Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/08/2009

Sylvanès : Emile Boudeau : « Le chant c’est ma respiration ! »

 

 

Emilie.jpg

 Etre née à Montpellier, avoir ses racines en Sud-Aveyron à St Jean d’Alcapiès, mère médecin, père producteur laitier pour Roquefort, ne conduit pas naturellement au chant choral. La vie, d’une jeune fille qui en commençant par le piano et en qui on découvre un don pour la chant. La vie d’une jeune femme affirmant son talent d’abord à l’école de musique de l’Aveyron puis au Conservatoire de Montpellier avec une ouverture grâce à l’Opéra junior de l’Atelier Lyrique. Des études de musicologie dont elle affirme « qu’elles m’ont ouvert à une culture » un affermissement de ses acquis en passant par le conservatoire de Marseille. Voilà Emilie Boudeau en 2009, 23 ans, armée pour accéder à une carrière de soprano. Elle dit avec beaucoup de lucidité de la carrière lyrique qui est un véritable parcours du combattant : « Très longtemps vous êtes trop jeune, très vite vous êtes trop vieux ! » Mais, Sylvanès tant les Ateliers Lyriques que maintenant le Festival lui donnent la possibilité de s’exprimer. « De se au frotter au public, c’est la meilleure école, sinon on n’apprend rien ! » Puis reconnaissante, elle rend hommage à Michel Wolkowitsky : « Il m’a aidé à sauver ma voix qui était en péril ». Comme un jeune sportif de haut niveau à qui l’on demande trop, des blessures à répétition une confiance perdue. Pour Emilie, cette ornière est évitée : « Sylvanès et Michel (ndlr : Wolkowitsky) me font confiance. Croyez-moi c’est assez rare dans ce métier pour le souligner. » Emilie Boudeau fait donc partie des jeunes espoirs de l’Art lyrique français.

Emilie boudeau2.jpg

Elle sait la chance qui lui est offerte et la responsabilité en accédant à l’auditoire averti de Sylvanès. Un « Stabat mater » de Boccherini avec l’orchestre à cordes de Belgrade « Dusan Skovran » sous la direction du montpelliérain Franck Fontcouverte qu’elle connaît bien : « Il sait me laisser libre dans mon interprétation et lui aussi me fait confiance. Il sait mixer l’expressivité » Emilie surfe donc sur la vague comme on dit. On devrait dirait plane sur les notes. Normal pour une passionnée d’aviation. Ses parents pilotes lui offrent souvent la possibilité de découvrir de haut les paysages du Sud Aveyron. Et là, la jeune interprète un brin philosophe sait relativiser : « Je sais que rien n’est acquis, qu’il faut continuer à se perfectionner à suivre des Maser Class et toujours avoir en tête que de là-haut on est tout petit » Certes, prudente sur son avenir dans une carrière, elle n’en demeure pas moins une combattante, prête à se livrer à fond pour le public. A chanter, chanter, chanter passionnément. Aujourd’hui Sylvanès, demain dans le rôle de Diane dans l’opéra Baroque de Marc-Antoine Charpentier qu’elle jouera à Agde en septembre. Puis : « Nous verrons, ! » Ses ressources sont grandes et parmi ses sources elle a su trouver celle de Sylvanès.

 

Concert dans l’Abbatiale de Sylvanès : Mardi 11 août à 21h00 – Stabat Mater de Luigi Boccherini et Sérénade d’Anton Dvorak – Orchestre à cordes de Belgrade « Dusan Skovran » sous la direction de Franck Foncouberte. Renseignements et réservation : 05 65 98 20 20

 

02/08/2009

Sylvanès : les voix polyphoniques de Georgie

Sylvanès - Polyphonies de Georgie.jpg

 

Dimanche dernier, l’acoustique de l’abbatiale de Sylvanès a permis aux sept chanteurs georgiens de l’Ensemble Simi  de pousser leurs basses, de nuancer leurs polyphonies, d’abord sacrée puis profane, chants d’amour et de travail ou chants de guerre et de festin. L’ensemble SIMI qui a été créé en 1989 est composé de  Ilia DATUASHVILI - Premier ténor, David ABESADZE - Premier ténor, Revaz GELASHVILI - Second ténor, Zourab TSKITISHVILI Baryton, Beka GVINASHVILI Basse, Zurab KOBAKHIDZE Basse, et Phridon MKERVALISHVILI Basse, Ces voix masculines "a capella", puis accompagnées d’instruments traditionnels, se mettent aux service, grâce à un mélange de sons puissants et riches, de la narration des légendes, des joies et des douleurs du peuple georgien qui a su garder, la richesse de ses traditions musicales. Il est anecdotique de préciser que le nom «SIMI» signifie, en français, «corde» (d’instrument), Mais leur présence, leur attitude  sur la scène sylvanésienne donnait au public l’impression par le mixage subtil de ses voix robustes mieux qu’une corde, d’une chaîne dont chaque maillon solidaire ne pourrait jamais être rompu. La meilleure des chaînes haute fidélité ne pouvant en aucun cas restituer les sons virevoltants du fond au cœur, du déambulatoire aux chapelles de l’abbatiale. La romanité du lieu soulignée par des harmonies et des textures de voies venant de l’Est orthodoxe. Il est vrai que Sylvanès cultive depuis toujours son œcuménisme !

26/07/2009

La Troîka, dans un Sylvanès sous le charme slave !

 

 

Sylvanès = Ensemble Troika.jpg

 

Le spectacle de ce dimanche soir dans la prairie du cloître de l’abbaye proposé par l’ensemble Troïka a réunie plus de 600 spectateurs. Michel Wolkowitsky était content : «  Entre cet après midi avec l’ensemble georgien Simi et ce soir nous comptons plus de 1100 spectateurs. C’est une magnifique journée pour le festival de Sylvanès !… » Il faut dire que le maître des lieux n’avait pas choisi au hasard les 2 troupes qui se produirent entre Cabot et Amourade. Nous reviendrons dans une prochaine édition sur la prestation remarquable des voix géorgiennes. La  chaude soirée du cloître s’éclaira du rouge slave, de la couleur des costumes des danseurs tsiganes. L’âme slave dit-on passant de la Russie à l’Ukraine et de la Moldavie aux inspirations Yiddish, les musiciens, chanteurs et danseurs en Troïka, c’est le cas de le dire, s’en sont donnés à cœur joie devant un public conquis. Certes, un peu éloignés de ce que les puristes appellent « les chants authentiquement traditionnels », ce qui est proposé ici c’est comme on dit des grands standards folkloriques. Mais qu’importe on se laisse emporter par un « Kalinka », par des « Yeux noirs » et un « temps des fleurs » incontournables. Alexeï Birioukov à la balalaïka donne le rythme à ses partenaires musiciens et chanteurs, tous artistes internationalement reconnus. Les danseuses, des chorégraphes Olga Nikoforova et Emmanuelle Vakaryna, durant les 15 tableaux de danse et grâce aux plus de 100 costumes inspirés de ceux portés autrefois dans les campagnes entre Volga et Moscova, donnèrent à cette représentation une brillance, un charme qui souleva le public. « Spassiba ! Dasvidania…» Merci et au revoir !

23/07/2009

L’Ensemble XVIII-21 – Le Baroque Nomade

Sylvanès = retour concert baroque italien.JPG

Dans le cadre du 32ième festival de Sylvanès, le concert de dimanche (19/07/09), en matinée, a été placé sous le signe de la fidélité et de la rencontre. Jean Christophe Frish le précisait lors de sa présentation : « Je tiens à remercier Michel Wolkowitsky pour sa fidélité à notre ensemble (ndlr : L’Ensemble XVIII-21 – Le Baroque Nomade) cela fait la 7ème fois que nous venons à Sylvanès et nous y venons toujours avec un plaisir renouvelé. » D’autant plus que cette année le directeur artistique du festival, proposa au flûtiste et chef de l’Ensemble d’intégrer à l’occasion de ce concert le chanteur alto Bertrand Dazin. « Il ne nous connaissait et nous le connaissions pas, néanmoins à vous d’apprécier … » Le moins que l’on puisse dire c’est que Bertrand Dazin a trouvé avec ces nouveaux amis l’occasion d’exprimer son art avec la finesse d’un ébéniste devant une marqueterie. Homme grand, voix perchée, comme une évidence mais sa chimie des nuances , ses couleurs vocales associées à celle de la soprano Cyrille Gerstenhaber ont opéré sous les voûtes de l’abbatiale. Les musiciens de l’Ensemble n’ont eu de cesse de servir ces 2 voix, parmi lesquels ont observa un Pierre-Augustin Lay au violoncelle en joie, enchaînant les interprétations comme un Jordi Saval à sa viole de gambe, précis et technique mais laissant la place à l’interprétation. Beau concert conclut par un stabat mater d’anthologie. En soirée, le Groupe Assurd de Cristina Verone emflamma l’ancien cloître en ce lieu où la méditation était alors de mise, plutôt que la tarentelle. Mais calabraises et napolitaines, ne laissent jamais indifférents. Programmation en rupture de style. On en redemande !…

14/07/2009

Sylvanès : Retour sur le concert de musique persane et chant flamenco

Sylvanès Retour sur le concert de musique persane et chant flamenco.JPG

 

L’abbatiale sylvanésienne a accueilli, ce lundi, la rencontre entre musique persane et chant flamenco. Les liens historiques, culturels, musicaux sont lointains mais à cette occasion ravivés. C’est bien l’une des vocations du festival de Sylvanès de permettre de tels rapprochements ? L’Ensemble Constantinople a intégré avec délicatesse le chant et l guitare flamenco. Ce qui aurait pu paraître impossible à nouer apparaît devant un public enthousiasmé comme une évidence. Tels des cépages de vins de Xérès se fondant avec des vins arméniens d’Iran d’Orumieh ou d’Ispahan. Le sétar de Kiya Tabassian joignant la guitare de Juan Requena pour sublimer le chant ample et pur de Rosario La Tremendita. A leurs côtés, la viole de gambe de  Pierre-Yves Martel et le tombak (percussion iranienne) de Ziya Tabassian complètent avec bonheur un ensemble dont l’air perse « Kereshmeh » a traduit avec une grande acuité la réussite du métissage entre l’Andalousie, la Perse et le monde arabo-turc. Les textes de Federico Garcia Lorca et du poète soufi  Djalal-e-Din Rumi apportent à l’œuvre des cinq musiciens une dimension universelle. Les 3 rappels en attestent. Les 500 spectateurs ont eu du mal à s’éloigner de ces sonorités fusionnées et toniques. Le vent du Sud de la soirée les y aidèrent.

29/06/2009

Retour sur le concert de l’atelier Lyrique de Sylvanès

atelier lyrique 3 sylvanès.JPG

 

 

Les stagiaires de l’atelier lyrique de l'Abbaye de Sylvanès ont clôturé leur première formation estivale par un concert dimanche dernier. Ce rendez-vous musical, régulier dans l'agenda de Sylvanès et le premier d'une longue série de concerts. Une centaine de personnes ont écouté, sous les voûtes du scriptorium, un récital varié construit principalement pour permettre à tous les élèves de s’exprimer selon leur niveau. Michel Wolkowitsy, prévenant en ouverture : « Les niveaux, sont hétérogènes, les âges des chanteurs de 15 ans à 50 ans marquent notre volonté d’être dans la formation des plus jeunes et dans le perfectionnement des plus affirmés » En réalité, ce concert fut un ravissement pour le public présent qui reconnu par son enthousiasme et ses applaudissements le travail des chanteurs qu’ils soient débutants ou professionnels.

atelier lyrique 2 sylvanès.JPG

Chacun des 12 choristes (9 chanteuses et 3 chanteurs) ont su s’approprier leur œuvre par des interprétations maîtrisées voire habitées notamment pour deux des interprètes

atelier lyrique 1 sylvanès.JPG

. De l’air de La Péricole » à un air d’opérette de Francis Lopez  « Quand on est deux amis » en passant par « La flûte enchanté » de Mozart jusqu’à « L’Avé Maria » de Philippe Rombi  de la bande originale du film « Joyeux Noël ». Eclectique, joyeux et prenant résument le récital de cette classe motivée et enthousiaste. Le stress et la peur de mal faire des débutants ne les a en rien paralysés, les chanteurs confirmés se donnant avec force dans leur interprétation, les mélomanes auront aussi remarqué l'accompagnement souple et stylé d'Eric Laur au piano. Beau concert ! On attend avec impatience leur retour le 29 août en même lieu et place. A noter sur vos tablettes et à ne manquer sous aucun prétexte !…

Renseignements : 05 65 98 20 20

 

24/05/2008

Venez à Sylvanès ce dimanche!

Récital de chant lyrique
Extraits d’opéras et d’opérettes de Haendel, Duparc, De Falla,
Schoenberg, Verdi, Ponchielli, Massenet, Satie et Offenbach.
Pascale Munuéra, soprano dramatique
Jean-Louis Duquesne, piano

be203f5cd45479ad3a75c4b0febd62e9.jpg

Dimanche 25 mai à 17h
Scriptorium de l'Abbaye de Sylvanès (Sud-Aveyron)


Tarifs : 12 € (plein) / 10 € (réduit) / gratuit moins de 13 ans
Renseignements : 05 65 98 20 20 - www.sylvanes.com

Marc Ayral