Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/04/2007

Voter Ségolène, aujourd'hui plus que jamais!

medium_segolene_royal_balaruc.jpgA 5 jours du résultat du premier tour, ce qui était dit il y a déjà 6 mois par de nombreux sondages se confirme. C'est à dire qu'en cas de second tour Royal-Sarkozy le résultat serait très serré. Les manoeuvres de François Bayrou pour tenter de ramener les déçus, les "égarés" (!) de la Gauche vers le Centre Droit semblent perdre de leur efficacité. Mais méfiance! Le vote utile Ségolène Royal dès le 1er tour pour les femmes et les hommes républicains, de Gauche extrême au Centre-Gauche devient de plus en plus indispensable. Je le prône depuis son investiture. Mais aujourd'hui, plus encore, pour échapper aux tripatouillages politiciens, il s'avère que cela – le vote utile- devient une salvatrice attitude citoyenne. Surtout lorsqu'on lit la seule presse libre actuelle : Le Canard Enchaîné ou Marianne. Parenthèse : Triste, Le Nouvel Observateur, se trouve incapable des soutiens minimum à la Gauche et ainsi semble préserver ses arrières au cas où Nicolas Sarkozy l'emporterait. Le dossier de cette semaine de Marianne, consacré au démontage du système Sarkozy et de sa personnalité, journal que je n'appréciais pourtant pas, démontre avec courage et professionnalisme ce qu'est la véritable mission d'informer. Sur le fond, tout citoyen normalement constitué votera en conscience lorsqu’il aura lu ce dossier : « Le Vrai Sarkozy ». L’article est conclu par cette phrase : « Voter Sarkozy n’est pas un crime. C’est même un droit. Nous ne dirons pas, nous, que ce candidat représente la fraude, la délinquance, l’anti-France et la faillite morale. Nous voudrions simplement qu’on se souvienne plus tard- quitte, ensuite à nous demander compte- que nous avons écrit qu’il représente pour la conception que nous nous faisons de al démocratie et de la République un formidable danger. S’il est élu, nous savons que nous pourrions en payer le prix. Nous l’acceptons. »

Marc Ayral ©