadoo.fr - Tél. : 06 13 69 40 14.

Légende photo : entre le village et l’Avène, La Crique de l’Angle souillée.

Marc Ayral ©

Conférence : Les Oiseaux de Thau

medium_sterne-caugek.2.jpgSuite du "Printemps de l'environnement : L'association le Truc organise vendredi 12 mai à la Maison des Associations une conférence sur les Oiseaux du Bassin de Thau.

En collaboration avec la Ligue de Protection des Oiseaux les "trucistes" ont invité un ornithologue reconnu en la personne de Pierre Maigre. Il présentera les différentes espèces d'oiseaux qui vivent sur le Bassin de Thau selon les saisons. Ainsi, tout au long de l'année demeurent des espèces sédentaires, adaptées au climat tempéré et qui trouvent à chaque saison une alimentation abondante : la Mouette rieuse et le Goéland argenté. L'hiver, des oiseaux survivent grâce aux différents déchets retrouvés autour des ports et permet ainsi d'éviter la mortalité hivernale. On peut, avec une peu de patience rencontrer aussi l'Aigrette garzette et la Sterne caugek qui se nourrissent de poissons. La première est aperçu dans les salins et zones peu profondes (crique de l'Angle, bords des Graus), la deuxième est principalement en mer mais vient parfois dans ce milieu submarin qu'est l'étang. Enfin la Cisticole est un petit passereau insectivore des prairies et roselières des bords de l'étang. Lorsque le printemps arrive, certaines espèces passant l'hiver en Afrique, reviennent sur l'étang pour y nicher. L'Échasse, dans les sansouires, à la recherche des vers et des larves enfouies; les Sternes, au-dessus de l'eau où elles trouvent de petits poissons; le Gravelot à collier interrompu sur les salins où abondent de petits crustacés ; les Rousserolles, poursuivant les insectes dans les roselières ; se partagent harmonieusement l'espace et ses potentialités. Au retour de l'hiver : les oiseaux fuient l'Europe du Nord et trouvent dans l'étang un refuge parfait. La nourriture encore présente, surtout pour les Grands Cormorans et les Grèbes qui mangent du poisson et vivent tout le temps au milieu de l'étang et aussi pour les amateurs de petits invertébrés comme les Chevaliers, les Bécasseaux, les Pipits. De grandes troupes de Bruants des Roseaux exploitent, quant à elles, les graines, abondantes à cette saison. Ajoutons à cela que de nombreuses espèces (Petits Échassiers, Canards, Passereaux) fréquentent l'étang à l'occasion de leurs voyages migratoires. Pierre Maigre, durant cette confréence aura l'occasion de présenter des photographies de chacune de ces espèces et donnera aussi l'occasion de poser des questions sur la nécessité de les protéger et de les sauvegarder.
Le printemps de l'environnement à Balaruc le Vieux : Vendredi 12 mai à 18h30 - Maison des Associations - avenue de Poussan - Pour tout renseignement : Jean-Marie Doire : Ass. Le Truc de Balaruc mèl. : truc.balaruc@wanadoo.fr - Tél. : 06 13 69 40 14.

Marc Ayral ©

15/04/2006

L’eau en question ?

medium_blvx-le-printemps-de-l_environnement-l_eau.jpgL’association « Le Truc » qui a ouvert la semaine passée « le printemps de l’environnement » local par une conférence sur le traitement des déchets poursuit par un sujet ô combien d’actualité : L’eau.

Pour lancer le débat et provoquer le questionnement, les « trucistes » ont demandé à Jacques Berge ingénieur eau potable à la Sdei de témoigner sur 2 thèmes principaux : Où trouver l’eau ? Comment la rendre potable ? Le récent forum de l’eau qui s’est déroulé à Clermont l’Hérault à l’initiative d’Attac a débuté par une approche grave : « Et si demain... l’eau cessait de couler de source ? » Les organisateurs étaient partis du constat que « notre région est confrontée aussi bien à la sécheresse qu’aux inondations, à un taux de population qui croît sans cesse et à un fort afflux de touristes en période estivale. On vit la pénurie et on constate la gabegie. L’ignorance et la méconnaissance des usagers et de certains élus conduisent à des situations surprenantes. Consciente que le problème de l’eau est plus complexe qu’on ne voudrait le croire et qu’il se pose localement mais également mondialement » A Balaruc le Vieux comme en Pays de Thau, l’eau est un sujet sensible, d’autant que cet élément essentiel à la vie est plus présent ici qu’ailleurs, lagune, rivière, mer. Chacun pourra poser des questions aussi essentielles que par exemple : « A qui appartient l'eau ? Combien coûtera un verre d'eau dans 10 ans ? Quelle sera sa qualité ? Serons-nous touchés en France par la guerre de l'eau ? Que cache notre facture d'eau? Faut-il délocaliser l'eau ? A qui vont les profits et dans quoi sont-ils ré-investis ? Comment agir ? »
Conférence-débat dans le cadre du Printemps de l’environnement : Vendredi 14 avril à 18h30 à la Maison des Associations –entrée libre- Pour tout renseignement : Jean-Marie Doire : Ass. Le Truc de Balaruc mèl. : truc.balaruc@wanadoo.fr- Tél. : 06 13 69 40 14.

Photo : La rivière Avène à Balaruc le Vieux.

Marc Ayral ©

10/04/2006

Le printemps de l’environnement

medium_p1000006.jpgL’association « Le Truc » organise une manifestation intitulée « Le Printemps de l’environnement ».

Pour Jean-Marie Doire, l’un des animateurs c’est « l’occasion dans un contexte où notre Bassin de Thau est malmené par de nombreux phénomènes, dont l’urbanisation et les diverses pollutions, d’informer les balarucois et les autres dans trois direction, la gestion des déchets, l’eau, la faune dont les oiseaux en particulier. » Ainsi, Le Truc organise 3 conférences, la première sur les mégas décharges avec comme illustration le projet de Fabrègues combattu par les Gardiens de la Gardiole. Ensuite, une conférence sera donnée par Jacques Berge ingénieur à la Sdei, sur « l’eau de la ressource à l’assainissement ». Enfin, Pierre Maigre de la Ligue de protection des oiseaux présentera le travail de sauvegarde et de protection effectué sur le Bassin de Thau et en particulier sur la Crique de l’Angle. Cet événement se terminera par un ramassage « militant » des déchets accumulés sur le site des Barris à la rivière l’Avène, l’Angle. Dès ce vendredi 7 avril, « Les Gardiens de la Gardiole » animée Philippe Massérini viendront expliquer leur combat. Le projet de méga décharge prévoit une implantation en limites du périmètre classé du massif de la Gardiole entre le domaine de Mujolan, la zone d’activité et le versant Nord de la Gardiole. « Les Gardiens de la Gardiole » rejettent ce dossier porté par l’agglomération de Montpellier qui a demandé au préfet de le déclarer « Projet : d’intérêt général » (PIG). Pour en savoir plus : Le Printemps de l’Environnement – Maison des associations - Entrée libre -Vendredi 07 Avril 2006 à 18h30 : "Protection du Massif de la Gardiole" avec Philippe Masserini.
Vendredi 14 Avril 2006 à 18h30 : "L’eau : de la ressource à l’assainissement"
avec Jacques Berge Ingénieur qualité eau potable à la Sdei
Vendredi 12 Mai 2006 à 18h30 : "Les Oiseaux de la Crique de l’Angle"avec Pierre Maigre de la Ligue de Protection des Oiseaux. Samedi 13 Mai 2006 à 9h30, nettoyage de la Crique de l’Angle. Rendez-vous devant l’ancien Camping - Samedi 13 Mai 2006 à 9h30. Pour tout renseignement : Association Le Truc de Balaruc- truc.balaruc@wanadoo.fr - Tél. : 06 13 69 40 14